Tél2phone sonne du 28/07/17

Elisabeth DAYCARD 31/07/2017 11:16 France Inter

Monsieur,

Auditrice régulière de France Inter je me réjouissais de l'ouverture d'esprit et particulièrement de l'écoute des journalistes-animateurs et du niveau des intervenants de l'émission Le Téléphone sonne. Ce soir l'émission traitait des obligations vaccinales, sujet d'actualité polémique et sur le plateau aucun invité scientifique contre l'obligation vaccinale augmentée envisagée par le gouvernement alors que nombre de personnes faisant autorité ont signé une pétition contre cet élargissement obligatoire de la couverture vaccinale chez les tout petits. Une nébuleuse d'"anti vaccins" nommée sans précision et des invités là pour soutenir ouvertement ce projet du gouvernement sans contradiction. C'est choquant et décrédibilise France Inter, l'audience peut chuter sur de telles complaisances dues à une émission mal préparée et ouvre la porte à des suspicions sur la liberté d'expression d'une radio publique. Merci de me rassurer... Etait-ce une faiblesse due à la période estivale ? Mais c'est parfois une période où on est plus disponible pour écouter la radio, alors la baisse de niveau est une très mauvaise idée.
Merci de l'attention que vous porterez à ce message, cordialement, Elisabeth Daycard

Je peux comprendre votre réaction en termes d' »équilibre » des points de vue. Toutefois, notre rôle est aussi de ne pas laisser propager de fausses informations et toute cette théorie du complot qui envahit les réseaux sociaux à propos de la vaccination. Énormément de contre-vérités sont lancées sur de potentiels dangers. Sont mis en avant quelques cas isolés de décès (possibles, comme pour l’usage de n’importe quel médicament), en oubliant « seulement » les centaines de millions de personnes protégées par les vaccins. Combien de maladies ont pu être éradiquées grâce à eux… Certaines, d’ailleurs, reviennent en force du fait d’une couverture vaccinale en baisse. C’est le cas de la rougeole… Il est de bon ton dans nos pays riches et devenus égoïstes de contester tout ce qui a permis des progrès médicaux et des avancées scientifiques quand les habitants de l’Afrique ou d’autres contrées quelque peu « oubliées » aimeraient bénéficier de nos protections en matière de santé. Vous êtes-vous demandés pourquoi une telle différence d’espérance de vie entre nos différents continents? Evidemment, des erreurs ont pu être commises (les médias n’ont pas caché la mauvaise gestion de la grippe H1N1), mais elles ne remettent pas en cause les bienfaits de la vaccination. Pour l’instant, aucune alternative n’a été trouvée pour se préserver de certaines maladies handicapantes ou mortelles. Notre rôle de média est bien sûr de favoriser le débat, mais pas de favoriser la propagation de fausses informations et de peurs irraisonnées, qui, de plus, conduisent des personnes peu ou mal informées à combattre les avancées de la recherche médicale, aux risques d’un retour en force d’une surmortalité. A cause des réseaux sociaux et d’internet, ces « militants » se croient souvent plus intelligents que les spécialistes médecins ou chercheurs. Évitons le retour de l’obscurantisme…

Partager sur...