Réchauffement climatique

Jean François Dubois 06/09/2018 13:37 Radio France

Je viens d’entendre le journal de 13h de France Inter de ce jour 6 septembre, au cours duquel, suivant dossier préparé par Sandy Dauphin (orthographe non garantie, merci de me le pardonner), on apprend que le « grand dossier » pour François de Rugy va être la réduction du nucléaire dans la production d’électricité.
Je souhaite réagir et vous prie de transmettre ce message à Sandy Dauphin et à tous vos journalistes, éditorialistes, qui traitez des énergies vertes, du « PPE », du nucléaire… je vous en supplie, revenez aux réalités objectives.

Le réchauffement climatique est avéré, la planète est en danger, la survie même de l’humanité est en jeu, et on ne peut plus attendre pour agir.
La véritable urgence est de limiter les émissions de gaz à effet de serre, donc du CO2.
Pour ce faire, il faut réduire drastiquement l’usage des combustibles fossiles, charbon pétrole et gaz… Il faut donc convertir un maximum d’usages énergétiques du fossile vers le renouvelable direct quand c’est possible, et vers l’électricité dans les autres cas :
- le transport industriel et commercial, en mettant un maximum de camions sur le rail,
- le transport individuel en rendant la voiture électrique accessible (problème du coût),
- l’industrie, en électrifiant les processus consommateurs de fuel, gaz ou charbon,
- le chauffage bâtiments, dans l’attente de l’amélioration de l’isolation, souhaitable, possible, mais qui prendra du temps, promouvoir le chauffage solaire direct lorsque faisable, et électrique par pompes à chaleur pour le reste.
Ceci bien sûr en veillant à ne pas produire l’électricité à partir des combustibles fossiles !.
En tous cas, l’urgence n’est pas de réduire le nucléaire. Il est seul (avec l’hydraulique, mais qui n’est plus extensible) à pouvoir produire massivement, en continu et sans aucun rejet de gaz à effet de serre, cette électricité dont nous aurons demain encore plus besoin.
Ne nous trompons pas de combat, nous n’avons plus droit à l’erreur.
Jean-François Dubois, Douvres (Ain)