#19 Le monde d’après

Ezra Bailey

Certains l’attendent, d’autres le redoutent : le « monde de demain », c’est-à-dire celui de l’après crise sanitaire, semble être ce vaste territoire où l’on vient déposer nos imaginaires et nos peurs. Mais est-on sûrs qu’il marquera une rupture ? Voici une sélection de messages d’auditeurs

Le simple fait que certains rejettent toute idée de changement après le confinement dénote un manque total de vue à long terme et laisse à craindre que l’avenir risque d’être bien obéré !
Alors que tous les indicateurs globaux sont au rouge ce n’est pas le moment de regarder en arrière mais bien de revoir toutes nos erreurs et fausses routes qui nous ont amenées au bord de l’abîme.

Pourquoi passer plus de temps à discuter le changement, le monde d’après, alors qu’il suffit de le faire. L’acteur c’est nous, c’est toi, c’est moi. N’attendons pas que le changement vienne du haut, changeons-nous nous-même.

Si l’on veut que les choses changent il faut que chacun s’assoie un peu et prenne le temps de réfléchir sur la trace qu’il ou elle laisse. Est-ce que j’ai vraiment besoin d’aller au bout du monde à chacune de mes vacances ? Est-ce que j’ai besoin d’acheter de nouveaux vêtements, de nouveaux gadgets électroniques toutes les semaines ? Est-ce que j’ai besoin de me faire livrer directement chez moi, est-ce que je ne peux pas moi-même me déplacer et attendre une semaine de plus ce que je veux acheter ? Etc … est-ce que si je réduis tout cela j’aurai un impact positif sur le monde et est-ce que j’en perdrai une si grosse part de bonheur ?
Arrêtons de toujours rendre responsables les dirigeants politiques et économiques, si nous nous prenons en main, ceux qui “tiennent” les ficelles recevront bien le message et ne pourront plus nous manipuler. Agissons avec civisme.

Le scénario qui se dessine, conformément à une hypothèse post catastrophe envisagée en 2018, bien avant le Covid 19, après la phase de solidarité et d’engagement, une période de revendication inflationniste est probable. On commence très nettement à en entrevoir la réalité et dans tous les domaines, il suffit d’écouter ma radio favorite.
Avis des spécialistes ? Bonne émission.

Peut-on envisager de relever les défis que pose le monde d’après qui tiendrait compte de l’écologie, sans aborder les problèmes qui découlent de la croissance exponentielle de la population humaine, et des perspectives démographiques qui en découlent.

J’ai bien peur que le monde d’après soit comme le monde d’avant. C’est à dire un monde façonné à notre image.
Tant que l’avoir sera prédominant sur l’être (le verbe), tant qu’on ne se changera pas nous même, nous ne pourrons pas changer le paradigme.

Le monde d’après risque bien de ressembler à celui d’aujourd’hui à cause du conformisme qui nous sert d’intelligence.
Lorsqu’on écoute le philosophe Michel Onfray qui dénigre le principe de précaution auquel visiblement il n’a rien compris, on peut s’inquiéter.
L’économisme va nous reprendre dans ses serres et nous remettre dans le chemin du déni. Exit le réchauffement climatique. Ceux qui rament pour faire comprendre l’urgence rament depuis presque cinquante ans dans l’indifférence générale.
Cela changera au pied de l’iceberg. Un peu tard non ?

Bonsoir, J’ai bien écouté votre émission très intéressante. Vous avez fait des constats, évoquez des changements indispensables à faire. Pour autant tout va repartir comme avant, ne soyons pas dupes. Il y aura bien des initiatives ici ou là mais rien de suffisant. Alors comment s’y prend -on ? Comment chaque citoyen de chaque pays peu s’unir pour imposer le changement nécessaire vers un nouveau paradigme ? Nous avons un énorme travail à effectuer, c’est l’urgence absolue et pourtant…

Bonsoir à vous ! J’écoute beaucoup les émissions qui discutent du monde de demain, et j’aimerais vous poser une question. On parle beaucoup du redémarrage de l’économie, comment doit-on faire pour changer celle-ci, respecter l’exigence de ne pas dépasser les 2 degrés etc. Mais personne ne parle de ne pas redémarrer l’économie, qu’en pensez-vous ? Pouvez-vous m’éclairer ?

Ce n’est pas la France seule qui peut refaire le monde. Pourquoi ignorez-vous les grandes puissances gouvernées par des Trump ou des Bolsonaro qui n’ont que faire des mesures proposées dans cette émission et sans l’adhésion desquelles tout ce qui est dit ce soir est vain.

Il y en a un peu marre de voir toutes ces belles personnes faire des rodomontades et la morale au populo pendant que ces messieurs dames se déplacent en voiture de luxe, yachts, avions privés disposant de grands palaces avec piscines chauffées un peu partout dans le monde dans des lieux très privés loin des manants ; le tout très énergivore.
Montrez-nous votre exemplarité !
Moi je veux bien que l’on ferme tous les Airbus, Safran, Peugeot, Renault etc.…le vendredi soir à condition que ces centaines de milliers de salariés sur le carreau retrouvent un travail dès le lundi matin suivant au mêmes conditions salariales.
Ces personnes ont-elles déjà passé des nuits pour se soucier du lendemain, fondre en larmes devant leurs enfants ne sachant comme subvenir aux besoins les plus élémentaires.
Quelles solutions immédiates du jour au lendemain nous apportent-elles. Quelles sont leurs réponses recevables, pertinentes ?

Le covid est une chance magnifique de changer. Il ne fait pas louper cette opportunité !
J’espère qu’on ne va pas se faire avoir par des industriels pressés de reproduire … pourquoi faire ? Continuer à détruire la planète ? Consommer ? Augmenter nos décharges ? Pollueur ?
J’espère vraiment que le gouvernement saura tenir le cap et ne sera pas le jouet du cac40…