Des étiquettes "J'ai voté. Et vous ?" sont empilées dans un bureau de vote de Chicago (Illinois), le 31 octobre 2016. (JOSHUA LOTT / AFP)

Réactions à la couverture de l’élection de Donald Trump

Bruno Denaes revient sur l’événement de la semaine : la victoire de Donald Trump. Les messages des auditeurs ont été très nombreux. Pour leur répondre, le médiateur reçoit Frédéric Barreyre, directeur de la rédaction, et Vincent Lemerre, directeur des programmes.   Tous les médias ont été interpellés après l’élection de Donald Trump. Le premier gros… Lire la suite

Mazarine et Anne Pingeot aux obsèques de François Mitterrand le 11 janvier 1996• Crédits : Sipa

Anne Pingeot dans l’émission A voix Nue : pourquoi ?

Retour sur une série d’entretiens « A voix Nue »  diffusés la semaine du 17 octobre  : ceux d’Anne Pingeot, l’autre amour de François Mitterrand, avec l’historien Jean-Noël Jeanneney. Pour répondre aux auditeurs,  Sandrine Treiner, directrice de France Culture au micro de Bruno Denaes.   La teneur de ces entretiens : le récit d’une vie Pourquoi Anne Pingeot… Lire la suite

Syrte /  Omar Ouahmane

Les coulisses d’un grand reportage : sur la ligne de front à Syrte en Libye

Omar Ouahmane, grand reporteur à Radio France, dont le reportage a été diffusé sur France Culture dans le Choix de la rédaction est au micro du Médiateur, Bruno Denaes : coulisses d’un reportage à Syrte dans un des fiefs des djihadistes, fief qu’ils sont en train de perdre. Son précédent reportage sur les migrants a été récompensé… Lire la suite

Pixabay

Comment parler des sciences sur France Culture ?

La place des sciences sur France Culture intéresse beaucoup les auditeurs. Bruno Denaes reçoit Nicolas Martin, producteur de « La Méthode scientifique » qui remplace depuis la rentrée l’émission « Culture Sciences » des années précédentes. Nicolas Martin a tenu à rendre hommage à son prédécesseur Michel Alberganti. Les auditeurs font des comparaisons et plusieurs d’entre eux… Lire la suite

@FredericSays

Primaires : les règles du pluralisme

La question des équilibres politiques Cette question revient souvent dans les messages des auditeurs.  Pour les uns, on entend trop la gauche, pour les autres, la droite ou le Front national. En fait, ce sont des ressentis en fonction de ses propres opinions, puisque France Culture, comme toutes les radios, doit respecter le principe du… Lire la suite

©Radio France/Christophe Abramowitz

Les changements de la rentrée sur France Culture

L’année s’achève. Mais déjà la grille de rentrée de France Culture commence à se dévoiler. Les auditeurs réagissent toujours aussi vite. Ils ont écrit pour demander des précisions, voire pour émettre des réactions. Sandrine Treiner, directrice de France Culture, est au micro de Bruno Denaes afin de répondre aux interrogations. Les matins de France Culture… Lire la suite

Nicolas KIEFFER / CECIFOOTIMPACTS

Quelle place pour le foot et le Front National sur France Culture ?

Les auditeurs de France Culture ont beaucoup réagi à deux sujets totalement différents : le football et Jean-Marie Le Pen.
Sandrine Treiner, la directrice de France Culture, répond aux auditeurs au micro de Bruno Denaes.


Le football
Le coup d’envoi de l’Euro a été donné ce vendredi 10 juin. France Culture en a parlé dans ses journaux et a consacré certaines de ses émissions à l’univers football. Ce qui a provoqué de belles réactions d’un certain nombre d’auditeurs.

Négatifs : Laurent, par exemple « Même France Culture s’y est mise… Elle était le dernier rempart médiatique de cette planète sur lequel il était encore possible de passer une journée sans entendre le mot « football ». Voilà que tout s’achève… ». Et Cathy : « J’éteindrai le poste chaque fois que le foot sera le sujet de l’émission. C’est peut-être extrême, mais c’est à l’image de l’intoxication que nous subissons avec ce sport ».

Positifs : « Ces émissions de France Culture sur le football sont super. Très touchant ». Des sujets dont on parle rarement ont été abordés, notamment : le cécifoot par exemple, le football pratiqué par des aveugles ou des malvoyants.

Pourquoi avoir pris ce risque de parler foot ? France Culture a-t-elle déplacé ses missions ?
Ce n’est pas le projet de la chaîne. Mais c’est un fait envahissant de l’actualité qui mérite un éclairage différent, ce que peut apporter la chaîne.

La promotion du Front National sur France Culture ?
l’Atelier du pouvoir de samedi dernier consacré à Jean-Marie Le Pen a suscité de nombreuses réactions d’auditeurs : Jacqueline résume bien la plupart des messages. « J’ai trouvé l’émission complaisante envers Jean-Marie Le Pen. Quel était le but de l’émission ? Faire la promotion du FN ? ». Et Jean-Yves ajoute : « Il aurait été intéressant de mettre en relief et en lumière son interprétation révisionniste de Vichy et des résistants de Londres, ou de rappeler qu’il est multirécidiviste en fraude fiscale ».
Comment accueillir cette parole politique ?
Objectif des producteurs de « L’atelier du pouvoir » : comprendre d’où viennent les racines de tout le positionnement de Jean-Marie Le Pen. Mais il est vrai que la partie « polémique » a été absente. Le traitement qui en a été fait est totalement différent d’une émission d’actualité.

 

sur le même sujet : Supporter un mois de foot…

 

 

 

 

France Culture

Fallait-il inviter François Hollande dans la Fabrique de l’Histoire?

Retour sur l’événement du 24 mai dernier sur France Culture : François Hollande invité de « la Fabrique de l’Histoire », l’émission quotidienne d’Emmanuel Laurentin. Ce n’est pas tous les jours qu’un Président de la République accepte de participer à une émission culturelle et historique. De nombreuses réactions positives comme celle de Jean-François : « Interview très intéressante et très intelligente » ou Vincent :… Lire la suite

© FDC / Lagency / Taste (Paris) / Ingrid Bergman © David Seymour / Estate of David Seymour - Magnum Photos
FORMAT PAYS

Cannes, les dessous du tapis rouge

Le Festival de Cannes est ouvert depuis le 11 mai. C’est un événement majeur durant lequel les journalistes sont très mobilisés. Antoine Guillot, critique cinéma de France Culture est en duplex de Cannes au micro du médiateur, Bruno Denaes. 

Cannes, un événement populaire ? 

C’est l’une des plus grandes fêtes du cinéma au monde, avec sa sélection internationale, mais aussi ses strass, ses paillettes, ses marches, ses vedettes… Nicole, une auditrice, a réagi : « Vous, les journalistes, parlez d’un événement populaire. Si Cannes en était un, ça se saurait, non ? » Ce festival est avant tout dédié aux professionnels. La sélection officielle est réservée aux journalistes, distributeurs, exploitants, producteurs… Les sélections parallèles, quant à elles, sont accessibles au public.

C’est l’événement le plus couvert au monde après les Jeux Olympiques, plus de 4 000 journalistes y sont présents.

Des films élitistes ? 

Les films récompensés à Cannes ont rarement un très gros succès dans les s alles de cinéma. Ils déplacent assez peu de spectateurs, rarement plus d’un million, ce qui est très faible. La professionnalisation du festival permet de sélectionner des « films d’auteurs » plutôt que des films grand public. C’est tout de même un festival prescripteur. Ce phénomène s’explique aussi par la situation économique actuelle du cinéma. Les films d’auteur restent peu de temps en salle et ont du mal à trouver leur public. De grands succès sont tout de même passés par le festival : Apocalypse Now, Un homme et une femme, le Salaire de la peur ou plus récemment, La Vie d’Adèle.

La journée d’un journaliste au festival

Les critiques cinéma doivent assurer leurs passages sur les antennes, leurs interviews, leurs papiers sur chaque film. Ils visualisent environ 4 à 5 films par jour. C’est loin de l’image idyllique des cocktails et autres soirées à Cannes.

2016, une bonne année.

Antoine Guillot le confirme, la moitié des films en compétition qu’il a déjà pu voir cette année sont très bons.

 

Retrouvez Antoine Guillot tous les soirs dans la Revue de presse culturelle à 21h15.

wikimédia

La place de l’Islam sur France Culture

Des auditeurs s’étonnaient que, le dimanche matin, alors que les différentes religions sont présentes sur l’antenne de France Culture, l’Islam n’y était pas. L’émission « Cultures d’Islam » était en quelque sorte à l’écart l’après-midi. À partir du 8 mai, cela change et l’émission sera diffusée le dimanche matin, à 7h. Ghaleb Bencheikh en prend les commandes.

À l’occasion de ce changement, le médiateur revient sur la présence de la religion sur France Culture.  Sandrine Treiner, directrice, est au micro de Bruno Denaes pour expliquer ces choix.

Trop de sujets sur la question de l’Islam, de l’antisémitisme, des différentes religions.
En effet, les auditeurs sont toujours très nombreux à réagir sur la question du traitement de ce sujet à l’antenne et des émissions qui lui sont réservées. Beaucoup d’auditeurs trouvent que, dans les débats, avec les invités, dans les chroniques, il est beaucoup – trop, pour certains – question de l’Islam, de l’antisémitisme, des différentes religions.
Barbara : « Je suis navrée par l’infiltration de l’angle théologique qui traverse beaucoup trop vos programmes. Une émission de sciences qui parle de nos origines et évoque des scientifiques croyants… Plusieurs émissions philosophiques qui glissent vers la surexposition de l’aspect théologique dans leurs approches… Jacques Attali qui parle de ses racines et évoque longuement son lien à la religiosité, etc. Je me sens prise en otage »

Sur les sujets scientifiques, la question de la religion est très importante sur son influence sur la remise en cause d’un certain nombre de vérités scientifiques : il faut répondre à ces questions.

Les auditeurs écrivent aussi souvent à propos de l’émission d’Alain Finkielkraut du samedi. Ils regrettent qu’il fasse trop souvent référence à la Shoah, à l’antisémitisme, à la situation des Juifs : la question de l’identité française l’occupe aussi très souvent et le producteur est bien sûr libre de choisir ces sujets.