DU PLURALISME POLITIQUE SUR LES ONDES DE RADIO FRANCE

HERVE PEREZ 10/01/2017 11:06 Radio France

Bonjour Monsieur Bruno Denaes. Une nouvelle année commence et ô combien importante pour la vie de notre Nation. Alors je me permets de vous adresser tous mes vœux pour cette nouvelle année, des vœux de droiture journalistique, d’honnêteté intellectuelle et d’ouverture d’esprit ! Ainsi, et comme toujours, je ne cesse, depuis plusieurs semaines, voire maintenant des mois, de m’étonner de la façon dont les différents mouvements politiques de France sont traités sur les ondes du groupe de Radio France. Alors qu’une part « gigantesque » du temps d’audience et de parole est dévolue aux 3 grandes formations politiques dont je ne citerai pas les noms, parce qu’ils sont dit de « pouvoir » ; alors qu’un battage outrancier est fait autour d’une personne, Monsieur Emmanuel M., qui n’a finalement aucune légitimité, si ce n’est qu’on lui ouvre un horizon médiatique au delà de toute raison ; il n’ai à aucun moment fait mention, du moins sur vos ondes, d’un mouvement, qui de par son expansion en terme d’adhérents, bientôt 15 000, de par l’implication de ceux-ci et leur militantisme sincère, devrait au moins vous pousser, par curiosité et véracité informative, à en parler. Surtout en ces temps de « désinvestissement » politique du peuple ! L’expansion de l’Union Populaire Républicaine, car tel est le nom de ce parti que vous ostracisez, vous donne tord ! Alors je réitère pour la énième fois cette question qui me paraît pourtant amener une réponse simple : En quoi la médiatisation de ce parti vous fait peur ? Je pensais que le jeu démocratique permettait le débat d’idée et la confrontation des positions politiques ! Serions-nous sous régime totalitaire ! Je pense que de nombreux démocrates doivent se retourner dans leur tombe, à l’heure de la pensée unique et de l’impossibilité de voir le monde autrement qu’au travers d’un prisme ultra libéral et du « politiquement correcte ». Monsieur, faites que Radio France ai le courage d’inviter Monsieur François Asselineau, président de l’UPR, dans une de ses grandes émissions politique afin de me démontrer que ce groupe a été, est et sera toujours les radios de service public prônant l’indépendance des idées, affirmant la justesse intellectuelle et développant la curiosité culturelle, faisant de vos auditeurs de véritables citoyens. Je vous remercie pour votre attention. Hervé

Le temps de parole répond aux règles édictées par le CSA. Pour l’instant, nous ne sommes pas dans la période de la campagne électorale, durant laquelle tous les candidats officiellement déclarés bénéficieront de l’équité du temps de parole (et non, dans un premier temps, de l’égalité). Actuellement, à moins qu’ils soient liés à une actualité particulière, nous ne sommes pas tenus de donner la parole à tous les potentiels candidats; nous tenons compte de la représentativité des hommes et femmes politiques.

Partager sur...