la Turquie selon les journalistes français

kiymet pistof 27/06/2018 9:46 Radio France

Bonjour,
le devoir d'un journaliste, à mon sens, est d'informer, d'expliquer des faits. Il serait donc juste que les journalistes de radios publiques comme ceux de radio France fassent leur travail avec impartialité et justesse. Il n'en est rien concernant certains sujets mais celui qui me frappe toujours, c'est le sujet turc ou plus exactement Erdogan! Vos journalistes n'arrivent pas encore à concurrencer la malhonnêteté du Point, vous la frôle parfois... Comment peut-on dénigrer autant un peuple qui a voté, mettre en doute, sans preuves, des résultats d'élections démocratiques, pointer du doigts des stratégie électorales appliquées même en France, mais quand il s'agit d'Erdogan, tout est crime! donc, j'invite vos journalistes à plus d'objectivité, à plus de respect pour ce peuple qui a choisi -même si cela vous déplaît- son président. En résumé, que les journalistes fassent preuve de professionnalisme et cessent d'orienter les opinions des auditeurs, tout simplement parce qu'ils jouissent d'un pouvoir médiatique -et non de la liberté de la presse. S'ils respectaient la liberté d'expression comme ils se plaisent à le clamer, ils donneraient la parole à des partisans d'Erdogan qui sont des gens parfaitement sensés. Mais sur les plateaux, on a le droit aux mêmes intervenants, "pseudo-spécialistes" de la Turquie, qui parlent d'une même voix et qui sont de connivence avec le présentateur. Tout cela est assez affligeant!

Le rôle du journaliste est surtout de donner des faits exacts. Quand la probité d’une élection est mise en doute, nous devons le dire. Quand un président capte tous les pouvoirs, emprisonnent les journalistes et les opposants, nous devons aussi parler des dérives démocratiques. Cela peut déplaire à ses militants, mais nous ne pouvons trahir la réalité.

Partager sur...