Pendant que les journalistes parlent, les migrants meurent aussi

Raphael Ravoux 30/10/2015 10:10 France Inter

Monsieur,

 

entendu à plusieurs reprises dans les journaux de la matinale ce jour notamment au journal de 8h "Pendant que les grands parlent, les migrants meurent". Ce type de lancement accrocheur et démagogique n'est pas digne de l'ambition éditoriale que l'on attend  de France Inter. Si l'on admet tous la très grande complexité de la situation au Proche Orient qui nécessite (félicitons nous en !) que en effet les grands se parlent, ne tombons pas dans ce genre de formule à l'emporte pièce dignes des plus mauvaises chaine d'infos continue voire d'organe de presse les plus populistes. A ce compte, les migrants meurent aussi pendant que les journalistes parlent dans les micros. Nous attendons de France Inter (comme elle le fait si souvent) qu'elle décode la complexité non qu'elle la simplifie. Ne cédez pas à la facilité de l'air du temps. Merci d'avance pour votre vigilance.

Un auditeur fidèle

 

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Nous souhaitons être en mesure de vous satisfaire au mieux, tout en précisant qu’il nous est impossible de répondre personnellement aux 150 à 200 contributions que vous nous adressez chaque semaine sur le site mediateur.radiofrance.fr , sur Facebook « Médiateur des antennes », sur Twitter « @mediateurRF » ou par mailmediateur@radiofrance.com . Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, France Info et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire à destination de tous les responsables des antennes de Radio France.

Merci de votre fidélité à nos antennes.

Bruno DENAES, médiateur des antennes de Radio France.

 

Partager sur...