La complexe situation politique du Brésil

Alice Serrano/ Destitution Dilma Roussef

Alice Serrano/ Destitution Dilma Roussef

Direction, le Brésil et sa crise politique.
Une crise pas toujours très bien comprise ni très bien expliquée de ce côté-ci de l’Atlantique, si l’on en croit les auditeurs qui ont écrit au médiateur de Radio France. Il est vrai que lorsque France Info évoque au quotidien le feuilleton de la destitution de la présidente Dilma Rousseff ou  les manifestations de soutien ou d’opposition, il est difficile de rentrer dans tous les détails de cette situation complexe.

Bruno Denaes, médiateur des antennes, reçoit Alice Serrano, grand reporteur à France Info, qui vient de passer une semaine au Brésil.
Elle a pu se plonger dans cette situation politique. Des auditeurs lui ont reproché de se focaliser sur les opposants à Dilma Rousseff. Le parti pris de France Info était de suivre ces opposants, de comprendre qui ils sont, afin de chercher d’éventuelles similitudes avec le mouvement « Nuit debout » qui naissait en France à peu près au même moment. En fait, Alice Serrano a pu constater, en les rencontrant, que les opposants ressemblent, en réalité, plus aux partisans de la « Manif pour tous ». 

Sur des sujets de politique intérieure ou internationale, certains reprochent un parti-pris de France Info parce qu’ils ont entendu un reportage sur un angle précis, par exemple les opposants à Dilma Rousseff. Mais il est possible de ne pas avoir entendu le reportage sur ses partisans et, alors, de croire que France Info ne s’intéresse qu’à un seul camp ; ce qui n’est évidemment pas la réalité. Alice Serrano précise qu’un sujet a été diffusé le lendemain sur les « pro-Dilma ».

La situation est complexe et les « corrompus » sont dans tous les camps, de droite comme de gauche. Il faut être sur place pour essayer de comprendre au mieux la situation. C’est ce qu’a fait Alice Serrano, avec l’aide d’un fixeur. C’est une personne du pays qui connaît bien la situation ; elle lui a permis de travailler plus sereinement et d’être introduite dans des endroits potentiellement dangereux, comme les favelas, où, d’ailleurs, elle a entendu à plusieurs reprises de coups de feu.

A consulter les reportages d’Alice Serrano sur France Info