Publicité podcasts Nuits de France Culture

Damien Daubigney 18/09/2017 12:02 France Culture

Bonjour,

j'ai noté depuis quelques jours (13/09?), en préambule des programmes diffusés dans Les Nuits de France Culture que je récupère en podcast, la présence nouvelle de publicités.

Podcastant un très grand nombre d'autres programmes de France Culture et, dans une moindre mesure, de France Inter, c'est inédit (bien qu'ayant trouvé des commentaires plus anciens sur les réseaux sociaux).

Ma question est simple: la présence de publicités dans les programmes en podcast est-elle durable ? Si tel est le cas, je serais contraint, très tristement, de me passer de ces merveilleux programmes d'archives. Les écoutant essentiellement la nuit ou en cuisinant, les agressives publicités qui y ont été ajoutées sont tout simplement une nuisance sonore.

J'ai bien pris connaissance d'une précédente réponse du médiateur (à un autre auditeur) arguant du coût de diffusion des programmes en podcast. J'objecterai que ma fidélité passée à Inter puis à Culture tient à quelque-chose de difficilement définissable et que je serais d'appeler "une autre façon de faire de la radio" et qui passe par une attention particulière à la qualité du son et à son contenu (en termes strictement acoustiques). Cette digression pour rappeler notamment que si coût il y a, économie il y a peut-être en arrêtant une incongruité qui consiste à diffuser par vidéo sur le site de la chaîne ce qui se passe dans le studio. Celui qu'on attrape et qu'on garde en faisant de la (bonne) radio s'appelle auditeur, pas spectateur. L'auditeur n'a pas besoin et même pas envie d'avoir l'image, il aime bien que son cerveau travaille tout seul de son côté en reconstruisant par exemple une ambiance à partir du seul environnement sonore.

Je ne quitterai pas l'écoute pour RTL ou Europe 1 mais si, d'aventure, France Culture devait perdre de vue qu'elle est avant-tout une chaîne de radio, je me résignerai à tourner définitivement le bouton. J'ai fini par passer d'Inter à Culture il y a quelques années. L'attachement à une radio, à son identité n'est malheureusement pas pour vous indéfectible. Et je veux bien parier que beaucoup d'autres ont fait le même chemin, tandis que les audiences d'Inter se portaient bien avec l'arrivée des déçus d'Europe 1. Gagner des auditeurs, c'est bien et même très bien, mais pas si on perd son identité.

Cordialement

Comme vous le signalez, nous avons déjà répondu à cette question sur la publicité au début des podcasts. Du fait de la baisse du financement public, il nous faut nécessairement trouver d’autres sources de revenus. Quant à la vidéo que vous fustigez, vous pouvez en effet ne pas apprécier, mais en 2017, à l’ère du développement indispensable du « média global », il serait suicidaire de la refuser. La vidéo permet d’attirer de nouveaux auditeurs, plus jeunes, et de mieux susciter l’intérêt et l’attention sur les réseaux sociaux.

Partager sur...