secret d’info

sandrine Lequeux 21/09/2016 10:06 France Inter

J'ai écouté l'émission "secret d'info" du samedi 17 septembre, où il était question de monsieur Fabien Clain. Une de vos journalistes raconte que ce monsieur s'adonne à des pratiques prophétiques à partir de 2012 : la rokia. J'ignore de quoi il s'agit, ni comment cela s'écrit. Et votre journaliste énumère qu'il pratique la médecine prophétique, ou la sophrologie, la sorcellerie ou l'exorcisme...
Que vient faire la sophrologie dans ce propos ? Je suis choquée, terriblement choquée que l'on cite pèle-mèle des pratiques ésothériques en citant la sophrologie.??? Je suis sophroloque depuis 15 ans, je travaille dans des hôpitaux, des centres de soins d'addiction, dans des services de soins palliatifs... Je travaille chaque jour avec des personnes en souffrance. Comment peut on, encore aujourd'hui faire un raccourci aussi débile ? Comment cette journaliste qui doit être professionnelle se targue de dire entre 2 ou 3 horreurs des faits de cet homme, citer : la sophrologie. Le propos concernant cet homme est terrifiant tout au long de l'émission, mais je reste ; moi : terrifiée qu'une journaliste en 2016 énumère ma pratique, entre de l'ésothérisme et du désenvoutement.
J'en reste abasourdie. Moi et toute la profession. C'est une grave atteinte à notre métier.

Voici la réponse d’Élodie Guéguen :

« Bonjour,

Dans cette enquête, nous avons indiqué que Fabien Clain pratiquait la « roqya » et nous avons voulu préciser que la définition de la « roqya » variait selon les personnes que nous avions rencontrées.

En effet, j’ai pu interroger des personnes qui pratiquent la roqya –récitation de versets du coran- et, pour qui, cette pratique s’apparente à une « méthode de relaxation », à de la « sophrologie ». D’autres vont plus loin et parlent d’une forme de  « médecine alternative ».

Enfin, pour une autre catégorie de personnes la roqya n’est pas une quête de « bien-être » mais bien une forme de sorcellerie. En Belgique, de nombreuses voix se sont élevées contre la roqya après la mort d’une jeune femme, il y a quelques années, lors d’une séance. La justice a reconnu que la patiente avait subi des « actes de torture et de barabarie ».

Nous sommes désolés si vous avez été heurtée par les propos tenus dans le sujet. Encore une fois, notre propos n’était pas d’assimiler la sophrologie à de la sorcellerie mais de dire que les personnes que nous avions interrogées ne nous donnaient pas du tout la même définition de la « roqya ».

Bien cordialement

Elodie Guéguen »

Partager sur...