Rentrée scolaire

rené boudet 01/09/2015 11:12 France Info

Ce
matin émission sur la rentrée scolaire. Rencontre avec une maman
dans un collège privé catholique. Commentaire : j'ai mis mon
fils (À tous les coups il n'est pas bon, insupportable, violent et
vulgaire) dans cet établissement parce qu'il est un enfant avec des
compétences non reconnues. Elles ne sont pas valorisées dans le
collège public. Ici la pédagogie est différente. Les professeurs
sont fédérés autour d'un projet, autour de l'élève et se
retrouvent souvent pour faire le point. Comme si l'école publique
avait une pédagogie défaillante et que les professeurs incompérents
ne se réunissaient jamais. On touche le fond de l'absurdité la plus
déconcertante… Et vous relayez ça. Je n'ai jamais vu de
professeurs sans investissement professionnel se soustraire à des
réunions d'élaborations et de suivis de projets. Les professeurs du
collège privé sont recrutés parmi les candidats ayants raté les
capes et qui se rabattent sur un capes au rabais. S'ils pouvaient
postuler pour l'éducation nationale avec un statut plus avantageux
ils quitteraient le privé sur le champ. Pour ce qui me concerne,
l'éducation est un droit et ne doit pas faire l'objet d'un commerce.
Ça c'est déjà un premier scandale. France culture prend un virage
nauséabond et nous saurons le faire savoir. Les établissements
privés, contrairement à ce qui a été dit, recrutent que des
élèves aux bons résultats. Affirmer le contraire c'est mentir !
Carton Rouge !

Je suis quelque peu étonné par votre réaction. Vous avez le droit de ne pas partager l’avis de la maman diffusée sur l’antenne, mais pourquoi l’empêcherait-on de donner son opinion? On peut ne pas être d’accord, mais sommes-nous dans une dictature qui imposerait à tous la même opinion que la vôtre? Et votre radio (préférée) ne doit-elle refléter que vos propres idées? Le respect de la diversité des opinions est une notion importante en démocratie. Et je ne comprends pas en quoi la diffusion d’opinions diverses, que l’on ne partage pas forcément, serait, comme vous le dîtes, "nauséabond".

Partager sur...