Pixabay

Le coup de fil politique qui confirme l’indépendance de Radio France

L’indignation est à la hauteur de l’acte… Le coup de fil du Garde des Sceaux au Directeur des enquêtes et de l’investigation de Radio France a suscité de très nombreuses réactions. Le pouvoir veut-il faire pression sur les journalistes ? En tout cas, les auditeurs qui nous ont écrit n’ont aucune crainte à avoir ; nous continuerons de défendre notre indépendance et la qualité de l’information.

Le journaliste Jacques Monin, qui dirige le service chargé des enquêtes et des investigations pour toutes les rédactions de Radio France, a raconté au micro du médiateur, jeudi sur France Culture, ce coup de fil surréaliste reçu directement de François Bayrou.


Le Garde des Sceaux se plaint de l’enquête que mènent des journalistes de son service sur le financement de salariés du MODEM par l’Assemblée européenne. Et il profère des menaces : le dépôt d’une plainte pour harcèlement. Aussitôt, Jacques Monin rend public cette intervention consternante d’un ministre auprès d’un média.

Cette démarche ministérielle (ainsi que la plainte contre X déposée par le ministère du Travail après un article publié par Libération) va provoquer une impressionnante réaction collective des médias, des syndicats de journalistes et des Sociétés de journalistes (SDJ). Une vingtaine de SDJ vont s’associer pour dénoncer des « signaux extrêmement préoccupants » envoyés par le gouvernement en matière d’ « indépendance des médias » et de « protection des sources ».

« Préserver le grand principe d’indépendance de Radio France » (Mathieu Gallet)

Il en va évidemment de la liberté de pouvoir informer et enquêter sans pressions, sans menaces. C’est ce qu’a déclaré Mathieu Gallet, le PDG de Radio France, aux équipes de notre maison : « J’ai été surpris par cette « démarche » d’un ministre. On peut parler d’attitude déplacée. Un grand principe d’indépendance a toujours animé Radio France tant sur le plan politique qu’économique. Et j’entends bien continuer à le préserver, principalement pour ses salariés qui peuvent ainsi offrir aux auditeurs et aux internautes des informations vérifiées, fiables et de qualité. J’espère que ce malheureux épisode servira d’exemple à ne pas suivre ».

Effet boomerang

Ce « malheureux épisode » permet de répondre à certains auditeurs persuadés que les journalistes, et plus particulièrement ceux du service public, subissent des pressions du gouvernement, de grosses sociétés, du monde financier, etc. A ces remarques, le médiateur avait pris l’habitude de dire : si cela se produisait, les réactions seraient immédiates de la part des journalistes, de leur direction, des syndicats et des SDJ. Eh bien, cela s’est produit et vous avez constaté les réactions.

Pour garantir la démocratie, les journalistes et les médias doivent pouvoir travailler librement. L’intervention de François Bayrou est d’ailleurs étonnante, tant l’effet boomerang est assuré. Mathieu Gallet le confirme en quelque sorte : « Depuis trois ans que j’occupe ce poste [de PDG de Radio France], je n’ai jamais connu la moindre intervention politique. D’ailleurs, j’avais fait savoir que si cela se produisait, je le révélerais immédiatement ».

Le pouvoir n’a aucune autorité

Même si le financement de Radio France est public, notre société est de droit privé et ses salariés n’ont pas le statut de fonctionnaire. Nous ne sommes pas, comme certains se plaisent à continuer de l’affirmer, une « radio d’Etat », mais une radio de service public. Le pouvoir, quel qu’il soit, n’a aucune autorité sur les choix éditoriaux de nos antennes. Une fois encore, aucun journaliste n’accepterait de se voir imposer des consignes politiques ou de se voir interdire d’enquêter sur des sujets « sensibles ».

Paradoxalement, ce coup de fil du Garde des Sceaux montre l’indépendance de Radio France. Des tentatives de pression peuvent toujours s’exercer, mais elles n’arrêtent pas les enquêtes et les reportages de nos rédactions.

 

Bruno DENAES

Médiateur des antennes.

@DR

Législatives 2017 : les règles du temps de parole

Les prochaines élections législatives françaises auront lieu les 11 et 18 juin prochains. Nous saurons alors si le président élu un mois plus tôt dispose ou non de la majorité nécessaire pour gouverner le pays. Les précédentes élections législatives s’étaient déroulées les 10 et 17 juin 2012. Officiellement, le décompte des temps de parole a repris sur nos… Lire la suite

©PHOTOPQR/LE PARISIEN  [Photo via MaxPPP]

Une campagne électorale « intolérante », côté coulisses du médiateur

Commencée avec la campagne de la Primaire de la droite et du centre lors du dernier trimestre 2016, cette campagne électorale, longue, atypique, ponctuée de rebondissements, d’affaires, de mensonges, aura surtout été marquée par une forte intolérance et une grande agressivité. Le médiateur des antennes de Radio France l’a constaté dans les milliers de messages… Lire la suite

MARC OLLIVIER / MAXPPP

Présidentielle : politique interdite jusqu’à 20 heures

Paradoxalement, ce week-end d’élection présidentielle est un grand moment politique, mais vous n’entendrez pas parler de politique sur nos antennes radio et numériques. Samedi et dimanche, l’audiovisuel est en « période de réserve ». Pas de commentaires, pas de sondages, pas de reportages ni d’interviews à propos des candidats… A consulter les règles du CSA De vendredi minuit… Lire la suite

Crédit : Lionel BONAVENTURE / POOL / AFP

Présidentielle : la campagne officielle débute ce 10 avril

Avec l’ouverture ce lundi de la campagne officielle du 1er tour, les onze candidats à la présidentielle vont bénéficier d’une égalité de temps de parole dans les médias audiovisuels et des mêmes facilités de la part de l’Etat en vue de l’élection. Débats, affichage, temps de parole… le principe de l’ « égalité » va succéder à… Lire la suite

François et Penelope Fillon, lors d'un meeting à Paris, le 18 novembre 2016. (ELODIE GREGOIRE / REA)

Fillon et Pénélope : la faute des journalistes ?

« Les commentaires destructeurs à l’égard de François Fillon sont une honte pour la France », « Il faut absolument bannir le lynchage médiatique », « Je trouve votre position parfaitement orientée ». Autant de messages reçus ces derniers jours s’en prenant aux rédactions de France Inter, franceinfo et France Culture… Les journalistes ont-ils outrepassé leur mission ? Dans la Grèce antique,… Lire la suite

France Inter

Mélenchon, YouTube et France Inter : quand la communication prend le pas sur la vérité

Alors, comme cela, France Inter aurait tout fait pour « faire taire Mélenchon » et « tuer sa chaîne YouTube ». Les réactions outrées auprès du médiateur sont nombreuses… Mais également, plusieurs d’entre vous s’interrogent sur la réalité des faits. Voici ce qu’il en est exactement… « Vous avez manœuvré pour provoquer la fermeture de la chaîne de JL Mélenchon »,… Lire la suite