musique reggae sur fip ou est le thème musical ? ?

durand william 24/10/2016 14:49 fip

Bonjour ,
Pourquoi avoir supprimé l'écoute musique sur le thème reggae et avoir mis le thème Disquaire qui n'a aucun intérêt
c'est une musique calme qui m'apaise le matin , et tout au long de la journée , les autres thème sauf celui de disquaire ne sont pas mauvais mais fatigue a la longue.
Quelle dommage car Fip avait vraiment fait un pas assez original sur les thèmes musicaux et à le vent en poupe .
j'apprécie cette radio car pas de publicité , pas d'actualités sur les thèmes donc pas de lavage de cerveau .
Cordialement
William

Voici la réponse de la directrice de Fip :

M. Durand,

Le médiateur m’a transmis votre message et je vous remercie d’avoir pris le temps de partager vos commentaires.

Nous sommes heureux de constater que vous avez apprécié la web radio L’été reggae.  Cette web radio temporaire a été mise en place pour l’été, dans le cadre des 35 ans du décès de Bob Marley en mai dernier.  Elle a rencontré un tel succès (votre message en témoigne) que nous réfléchissons à la possibilité de mettre en place une web radio reggae permanente.  Nous affinons présentement les détails techniques et logistiques pour ajouter un canal supplémentaire de diffusion sur nos supports.

Quant à la nouvelle web radio temporaire Autour des disquaires, elle a été conçue dans le cadre d’un partenariat avec le réseau des disquaires indépendants.  Fip est la première radio à donner la parole à ces passionnés de musique, alors que parallèlement les libraires ont depuis longtemps un espace médiatique que n’ont jamais eu les disquaires.  Leur action et leurs propositions musicales sont en parfaite adéquation avec notre chaîne, c’est pourquoi nous avons souhaité leur donner une voix.  Nous espérons que vous serez séduits par leurs suggestions.

Sachez que les commentaires de nos auditeurs sont précieux et que nous tenons compte de vos remarques et suggestions.

Je vous remercie de votre fidélité envers la plus éclectique des radios !

Bien cordialement,

Anne Sérode

Partager sur...