Audrey Vernon/France Inter

La loi et la liberté d’expression

Retour sur une chronique humoristique pas vraiment drôle, retirée du site de France Inter ; puis sur des questions autour de la campagne présidentielle.
Pour répondre aux interrogations des auditeurs, le Médiateur reçoit Laurence Bloch, directrice de France Inter, et Frédéric Métézeau, chef du service politique.

La chronique d’Audrey Vernon, diffusée en direct ce 17 mars, évoquait le suicide d’un cheminot syndicaliste.

Pourquoi avoir décidé de la retirer du site de France Inter ?
Cette chronique en direct est une chronique d’humeur, d’humour noir sur le monde du travail, mais la ligne éditoriale proposée par Audrey Vernon et acceptée par la chaîne ne peut pas s’affranchir de la loi. Et ne peut citer nommément des cadres de la SNCF et les associer – sans enquête ni preuves – à un événement dramatique.

Cette dépublication répond aussi  à un souci d’humanité par rapport à un acte aussi violent qu’un suicide, le suicide d’un homme sur son lieu de travail. Le respect de la personne concernée, de sa famille et de son entourage professionnel est capital. Plusieurs auditeurs s’étonnent que – « vous ayez laissé passer à l’antenne une telle chronique pas du tout drôle sans en vérifier le contenu « .  C’est la liberté d’expression laissée aux chroniqueurs; il n’y a pas de relecture.

Audrey Vernon, avec qui Laurence Bloch a beaucoup discuté, a reconnu qu’il faut « composer entre la polémique et l’émotion dans une telle affaire ».

Pourquoi Audrey Vernon ne peut pas mettre en cause des personnes nommément citées, alors que, dans les journaux de France Inter, nous dit, par exemple, Célia : « Vous citez des noms sans aucun problème. Pourquoi est-ce possible dans ce cas ? ». Réponse de la directrice des Affaires juridiques de Radio France, Frédérique Riéty :
Il existe deux principes : le droit du public à être informé et la protection de l’individu. Les journalistes doivent concilier au quotidien ces deux principes (la vérification des faits , « l’enquête sérieuse » et le respect du droit de l’individu qui se voit mis en cause devant un public et le respect de la présomption d’innocence). Les journalistes mènent des enquêtes et peuvent donc apporter des preuves ou des avis contradictoires.

France Inter : la liberté d’expression et la loi : le Médiateur vous l’explique plus en détail

 

La campagne présidentielle et son traitement préoccupent aussi les auditeurs

Beaucoup d’auditeurs s’étonnent que les « petits candidats », comme on les appelle, n’aient pas leur place sur France Inter.
France Inter est le média qui a donné la parole au plus grand nombre de postulants dans le cadre du respect du pluralisme et de l’équité du temps de parole: 21 candidats potentiels avant que le Conseil constitutionnel n’en retienne que 11.

Trop de Marine Le Pen sur France Inter ?
Ce n’est pas l’avis du CSA, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ; il faut savoir que les leaders du FN ont d’abord massivement refusé les invitations de France Inter et puis, ils sont moins nombreux que dans les autres partis, donc peu d’interlocuteurs à solliciter. D’où, aussi, cette impression de trop les entendre, car ce sont toujours les mêmes.

 

 

Ali Rebeihi/Emmanuel Leclère/Bruno Denaes@franceinter/CC/RF

Meklat, Théo … les sujets de société

Point sur Marcellin Deschamps (alias Mehdi Meklat) à Radio France Certains auditeurs sont persuadés qu’il est toujours chroniqueur. Non, France Inter a mis fin à sa collaboration en juin 2015. A noter toutefois que, sur l’antenne, jamais il n’y a eu le moindre incident ni le moindre propos équivoque. Evidemment, ni France Inter ni Radio… Lire la suite

© Radio France / Jean-Marc Four

Le fonctionnement des antennes en période électorale / la vérité des faits

        Le fonctionnement des antennes en période électorale La campagne de la Présidentielle s’ouvre le 1er février. Pas la campagne officielle qui débutera en avril, mais la campagne contrôlée par le CSA, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, avec toutes ses contraintes imposées aux médias. Cette année, de nouvelles contraintes apparaissent. Explication avec Jean-Marc Four… Lire la suite

pixabay

La fin des Grandes Ondes…

Un rendez-vous du médiateur exceptionnel car de nombreux auditeurs ont écrit et questionné à propos de la fin des Grandes Ondes. Cette émission est destinée aux auditeurs des Grandes Ondes. Pour répondre, le Médiateur accueille Jean-Michel Kandin, directeur général adjoint des techniques et technologies nouvelles de Radio France, et Serge Schick, directeur du marketing stratégique et… Lire la suite

France Inter

Commentaires, réseaux sociaux, podcasts et vidéos sur France Inter

De nombreux auditeurs ont écrit au Médiateur à propos du site et des applications de France Inter. Christophe Israël, directeur du numérique à France Inter, et Serge Schick, directeur du marketing stratégique et du développement de Radio France au micro du Médiateur pour évoquer les changements d’habitude d’écoute des auditeurs et l’avenir de la radio. Les changements… Lire la suite

Humour France Inter

L’humour fait débat sur France Inter

Pour en parler au micro du Médiateur des antennes :  Laurence Bloch, directrice de France Inter, et l’humoriste Daniel Morin, qui sévit tous les jours à 6h53 et dans la Bande à Nagui. L’humour, un sujet qui ne fait pas toujours rire le médiateur, car c’est un des thèmes qui suscitent le plus de réactions…. Lire la suite

France Inter

Sarko, CETA, appli : réponses aux auditeurs

Nombreux messages d’auditeurs sur des sujets d’actualité : réponses de Jean-Marc Four, Patrick Cohen et Laurent Frisch  CETA Jean-Marc Four, le directeur de la rédaction  de France Inter, répond aux auditeurs qui trouvent que l’on parle beaucoup des Wallons qui ont bloqué la signature, mais très peu du traité lui-même et de son contenu (traité commercial entre… Lire la suite

@France Inter/question Politique /Emmanuel Macron

Comment interviewer les hommes politiques sur France Inter ?

La nouvelle émission du dimanche midi animée par Nicolas Demorand : Questions politiques   Réactions d’auditeurs: la parole coupée « Ecoutez-moi », supplie, dimanche dernier, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT. Et réaction d’Anne : « Comment écouter une émission dans laquelle l’invité n’arrive pas à finir une phrase sans être interrompu ». David ajoute : « Laissez l’invité s’exprimer… Lire la suite

Sans-titre-1

Quelle rentrée sur France Inter ?

Les auditeurs d’Inter sont très très attachés à leurs programmes et s’inquiètent de certaines annonces lues dans la presse.
Laurence Bloch, directrice de France Inter, répond aux inquiétudes des auditeurs au micro du médiateur.


Les émissions autour de la chanson française
« France Inter existe grâce à sa playlist qui a révélé de nombreux talents. Didier Varrod animera une nouvelle émission musicale tous les vendredis de 21h à minuit. Les concerts « double affiche » (grand talent/nouveau talent) vont continuer. Les auditeurs pourront retrouver Michka Assayas tous les soirs à 21h ».

La fin de « L’Humeur vagabonde » avec Kathleen Evin. Autre changement qui suscitent beaucoup de réactions…  Pour Hubert, « c’était mon émission favorite qui m’a souvent passionné et fait découvrir des auteurs et des artistes ». « Kathleen Evin et son art de la conversation… les auditeurs la retrouveront le week-end, car elle a souhaité  » lever le pied » ; elle sera remplacée tous les soirs par Laure Adler ».
A propos de « L’Humeur vagabonde », des auditeurs regrettent que le sport – en l’occurrence l’émission « L’œil du tigre » – l’ait chassée le temps de l’Euro. « Le foot plutôt que la culture », proteste Catherine. « France Inter n’est à l’écart de rien de ce qui est populaire. C’est sport et culture avec Philippe Collin dans « l’oeil du tigre » tous les soirs pendant l’Euro ».

L’humour sur France Inter continuera à la rentrée, il fait partie de l’Esprit Inter : avec Nicole Ferroni et Charline Vanhoenacker, Guillaume Meurice… et toujours Nagui et sa Bande Originale.

Dans le contexte actuel, tous les médias doivent faire des économies. Plusieurs auditeurs s’en inquiètent par rapport à la qualité des programmes.
« C’est une nécessité de faire des économies et cela passe notamment par la multidiffusion d’émissions de qualité à partir de minuit ».

France Inter et les émissions politiques
La saison prochaine sera celle de l’élection présidentielle. La politique suscite toujours un grand débat chez les auditeurs. Une grande émission politique interactive, animée par Nicolas Demorand, sera diffusée de 12h à 14h tous les dimanches.

 

 

G.-Meurice-

Affaire Baupin : manipulations ? / Ascension : humour ?

Politique, religion et humour au programme du rendez-vous du médiateur.

Retour sur l’affaire Baupin, révélée par France Inter et Médiapart. Cyril Graziani, du service politique de France Inter, a mené l’enquête.

Il révèle les dessous de l’affaire au micro de Bruno Denaes. De nombreux auditeurs se félicitent que France Inter sorte une telle enquête sur le harcèlement subi par les femmes dans le monde politique. Mais il y a aussi tous ces auditeurs qui pensent que cette enquête est téléguidée.
Franck, par exemple, parle d’ « affaire très opportune après le départ de Denis Baupin de Europe Ecologie Les Verts et de la nomination de sa femme, Emmanuelle Cosse, au gouvernement ». Et d’autres réactions parlent de « règlements de compte politiques», de « manipulations ». Avez-vous été instrumentalisé ? Le travail de journaliste a été respecté pendant une longue enquête de deux mois, forte de nombreux témoignages, raconte Cyril Graziani. Denis Baupin a été contacté : il n’a pas souhaité répondre.

La présomption d’innocence
D’autres auditeurs, comme Michel, estiment que France Inter s’est livrée à un « matraquage » de cette information, alors que Denis Baupin est présumé innocent. Cyril Graziani fait l’objet d’une plainte de Denis Baupin pour diffamation. Or, il n’a fait que son travail de journaliste et a révélé des pratiques condamnables. Le parquet a d’ailleurs ouvert une enquête préliminaire le lendemain de la révélation de l’affaire sur France Inter et Médiapart.

A lire également Les journalistes femmes : cibles de commentaires violents


L’humour sur France Inter : réactions des auditeurs suite au reportage de Guillaume Meurice diffusé le jour de l’Ascension
C’est drôle, mais cela n’a pas fait rire tout le monde. Des dizaines de messages nous ont été envoyés, notamment par un lobby intégriste : « Vous insultez la religion », « Jugements offensants », « Vous ridiculisez les catholiques », « Vous osez parler de Jésus n’importe comment ».
Le Médiateur a demandé à Guillaume Meurice pourquoi il avait eu envie de choquer les Catholiques le jour de l’Ascension. En fait, dit-il, il s’en prend aux extrémistes et aux fondamentalistes. Il en a fait autant avec les Juifs et les Musulmans (une chronique sur le gouvernement israélien, une autre chronique après les attentats du 13 novembre).