Non ce n’est pas un kamikaze

Michel JOINDOT 25/05/2017 8:46 France Inter

Monsieur,

Ce matin entre 7h et 9h, dans les journaux, dans la revue de presse, le mot kamikaze a été répété et répété pour qualifier le tueur de Manchester. Combien de fois faudra-t-il dire à vos journalistes (car la remarque a déjà été faite) que les kamikaze étaient des combattants appartenant à une armée, certes fanatiques, mais qui dans le cadre d'un conflit, attaquaient des objectifs militaires, la spécificité étant que le mode choisi ne leur laissait aucune chance de survie ? En revanche, on n'a jamais vu des kamikaze japonais se faire sauter au milieu d'une foule de civils dans une ville américaine.
Il serait donc temps d'utiliser les termes qui conviennent.

Cordialement.

Sur le fond (historique), vous avez raison. Toutefois, par analogie, le terme « kamikaze » est utilisé pour tout fanatique décidé à tuer un maximum de personnes en se tuant lui-même.

De nombreux termes liés à une situation historique ou géographique précise sont ensuite employés pour qualifier des situations assez semblables.

Partager sur...