#21 La langue française à l’heure du coronavirus

Mardi 19 mai, l’émission Grand Bien vous fasse sur France Inter invitait Jean Pruvost, professeur de lexicologie et Laelia Véron, linguiste, enseignante chercheuse, pour parler des mots autour du coronavirus. L’émission est à réécouter ici : https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-19-mai-2020 

La « distanciation sociale »

Faites un effort pour utiliser le bon vocabulaire de notre belle langue. Exemple récent :la « distanciation sociale » est un véritable non-sens ! La distanciation étant le recul pris par rapport à un événement (mot utilisé au départ dans le théâtre de Brecht) et social concernant les rapports entre les membres d’une société du point de vue comportement et évolution. Il faudrait parler d’ »espacement physique » qui a l’avantage de sous-entendre la notion de mesure de l’espace entre les personnes. Que dire aussi des « clusters » au lieu de « foyers d’infection » ? La liste est très longue…

Par pitié ! Ecoutez les auditeurs et relisez le courrier de la Médiatrice ! La « distanciation sociale » est insupportable, Elle n’a rien d’une « distanciation » (prenez votre dictionnaire, et je ne veux pas dire votre dictionnaire anglais, mais français). Et elle n’a rien de social. Parlez-nous tout simplement des distances de sécurité. 

En dehors des « en fait, du coup et voilà » qui débutent ou s’imposent dans toutes les phrases de nombreuses personnes et m’agacent par leur pauvreté, je relève que des intervenants de qualité ont déjà mentionné sur votre antenne que « distanciation sociale » était inapproprié. En effet, « distance physique » aurait très bien convenu, sans cette notion de rejet de classe. Par pitié, simplifiez et généralisez dans la Rédaction le rejet de cette « distanciation » ! Merci 

« Cluster »

Je suis très triste d’entendre vos journalistes parler de « cluster » alors que le mot français existe. Il s’agit de « foyer d’épidémie ». Ne pouvez-vous pas faire un effort et utiliser les mots français ? Les Canadiens le font tellement bien. Merci d’avance de transmettre le message… 

Merci de toutes ces émissions fort intéressantes et stimulantes pour notre réflexion. Durant cette période, le mot « cluster » a été utilisé sans précision dans un nouveau contexte et je reconnais avoir eu du mal à appréhender le sens de ce mot alors que « foyer infectieux » était très clair et précis pour tout un chacun. Distanciation « sociale » a donné une connotation très négative voire dévoyer à mon sens.

Qu’est-ce qui empêche la radio « publique » – le français est sa langue officielle – de parler de « foyer » d’épidémie plutôt que de « cluster » ? 

Pouvez-vous intervenir sur toutes les chaînes de radios pour dire qu’il existe une langue française que certains auditeurs comprennent encore (pas pour longtemps !) Il n’y a pas de « clusters » pour l’épidémie de Covid 19 mais des FOYERS.  C’est énervant d’entendre les journalistes ne plus savoir parler le français et nous abreuver de mots anglais. 

Les Gestes Barrières

Pourriez-vous, les différents animateurs d’émissions toujours passionnantes, utiliser les bons mots et demander aux intervenants de tous domaines de le faire aussi. Dire « gestes protecteurs » à la place de « gestes barrières « . 

Le choix des mots est un de vos privilèges autant qu’une de vos compétences et c’est aussi votre devoir me semble-t-il ; et les mots ne sont pas neutres ; ils ont un impact sur qui vous écoute ; JE trouve que vous devriez vous astreindre à parler de gestes PROTECTEURS plutôt de gestes barrières ; et aussi sortir de votre vocabulaire « distanciation sociale » (qui est une horreur ajouté à l’horreur !) et vous astreindre à dire « distanciation physique » et encore mieux « DISTANCIATION CIVIQUE » Le climat réel est sombre ! n’aggravez pas le climat ressenti par pitié !

Je suggère pour les mots « distanciation sociale ou physique » l’appellation suivante  » sanitaire » et « mesures sanitaires » au lieu de « mesures barrières ». Ne trouvez-vous pas cela beaucoup plus précis ? 

Quatorzaine

Étymologie : Mot dérivé de quatorze avec le suffixe-aine. Le mot quatorze vient du latin quattuordecim (« quatorze ») on dit aussi dizaine, douzaine, vingtaine….

On entend à longueur d’antenne le terme quatorzaine à la place de quarantaine. La quarantaine est une période d’isolement d’une durée variable, comme le dit le Larousse : « Mesure de police qui consiste à imposer un isolement provisoire de durée variable aux personnes, aux navires ou aux animaux et aux marchandises provenant d’un pays infecté par une maladie contagieuse. « 

J’ai apprécié que votre présentatrice ait parlé de foyers d’infection plutôt que le mot anglais, mais je regrette qu’elle ait parlé de quatorzaine, mot qui ne veut rien dire, il existe en français le terme de quarantaine dont la durée est modulable à autant de jours que nécessaires voir 14. 

Un néologisme horrible et inutile vient de faire son apparition à la faveur, si j’ose dire, du Covid-19 et semble ravir certains des journalistes de Radio France et/ou de leurs interlocuteurs : 
« quatorzaine » !? 
Le mot quarantaine a perdu son sens originel et est devenu synonyme d »isolement… 
On peut donc dire une quarantaine de 15, 30, 60 jours… 
Ou tout simplement, un isolement ou éloignement, ou mise à l’écart.. 

LA covid

L’Académie française a bien précisé qu’on doit parler de “LA covid 19”; il s’agit de la « covid 19 desease », “la maladie” est féminin donc c’est LA covid 19, et le virus de la covid 19 ou le coronavirus…

Chacun sait que le désœuvrement est mauvais conseiller. D’où ce message : de grâce, ne vous rendez pas ridicules en voulant nous infliger “LA” covid. Si “disease” correspond bien à LA maladie, il s’agit bien du COVID (et non pas de la COVIM), la planète entière ayant adopté l’acronyme anglais, inutile de se montrer plus royaliste que le roi ! Polémique de genre mise à part, je remercie Nicolas MARTIN pour ses excellentes chroniques quotidiennes sur le coronavirus qui m’ont permis d’en savoir un peu plus sur un virus encore bien énigmatique.

Hors de question que je dise LA Covid 19 comme vous ne cessez de le dire. Marre de ces noms féminins négatifs… la maladie, la maltraitance, j’en passe et des meilleurs… 

Propositions de néologismes

Aperodissements pour les applaudissements de 20h avec apero !

Je proposerai le terme de covidial qui pourrait remplacer momentanément le mot convivial… Nous assistons à de nouvelles formes de convivialités masquées, mise en scène par des impératifs sanitaires, économiques et sociaux… Le confinement puis le déconfinement, invitent à de nouvelles pratiques : apéritifs virtuels, école à distance, télétravail renforcé… qui sont autant de nouvelles formes covidiales, qui remplacent momentanément, je l’espère, les formes de convivialités d’avant le confinement… 

Je vous remercie pour vos émissions et votre bienveillance. En plus des mots que vous avez déjà cités, il en est un que j’ai utilisé (et vécu) à plusieurs reprises ces 2 derniers mois ; c’est confinersaire !

« Rouvrir » ou « Réouvrir »

A propos du « déconfinement », 2 termes à bien utiliser  » le verbe « rouvrir » (non pas réouvrir) et le mot « réouverture ».

Je voulais vous parler vocabulaire : en cette période de confinement, j’entends 7 personnes sur 10 dire RÉOUVRIR or, le verbe est ROUVRIR même si le substantif est la RÉOUVERTURE. Ainsi va la langue française ! Merci encore d’embellir mes journées ! 

J’imagine bien que des broutilles d’orthographe sont les derniers de vos soucis en ce moment mais vous nous obligeriez, vous et vos confrères journalistes parfois, à employer le verbe « rouvrir » et non « réouvrir » qui n’est évoqué pour l’instant que dans le Larousse. « Réouvrir » est même déconseillé sur le site internet de ce même Larousse. Le Robert ne l’emploie pas.