Toujours pas de réponse (II)

Éric Guignet 06/02/2017 14:15 France Culture

À l'usure messieurs ! Obtiendrai-je une réponse après cette 2e relance ?
Inutile de vous dire que je fais publicité autour de moi (réseaux sociaux, Acrimed entre autres) de vos conceptions et traitements de l'information, du suivi de cette "médiation"...

Monsieur le médiateur,

Ce jeudi 19 janvier, à l'écoute de l'émission L'invité des matins (Débats politiques : paroles, paroles, paroles ?) où il fut question de l'usage des mots, des registres des candidats à la présidentielle, l'on peut facilement observer que le "traitement " réservé à Jean-Luc Mélenchon relève de l'indigence :
"En ces temps de primaires, à droite comme à gauche, la parole politique se fait abondante", annoncera ici Guillaume Erner... sauf que celle du porte-parole de la France insoumise fut complètement absente dans les deux parties de l'émission (respectivement 15.18 minutes puis 14.12 minutes). Aucune bribe d'extrait de Jean-Luc Mélenchon quand tous les autres postulants ont tous eu droit à un morceau choisi...
En réalité, les seules fois où il est fait référence à JLM, c'est seulement sur le mode allusif et non de façon analytique comme pour tous les autres candidats; Ainsi 48 secondes lui sont consacrées dans la 1re partie, 37 secondes dans le chapitre 2 de l'émission.
C'est intéressant, non ?

Et ce 20 janvier ? Riche d'enseignement, lui aussi, à l'écoute du journal de 8 heures :
"Et puis dans l'Ain à Oyonnax, François Fillon a repris doucement sa campagne à 3 mois de le Présidentielle. Le candidat de la droite et du centre tente d'éteindre la fronde des sarkozystes." On est là dans le traitement des comptes-rendus de meetings et celui de M. Fillon fait l'objet d'un reportage de 1.44 minute.

À contrario, pas de reportage mais une - et une seule - phrase pour Jean-Luc Mélenchon :
"Hier soir, le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a également tenu un meeting à Florange - terre symbolique des aléas du quinquennat Hollande - c'est là en Moselle que les hauts-fourneaux d'Arcelormittal ont fermé en 2013 malgré les promesses électorales du chef de l'État"
Voilà, le tout tient en 14 secondes.

Éloquent, non ? J'attends, s'il vous plaît, quelques éléments d'explications.
Bien cordialement.

Éric Guignet, journaliste (carte n° 105556)

Cher Monsieur,

 

Pour votre première remarque, cette édition de notre matinale s’inscrivait dans les tous derniers jours de la campagne des primaires de la gauche, d’où une attention particulière et parfaitement compréhensible aux discours des candidats en lice.

Sur le second point, vous pointez une édition du journal de 8 heures en particulier à l’appui de votre thèse. Mais si vous preniez d’autres journaux, les résultats seraient complétement différents, l’idée générale étant bien sûr que tout cela s’équilibre au fil du temps. Car comme vous le savez sans doute, France Culture est, comme les autres médias audiovisuels, soumise aux règles de temps de parole politique et de temps d’antenne émises par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, qui examine notre traitement éditorial à la loupe et à la seconde près. C’est à la fin des différentes périodes de référence (que vous pouvez retrouver sur le site du CSA) que d’éventuels manquements pourront être effectivement notés, pas avant….

Bien cordialement,

 

Vincent Lemerre

Délégué aux programmes

France Culture

Partager sur...