Revue de presse d’Inter du 08/03/2017

Jacques LAHITTE 08/03/2017 11:05 France Inter

Si vous pouviez transmettre à madame Jouan, je vous en serais reconnaissant.
Merci par avance.

Concernant votre revue de presse de ce matin 08 mars.

Madame Jouan,

Le monde journalistique se désole du fait qu'une réticence monte au sein des peuples à l'encontre des médias, chose dont je me désole, mais que je peux aussi comprendre par moments d'un autre côté.
J'ai écouté votre revue de presse depuis Varsovie où j'habite depuis une dizaine d'années, et je tenais à vous apporter quelques précisions sur les réalités de ce qui est rapporté à l'ouest.
Il n'y a jamais eu le moindre projet de faire régresser le droit à l'avortement en Pologne, un droit déjà très restreint, je suis bien d'accord, et ce, depuis le veto de Lech Wałęsa, lorsqu'il était président, suite à une loi sur l'IVG qui avait alors été votée, déjà pas mal d'années en arrière. Cette loi très restrictive est restée la même depuis cette date, notamment sous les 2 dernières mandatures de droite libérale PO (centre droit dans la novlangue française).
Un groupe pro-vie a réuni il y a quelques mois le quorum de signatures nécessaires (500 000) afin qu'un débat puisse être entamé à l'assemblée afin d'interdire carrément l'IVG, un projet qui n'a nullement été dans les cartons du parti conservateur PiS. Ce projet a du reste été rejeté.
Concernant la pilule du lendemain, il n'a jamais été question de la supprimer ou d'en compliquer l'accès. Le gouvernement actuel préconise son utilisation sous ordonnance, rien n'a évolué ou régressé de ce côté là.
Pour résumer, le droit des femmes face à l'IVG et l'utilisation de la pilule du lendemain n'a absolument pas changé sous le gouvernement actuel, les dispositions sont restées exactement les mêmes qu'auparavant.

Je note que les politiques et citoyens polonais qui protestent et revendiquent aujourd'hui, je dirais à juste titre, afin de faire progresser le droit des femmes, sont exactement les mêmes qui sont restés silencieux et absents durant la dernière décennie de mandature de droite libérale (et même avant). Autrement dit, on assiste à une hypocrisie généralisée, "hystérisée" par certains médias occidentaux (je rappelle ici que plus de 80% de la presse hebdomadaire en Pologne est sous contrôle ($) allemand, allez imaginer la même chose en France).
La revue de presse en Pologne ne se limite pas seulement à Gazeta Wyborcza et à certaines élites et décideurs.
La majorité des polonaises et des polonais ne sont pas actuellement pour une évolution de ce cadre restrictif à l'avortement, en vigueur depuis les années 90, et ce quels que soient les divers mouvements politiques qui gouvernent; on peut s'en désoler, je le concède, mais le destin des polonaises et des polonais appartient à eux-mêmes.
Je n'entends jamais parler de cette situation des femmes à Malte, où la législation est la plus restrictive de l'UE...

Merci nous avons transmis à Hélène Jouan.

Partager sur...