végan ou pas?

sylvio jouclard 17/03/2017 15:02 Radio France

Monsieur Sylvio Jouclard
6, Le Moine 33420 Grézillac
06.14.98.02.77
sylviopapoune@orange.fr

Grézillac le 17/03/17

Monsieur ou Madame le (la) Médiateur(trice), après tout pourquoi ce serait obligatoirement un homme ?
Je suis un auditeur régulier de France Inter et ma question concerne les interventions sur cette antenne. Ce matin, j’ai entendu, dans le cadre des informations matinales, un témoignage de la part d’une personne dite « Végan » qui expliquait qu’elle avait proscrit de son alimentation tout ce qui avait un rapport de près ou de loin avec les animaux, allant même jusqu’à proscrire de ses activités de loisirs l’équitation, qu’elle avait pratiquée avec plaisir dans sa jeunesse, sous prétexte qu’elle ne comprenait plus pourquoi le cheval devrait supporter son poids sur le dos alors qu’elle pouvait marcher à ses côtés sans le faire souffrir.
Jusque là, je ne vois rien de dérangeant. Pourtant, après réflexion, je me suis dit que, suivant les préceptes fondateurs de notre constitution, « liberté, égalité, fraternité », personne ne m’a donné la parole sur votre antenne pour signifier que, dans un souci de respect total de cet animal, je n’ai jamais pratiqué l’équitation. Ma première question relève donc de l’égalité, puisque la liberté d’être « Végan » a été respectée. Pourquoi, donc, ces personnes qui prônent la consommation d’aliments non issus de l’animal ont plus le droit à l’antenne que moi, juste parce qu’ils ont l’aura d’une actualité gourmande de différence, voire d’originalité ?
Nous sommes tous frères, pour respecter la 3ème condition sine qua non de la république française, donc je souhaiterais obtenir autant de temps d’antenne que ma « sœur » qui surfe sur une mode du moment pour avoir son moment de gloire, moi qui n’ai jamais pratiqué l’équitation mais qui vis dans la France profonde et ne pourrai jamais plus mettre les pieds dans la capitale pour ma peine d’utiliser un véhicule diésel (honte sur moi !) de 1992, mais bon, vus les yeux qui piquent et la gorge qui racle chaque fois que j’y allais, ce n’est pas si grave. En revanche, dans le cadre d’une égalité obtenue de longue lutte par nos anciens, je vous demande l’autorisation d’exprimer sur l’antenne mes choix de vie, et ce, en dehors de toute propagande électorale.
Pour revenir à la base de ma demande, le fait que cette personne se dise « végan » lui confère-t-il une quelconque supériorité en droit face au vulgus pecus que je suis ? Oui, je mange de la viande et des légumes aussi, il ne faut pas croire que ces personnes, hormis le côté vendeur d’une nouvelle mode, devraient avoir droit d’antenne plus fréquemment qu’un simple français qui vit de manière traditionnelle.
Espérant que votre emploi n’est pas aussi fictif que celui révélé dernièrement de certains attachés parlementaires, je vous remercie par avance de votre lecture et, peut-être, de votre réponse.
Vous souhaitant une longue carrière, veuillez croire, Madame ou Monsieur, à l’expression de mes sentiments respectueux.
A Grézillac le 17/03/17
Un auditeur de France Inter
S. Jouclard

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr.

Partager sur...