Parle-t-on correctement sur France Culture ?

Parle-t-on correctement à la radio

Des auditeurs reprochent aux journalistes ou producteurs de ne pas respecter la langue française.
Ecoutez la chronique du 24 mars sur France Culture

 

La semaine du 14 mars était consacrée à la langue française ; à cette occasion, les messages adressés au médiateur ont été plus nombreux.
Pour y répondre Bernard Cerquiglini, linguiste, professeur d’université et, entre autres, ancien directeur de l’Institut national de la langue française.

De l’usage de la langue française sur France Culture
Certains auditeurs ne supportent pas que la radio parle comme dans la vraie vie. Par exemple, Xavier nous écrit : « Afin que la Semaine de la langue française se poursuive, pouvez-vous indiquer à vos journalistes que dire « ce midi » et « des fois » n’est pas français ».
« Ce midi » le Grévisse l’a adopté ; quant à « des fois », cela relève de la langue familière et non de la langue de la radio.

La langue ne doit-elle pas s’adapter au support ?
A la radio, on parle ; on n’a donc pas le langage académique que certains auditeurs aimeraient entendre et qui rappellerait l’époque surannée des speakers.
Cependant, le Service Public doit donner l’image de la « bonne langue parlée » ; il faut faire les liaisons et parler la « langue de la conversation » avec les bonnes intonations.

Des expressions que l’on entend souvent sur les ondes …
Mylène, par exemple, écrit : « J’adore France Culture, mais je n’en peux plus d’entendre régulièrement le matin cette bêtise à propos de la météo : « Les températures oscilleront entre 8 et 12° ».
Il s’agit du langage « cuit ». C’est mieux de dire « les températures varieront »

Les néologismes
Oscariser, textoter, brexit. Simon nous écrit : « Vos journalistes parlent en permanence d’ « uberisation » de ceci ou de cela, que ce soit à propos des contrats de travail, des intermittents, de la crise agricole, etc. Ce mot ne veut rien dire, il est laid et inutile en dehors du conflit des taxis. De plus, vous faites de la publicité gratuite pour une marque ».
Le mot « ubérisation » par exemple est bien formé et se substitue bien aux anglicismes : vive la néologie !

Les anglicismes
En tête, « hashtag », « buzz », « best of », « low cost », sans oublier « podcast » que plusieurs auditeurs ne supportent pas de voir appelé ainsi sur le site de France Culture.
Les équivalents français existent ; le site http://www.culture.fr/franceterme donne les bons termes à utiliser