Recul par rapport aux communiqués et aux éléments de langages d’organisations syndicales ou politiques

Guillaume PLARD 22/08/2016 15:47 France Inter

Bonjour,
en début de semaine, une responsable de l'UNEF est intervenue sur l'antenne (France inter ou France info, je ne me rappelle plus exactement) pour dénoncer "l'explosion" du coût de la rentrée pour les étudiants. L'explosion ainsi décrite et reprise par plusieurs journalistes dans les titres de la journée est de ....1,23%. Donc selon ce même critère l'explosion des salaires démarre à 1,23%.
Beaucoup de gens auront du mal à le croire.
Il n'est pas sérieux de reprendre in extenso des éléments de langage d'un syndicat sans un minimum de distance. A Nanterre pour un coût mensuel de 1024 euros cela représente 12 euros par mois soit 42 centimes par jour. Ce n'est pas 0 mais ce n'est pas non plus une explosion.
A aucun moment l'étude de la FAGE (autre syndicat étudiant) qui aboutit à une hausse de 1,01 % n'a été citée et encore moins le commentaire associée par cette organisation qui parle d'une augmentation limitée, ce qui est la réalité du point de vue mathématique.
Petite précision, je ne suis pas de la FAGE ni étudiant ni soutien inconditionnel du gouvernement.
La parole publique en ce qu'elle a de plus caricatural (éléments de langage évidents et surjoués par les organisations étudiantes tout comme par les partis politiques) doit être davantage critiquée (au sens d'y apporter un éclairage critique) par les journalistes. C'est d'autant plus vrai sur des sujets froids comme cette étude.
A trop exagérer des faits minces, on produit un rejet de la parole publique et on ne respecte pas l'intelligence des auditeurs qu'on cherche à rendre captifs d'une communication travaillée en ce sens.

Vous avez parfaitement raison et je transmets votre réaction aux rédactions en leur rappelant l’importance du choix des mots et de la réflexion par rapport aux communiqués syndicaux.

Partager sur...