Nuits Debout et informations

Florence Vertès 06/05/2016 12:36 France Inter

Mesdames, Messieurs les journalistes de France Inter...
je ne comprends pas votre manière de traiter de l'information au sujet des Nuits Debout, des Manifestants contre la Loi-travail et les casseurs... Tout d'abord, Nuit Debout: vous ne parlez que de Paris, place de la République, comme s'il s'agissait d'une poignée de personnes (il y a des dizaines de villes impliquées partout en France et en DOM), vous dîtes qu'il n'y a pas de leader, pas de messages, que rien n'est clair ( en gros vous n'y comprenez rien, vous ne voyez pas qu'un dialogue s'instaure, que des idées cheminent et se cherchent, vous n'y êtes jamais restés plus de 5mn?), vous mentionnez avec insistance les dégradations, les commerces qui perdent des clients... (avez-vous vérifié ces "impressions"? êtes-vous contre la prise de la Bastille en 1789?); bref je trouve vos informations très subjectives, et très floues.
Au sujet des casseurs autour des Manifestations anti-Loi-travail: pourquoi les mettre en UNE des infos, pourquoi leur donner tant de valeur, pourquoi ne pas chercher qui ils sont exactement, pourquoi ne donnez-vous pas leur profil à la sortie de leurs gardes à vue? Vous savez très bien qu'ils n'ont rien à voir avec les manifestants, ni avec Nuit Debout. Pourquoi ne faîtes-vous pas des reportages "sérieux et approfondis" sur ces sujets?...
Merci de me répondre...

Je vous trouve quelque peu injuste. Il serait grave que nous n’évoquions pas les casseurs, ce qui, pour des journalistes, reviendrait à une forme d’autocensure. Les journalistes évoquent les événements quels qu’ils soient. Quant à Nuit debout, le sujet est très régulièrement abordé; les reporteurs – notamment ceux de France Info – y sont quasiment chaque jour. Je pense que vous réagissez d’une manière un peu militante; exactement comme d’autres auditeurs qui m’écrivent, mais, cette fois, pour estimer que nous parlons trop de Nuit debout en « grossissant » l’événement. Je l’ai déjà dit, beaucoup d’auditeurs écoutent – et c’est leur droit – avec des oreilles militantes, mais cela altère bien souvent leur jugement par rapport aux reportages ou aux invités. Notre rôle est d’informer, non de soutenir tel ou tel mouvement…

Partager sur...