Traitement du passage de l’ouragan Irma sur les Antilles

Christophe Gauchon 18/09/2017 12:40 France Inter

Bonjour Monsieur,
je voulais vous dire que j'avais vraiment été sidéré par la façon dont le passage de l'ouragan Irma a été traité sur France Inter, que ce soit dans les interventions des journalistes eux-mêmes, ou dans la façon dont ont été relayés les propos de certains politiques sans aucune rectification quand cela s'imposait.
A trois reprises le même matin, Nicolas Demorand (qui a beaucoup de qualité mais qui a dû se laisser emporter) a parlé d'un événement "inédit" ; ce terme est revenu pendant toute la semaine, et bien au-delà de votre antenne.
Vu votre biographie professionnelle telle qu'elle est affichée sur le site, vous devez vous souvenir de l'ouragan Hugo qui a touché la Guadeloupe en 1989 et des dégâts qu'il a causés. Un peu plus loin de nous, l'ouragan Okeechobee en 1928 a fait 1200 morts en Guadeloupe et 4000 morts en tout !
Le samedi, Denis Cheissoux s'est laissé aller à dire que les effets de l'ouragan avaient été terribles parce que les îles sont toutes plates : il avait dû confondre avec les Maldives. Pour mémoire, saint-Barthélémy culmine à 284 mètres, et Saint-Martin à 415 mètres ! Même si la plupart des habitations sont en position littorales, plusieurs villages sont en hauteur (surtout à Saint-Barthélémy) et absolument pas concernés par le risque de submersion marine.
Un homme politique sur votre antenne a parlé de "la plus grosse opération de logistique depuis la seconde guerre mondiale", sans aucun commentaire pour nuancer ce propos : le retour des pieds-noirs ou le déploiement de l'armée en Afghanistan devant être compris comme des entrainements en vue de l'ouragan Irma.
Enfin, également repris en boucle, la notion de "territoire détruit à 95 %" n'a aucun sens. Si l'on essaie de reconstituer la genèse de ce bobard, on est passé de "95 % de l'habitat touché" à "95 % de l'habitat détruit" puis à "95 % du territoire détruit". Ce n'est pas sérieux.
Je ne sais pas dans quelle mesure vous aurez des réunions de bilan "à froid" sur le traitement de cette information sans doute dramatique, mais je ne vous cache pas que c'était très décevant. L'arbre du réchauffement climatique (explication valable aussi pour 1928 ?) cache tout le raisonnement et la prise de recul qui auraient été nécessaires pour traiter un tel événement.
Même si je ne suis pas spécialiste de ces questions, je me tiens à disposition pour tout échange complémentaire que vous jugeriez utile.

Bien respectueusement,

Christophe Gauchon
Professeur Géographie
Université Savoie Mont Blanc (bien loin des Antilles, certes)

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr

Partager sur...