Les nouvelles sont bonnes, mais il convient de relativiser

19/01/2018 14:24 France Culture

Monsieur le médiateur,
J’ai entendu hier matin l’équipe des journalistes de France Culture se réjouir des résultats obtenus par cette antenne. Chose que je voudrais commenter, non pas quant au fond, débat trop long et probablement stérile, mais simplement quant à la forme.
En reprenant, et en soutenant par la même occasion, un auditeur qui vous a récemment écrit, M Christophe Varnier : les fautes de français commises par les journalistes de France Culture et France Inter sont constantes, et récurrentes. Il faut dire que le mauvais exemple vient de haut, si l’on peut dire… Jusqu’à certains membres de notre prestigieuse Académie Française qui ne maîtrisent pas, par exemple, l’accord du participe passé avec le verbe avoir ! Je pense ici à Pierre Nora et plus récemment à Marc Lambron, qui s’est exprimé sur vos ondes à l’occasion de la mort de Johnny Halliday. Mais tout le monde ne peut être Jean d’Ormesson, si l’on s’en tient aux académiciens. Et Marc Lambron n’est pas Pierre Michon !
Plus grave encore est une autre dérive, celle dans laquelle certains journalistes s’autorisent, de plus en plus souvent, à donner dans la vulgarité (parfois les termes employés peuvent être même orduriers), chose dont nous avions été longtemps épargnés en écoutant les radios du service public… Faut-il rappeler que Radio France, service d’information, est aussi investi d’une mission d’éducation ?
Je termine ce message court, mais qui en dit long, en évoquant à nouveau l’autosatisfaction dont les journalistes de France Culture ont fait preuve ce matin, pour leur rappeler ceci, qui les ramènera peut-être à un peu plus d’humilité : « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. »
Veuillez agréer, monsieur le médiateur, ma considération d’auditeur sachant auditer (depuis longtemps)

Je ne peux que vous approuver à propos des fautes de français; je rappelle régulièrement ces grands principes, même si cela peut arriver à chacun de faire une faute (même au médiateur), encore plus en direct. En revanche, vous êtes sévère à propos de la joie des équipes de France Culture face au résultat historique de leur chaîne. Grâce à un travail soutenu de chacun d’entre eux et à un attachement des auditeurs, France Culture n’a jamais été autant écoutée. C’est une superbe satisfaction pour une radio exigeante et unique… Partager sa joie avec ses auditeurs est aussi une façon de les remercier. Et cela fait du bien…

Partager sur...