Xavier de la Porte nous fait flipper

Louis Germain 13/12/2016 13:55 France Culture

Xavier de la Porte nous fait flipper

La rubrique de Xavier de la Porte du vendredi 9 décembre 2016, dans "Les Matins" à 08h40, intitulée : "L'écologie, c'est aussi une affaire de données et de calcul" fut passionnante.

Néanmoins, Xavier de la Porte a dit :

"Le point de départ, c'est une étude dont je vais vous lire le titre pour vous _faire_flipper_ ."

Cela à la seconde 13 de ce fichier audio : [ durée : 00:04:08 - par : Xavier de la Porte - Une étude montre que les données sur l'énergie solaire sont obsolètes. Elle serait en fait plus performante que le pétrole et le gaz. ]

http://rf.proxycast.org/1240907611532959745/16371-09.12.2016-ITEMA_21161411-0.mp3

Puis-je savoir si le médiateur considère que le francais familier ou argotique est cohérent avec le respect du bon usage du français sur Radio-France dont il est le garant?

Si ce n'est pas le cas, puis-je savoir si M. de la Porte a entendu votre avis, et, surtout, s'il s'engage à éviter l'argot ou le français familier?

Je souhaite avoir la réponse précise du médiateur, et celle de M. de la Porte.

J'attends médiateur autre chose que la formule laconique qui nous est servie : "Votre message a été transmis".
En effet, la prochaine fois que j'entendrai une expression argotique du genre "flipper sa race", que sais-je encore, j'ai besoin de savoir si je dois passer du temps à le signaler, ou s'il faut abandonner et capituler sur Radio-France aussi devant cet échec de l'Education Nationale qui aura aussi atteint notre radio publique, avec l'aide de ses journalistes et chroniqueurs.

J'aimerais que Xavier de la Porte sache que les auditeurs apprécient ses excellentes chroniques, pour le fond et la forme en général, mais que l'argot, les expressions familières de jeunes gens ou à la mode, n'apportent rien et même dévaluent ses propos.

Favoriser l'argot en montrant cet exemple ne semble pas être ce qui est approprié, au moment du constat de la chute vertigineuse et persistante du niveau de français, des jeunes en particulier.

Ce n’est pas bien grave; ce n’est qu’une expression de langage parlé, utilisée ponctuellement. Et en radio, on parle naturellement. En tout cas, il ne s’agit ni d’argot ni d’un échec de l’Education nationale. Même si je suis très vigilant à propos de la l’usage de la langue (ma note interne hebdomadaire en est la preuve), je ne m’inquiète pas d’un langage qui, de temps à autre, peut ressembler au langage quotidien. La radio n’est pas un cours du Collège de France.

Partager sur...