La voix de l’emploi

patrick Volut 10/10/2016 9:26 France Culture

(Je vous ecris d'Egypte ou je ne dispose que d'un clavier QWERTY lequel ne note pas les accents.
Merci d'y suppleer ,au besoin, pour sauver le sens.)

Monsieur le Mediateur,

Craignant de mal entendre ou de mal penser, je me suis longtemps retenu d'apporter mon temoignage,
Aujourd'hui, je me le dois.

Chaque langue a sa prosodie et ses inflexions vocaliques propres, Le francais aussi,
Passe encore, si ce cas devait rester une exception exotique, passe encore que M. Hakim Kasmi ait toute licence de phraser ses reportages selon les canons du "rap" : i.e. faie exploser tous les quatre mots les consonnes d'attaque, savonner les trois mots suivants et parsemer le tout de moult "Eh bien !".
Bon; soit; passe encore; on comprend les bonnes intentions...
Et je comprendrais encore mieux et ca passerait d'autant mieux si je rencontrais ce genre de fioritures chez un lointain correspondant occasionnel et tres "local" de RFI..plutot que chez un chroniqueur de France Cult,

M Kasmi est sans doute un poete ( "La fievre des mots qui dit la fievre et non des mots"). Et de fait on saisit bien la fievre de M. Kasmi..mais non ses mots - ce qui est tout de meme un peu dommage pour l'auditeur,
Je veux bien croire que M, Kasmi ait le bon physique radiophonique, mais a-t-il vraiment la voix de l'emploi ?
Bon; peu importe l'auditeur; soit; passe encore..

Seulement voila : cette originalite tend a devenir tres :tendance (virale ?) sur l'antenne. Deja plusieurs animateurs-commentateurs-chroniqueurs de F.C. imitent le style de M Kasmi et rapent leurs textes "Hakim mieux-mieux"..
Des exemples ? Le samedi 1er octobre, le billet de Diana Philippova (a 8h 50).. et a sa suite le commentaire de Caroline Broue (!) etaient dits en mode "rap", etc.,etc, et ce matin meme.. Bon, j'arrete la.

Pourriez-vous, Monsieur le Mediateur, en glisser un mot aux interesses ? ..Sauf bien sur s'il s'agissait la d'un choix esthetique de l'antene ou d'une ligne politique assumee.

Bien a vous,
un sous-chien (comme ils disent),
P. Volut

Vous ne pouvez pas la savoir, mais Hakim Kasmi est un journaliste non-voyant. Pour lui, l’exercice du direct est donc plus complexe, puisqu’il doit « déchiffrer » son texte en braille. C’est tout à l’honneur de France Culture d’avoir confié un poste de journaliste à un jeune non-voyant et d’avoir équipé la rédaction de matériel spécifique pour lui permettre de travailler normalement.

Partager sur...