« J’accuse » de Roman Polanski sur France Inter : Laurence Bloch répond

J'accuse © Gaumont

Les auditeurs sont nombreux à nous questionner sur la promotion du film de Roman Polanski après les nouvelles accusations de viol à l’encontre du metteur en scène : faut-il continuer à en parler ?

Laurence Bloch répond aux auditrices et auditeurs :

Chers auditeurs, chères auditrices,

Plusieurs d’entre vous ont manifesté leur étonnement voire leur indignation à l’écoute des messages sur l’antenne de France Inter recommandant le film « J’accuse » de Roman Polanski.
Je voudrais ici vous apporter des explications sur les raisons qui nous ont amené à choisir ce film pour en être partenaire et à poursuivre nos engagements de partenariat.
L’un des rôles majeurs de France Inter est d’être un acteur exigeant et puissant de la vie culturelle en donnant le goût à ses auditeurs de lire, d’aller au cinéma, au concert, au théâtre ou de visiter des expositions parce que la culture rassemble, parce qu’elle fédère, parce qu’elle donne le goût de la différence et de l’altérité.
Outre le traitement de l’actualité culturelle dans nombre de ses émissions la chaîne pratique une politique de recommandations en nouant des partenariats autour de nombreux événements culturels.
Ces partenariats donnent lieu à des messages sur l’antenne mais ne sont aucunement de nature financière.
La qualité de la réalisation, la performance des acteurs et surtout le message porté par le film sont au cœur des critères de choix de la chaîne.
Pour nous le message porté par le film « J’accuse », film qui éclaire le combat d’un homme pour que la vérité advienne dans les années les plus sombres de la nation où il suffisait d’être juif pour être coupable et où l’armée cherchait l’impunité plutôt que la vérité est un message majeur.
Par ailleurs la performance de ses acteurs, pour la plupart issus de la Comédie Française, est exceptionnelle .
Convaincus par la nécessité du film, confortés par le Grand Prix du Jury qui lui a été attribué au dernier Festival de Venise nous avons donc choisi d’en être partenaire il y a plusieurs semaines.
Fallait-il après les graves accusations formulées à l’encontre de Roman Polanski considérer que la force du film s’en trouvait annulée ?
Pour ma part je pense que non car c’eut été renier tout ce qui nous a fait choisir ce film.
A chacun de décider en conscience s’il souhaite ou non participer à une projection.
Nous sommes là pour vous donner matière à penser et comme vous avez pu le constater toutes les opinions sur ce film et sur le partenariat se sont exprimées sur l’antenne de France Inter.
Enfin et je voudrais le dire avec force ce choix d’accompagner l’œuvre n’enlève rien à notre conviction à toutes et tous sur cette chaîne que la question des violences faites aux femmes doit être une préoccupation, je dirai même une obsession majeure, pour notre société.
Je vous remercie de votre attention, de votre vigilance et de votre exigence.
Elles nous obligent, nous font réfléchir et grandir.
Bien à vous.

Laurence Bloch

Directrice de France Inter

Les messages d’auditrices et d’auditeurs

On ne peut pas parler des accusations de viol de Roman Polanski et en même temps diffuser les pubs pour le film « J’accuse » en indiquant que c’est un film France inter. Il faut vite arrêter ces pubs, c’est une honte.

Bonjour,
Auditeur de votre radio depuis mon plus jeune âge , j’ai 62 ans
Je suis surpris que vous souteniez le film « « J’accuse » en le présentant comme film France Inter. Même sous prétexte de ne soutenir que l’œuvre, c’est indécent au vu des accusations de viol etc…qui pèsent sur cette personne depuis des décennies
Et les dernières révélations de Mme Monnier Valentine

Evoqué à propos de Roman Polanski la séparation de l’homme et de l’oeuvre. Quelle tartufferie !
C’est Polanski lui même qui la nie cette séparation en osant comparer sa situation à celle de Dreyfus, ce qui est ignoble et totalement méprisant pour l’histoire et la mémoire de Dreyfus victime lui d’une monstrueuse injustice et de l’antisémitisme.
Cet acharnement de France Inter à faire la promotion de ce film demanderait des explications un peu plus sérieuses et un peu moins méprisantes pour les auditeurs.

Bonjour,
La deuxième campagne qui me choque est celle concernant le prochain film J’accuse de Roman Polanski. Je reconnais que vous vous êtes fait l’écho des nouvelles accusations portées contre lui et des prises de position de politiques, j’imagine que vous avez un contrat qui vous lie avec le producteur de ce film, je sais bien que M. Polanski a droit à la présomption d’innocence mais malgré tout je trouve très mal venu que France Inter mette en avant le film de ce monsieur.
Je vous remercie et vous encourage à continuer à nous informer le mieux possible

C’est une honte de diffuser des pubs sur le film « J’accuse » et en même temps vous parlez des accusations de viol contre Roman Polanski qui n’en n’est pas à son premier fait en plus je pense qu’il faut supprimer ses pubs très rapidement c’est une honte

J’écoute France inter depuis probablement ma naissance et je suis rarement déçue c’est pourquoi je lui suis si fidèle. Cependant je suis choquée par le partenariat de France Inter avec « J’accuse ». En promouvant ce film vous participez à l’invisibilisation des femmes et à la promotion des bourreaux. On ne peut pas séparer l’homme de l’artiste contrairement à ce qu’on peut entendre et lire dans des discours nauséabonds. J’attendais mieux d’une radio comme la vôtre. J’aurais aimé un peu de courage. Vous devriez promouvoir la libération de la parole des femmes, soutenir les victimes. Les hommes sont protégés globalement dans l’ensemble de leurs actes violents envers les femmes. Lorsque l’homme est riche et connu, sa protection est d’autant plus immense, les victimes n’ont aucune chance. Vous participez à leur offrir cette protection. Je sais bien que ce message est vain, il ne sera certainement pas lu et encore moins pris en compte. Au moins j’aurais donné mon avis et je sais que je peux me regarder dans le miroir le matin car je défendrai toujours la parole des victimes.
Mon immense respect et soutien à Guillaume Meurice. Il est au top et remonte la barre dans cette histoire !

Bonjour,
j’imagine assez bien que mon petit message va se perdre dans le flot des pour : »vous avez bien fait c’est une pourriture de pédophile » (au passage comparer Polanski à Dutroux hum hum) les contre « on touche pas à Polanski ».
Contrairement à vous je ne sais s’il est coupable. Coupable d’avoir violé Samantha Geiler oui et il a avoué et a été condamné. Je vous laisse faire votre boulot pour les détails de l’affaire. Par malheureusement les autres faits sont prescrits. Malheureusement parce que nous ne saurons jamais si il est oui ou non coupable. En France un homme est déclaré innocent tant qu’on n’a pas prouvé sa culpabilité (aux USA c l’inverse). Mais vous devez avoir certainement des infos que nous n’avons pas pour en faire un coupable à vie.
En fait aujourd’hui la déontologie on s’assoit dessus. Et ce n’est pas uniquement le cas de Polanski.
Non le plus choquant c’est le discours en filigrane, même si Guillaume Meurice s’abrite derrière un discours bien rôdé du « je dis ça je dis rien ». C’est dit c’est pas dit ? mais c’est bien là. En comparant Polanski à Dutroux, Fourniry vous voulez mettre en avant qu’on ne peut dissocier l’homme de l’artiste. Dutroux est une ordure donc Polanski est une ordure donc on boycotte Polanski.
Aïe. Ado je pensais ça. Un mec qui faisait une oeuvre géniale se devait d’être exemplaire. La vie m’a prouvé le contraire. Nombre d’artistes géniaux sont des pourritures. Si je suis votre logique on devrait boycotter :
1-Serge Gainsbourg-il frappait Birkin et Bambou (à coup de pied tout de même) 2-Miles Davis-il a mis des filles sur le trottoir et frappait sa femme Frances 3-Noir Désir no comment 4-James Brown traffic de drogue on le soupçonne d’avoir tué sa femme 5-Claude François lui je sais pas mais je l’aime pas donc on trouvera bien un truc 6-eCeline etc, etc…
Je crois qu’on va grave se faire chier dans le monde que vous proposez. Mais le plus pénible c’est l’air d’être juge sans prendre partie ce qui est bien lâche pour un homme de conviction. Attention je ne dis pas que ce qu’on fait ces artistes n’est pas condamnable mais ça ne va pas m’empêcher d’écouter Miles Davis dont le son me bouleverse.
Enfant avec un pote on a fait une connerie : on a appelé les pompiers pour signaler un feu chez un pote. La sirène a sonné et les voisins affolés sont sortis le nez en l’air : « C’est vrai ça sent le feu ». Comme vous diriez « Je dis ça je dis rien »
Allez sans rancune vous aime bien quand même.

Aujourd’hui sort le dernier film de Polanski « J’accuse » dont France-Inter est partenaire. Et c’est dans ce cadre que la radio en assure sa promotion à la radio et ce dès le 7-9 ce matin. Si je comprends l’intérêt financier de la chaîne à promouvoir un film qu’elle a soutenu. Je suis néanmoins choqué que du fait des révélations graves protées de nouveau sur le réalisateur n’est pas pris la décision d’user d’un droit de retrait quand à la promotion de ce film (et ce même des informations sont données en parallèle sur ces affaires graves qui touchent le réalisateur. Ne pas le faire c’est assurément mettre en second plan les victimes (présumées ou non) ainsi que le combat des femmes dans la reconnaissance des violences qu’elles subissent au regard du talent quel qu’il soit d’un artiste ou d’un quelconque intérêt financier. Ce n’est pas moralement défendable et toute la chaîne et ses émissions se doivent d’être à la hauteur de ces grands enjeux sociétaux ce qui n’est pas le cas pour le coup, ce qui me déçoit d’autant plus que je pensai sincèrement que la chaîne était hautement attachée à des valeurs humanistes et du coté des victimes et des opprimés. En vous remerciant de votre retour.

Je voulais comprendre votre démarche, vous faites la promotion d’un film de Roman Polanski. Il est accusé de viol, je suis étonné de votre comportement vis à vis d’un violeur
Je pense difficile de mettre qq en lumière et qui ne respecte pas la loi malgré son talent
N est il pas mieux de mettre des gens talentueux avec ethique
Il y a suffisamment de talent sur terre
Les journalistes engagés que vous êtes, vous avez un rôle important
Ou alors vous connaissez bien l’affaire et il n y a pas d’affaire

Madame, vous ne pouvez démarrer votre critique du film en mettant une barrière entre le sujet du film et la situation personnelle judiciaire de son réalisateur. Un homme est « un et indivisible »: dans l’ombre et dans la lumière. Je ne comprends pas que vous, que France Inter ait mis en avant ce film au sein des Films INTER: vous faites d’habitude de si bons choix ! Mais là, vous avez commis une faute que j’espère ne pas être le seul à pointer du doigt. Je ne peux que souhaiter un échec total de ce film: puissent les spectateurs ne pas cautionner le travail d’un criminel en liberté.

Je tenais à vous écrire au sujet du profond malaise (et le mot est faible) que j’ai ressenti ce matin en écoutant la partie du 7/9 consacrée à la sortie du film de Roman Polansky, dont France Inter est partenaire.
Je trouve parfaitement ridicule de souligner son aspect polémique, juste avant de le faire encenser par Eva Bettan. Vous perdez complètement en crédibilité, vous qui revendiquez être un média sérieux.
En ce qui me concerne, je suis scandalisée que l’on puisse encenser ce film, et contrairement à ce que soutient votre Directrice Mme Laurence Bloch, on ne peut pas séparer l’homme (un criminel, puisqu’un viol est un crime) de l’artiste, ni l’homme du film. Comme l’a très justement souligné Blanche Gardin lors d’une cérémonie des Molières, pourquoi ferait-on preuve d’indulgence spécifiquement pour les artistes? Pourquoi pas dans ce cas, accorder la même indulgence à un boulanger violeur mais qui fait une baguette extraordinaire?
Trève d’humour, en ce qui me concerne, j’ai été victime d’un viol il y a 5 ans, et il ne s’est pas passé un seul jour de ma vie depuis sans que je n’y ai repensé. Pour votre information, selon les statistiques, entre 1 femme sur 6 et 1 femme sur 12 ont été ou sont victimes d’agressions sexuelles ou de viol(s) dans leur vie. Je vous laisse donc imaginer le nombre de femmes agressées ou violées parmi vos auditrices, qui comme moi ont l’impression qu’on nie leur vécu en soutenant un film produit par un criminel tel que Polansky. Sans parler de ses victimes directes, qui sont nombreuses et qui continuent de souffrir, ce que le tapage médiatique et les débats autour de la polémique homme/artiste ne doit pas arranger.

Hier matin, en buvant mon café à entre 7 et 7h30, j’ai été outrée d’entendre dans votre émission des interviews de personnes qui disaient ne pas voir où était le problème d’aller voir le film de Polanski ! cet homme abject, ignoble qu’est Polanski ! ces personnes différenciaient l’homme privée du réalisateur !! et qu’il fallait aller voir le film ! je trouve honteux qu’une équipe de journalistes cautionnent ce genre de reportages ! Comment peut-on avoir envie d’aller voir un film d’un violeur ! comment France inter peut faire ce genre d’interviews, qui semblent en plus complètement bidons tout ça pour « sauver » la sortie d’un film – mais quelle honte, Polanski est un violeur, un vieux connard, un réalisateur has been ,qui n’a plus rien à dire depuis des années, et il est impossible de dissocier l’homme de la vie privée et l’homme soi disant réalisateur – et une radio comme la votre le défend ! Honte à vous, si souvent offusqués  » par la misère de monde, la violence, les guerres… l’affaire de l’autre réalisateur qui a violé Adèle Haenel ne vous suffit pas ? heureusement, que beaucoup de personnes vont bannir ce film et qu’on en finisse avec ce Polanski. C’est comme le Nagui qui fait une émission avec Dujardin et Garrel – alors que j’aime bien Louis Garrel et qui nous bassinent pendant une heure en disant que Polanski est un être incroyable, un réalisateur de génie !

Donc, sans qu’il n’y ait eu de procès, ni même de plainte, Polanski est condamné.
Je n’aime pas les violeurs, c’est le moins qu’on puisse dire, mais je n’aime pas cette société et cette radio qui condamne sans jugement, juste histoire d’être raccord avec ces daubes de réseaux sociaux.

A propos du film de Polanski…
Dans le doute il vaut mieux s’abstenir. L’analyse dithyrambique de ce matin dans le 7-9 c’était presque « trop ».
Le génie n’a pas d’excuses même pour j’accuse.
Bonne journée

Je regrette que ma taxe de l’audiovisuelle que je suis fière de payer pour financer des programmes de qualité servent à promouvoir le film d’un criminel recherché par la justice américaine.

J’écoute France Inter une bonne partie de la journée, et je ne suis pas à l’aise avec la pub et les émissions pour son film … Je sais qu’on est sensé faire la différence entre l’homme et l’artiste, que présomption d’innocence etc, mais … je suis mal à l’aise. Voilà!

France inter défend le film de Polanski, car les petites noblesses artistique et médiatique se soutiennent entre elles depuis toujours!
J’espère que les fous du roi (particulièrement Meurice,) que sont la bande à Charline n’auront pas de soucis pour avoir exprimer ce que beaucoup de gens ressentent, ils sont notre soupape…
je ne suis pas Mélanchoniste, plutôt tempérée dans mes sentiments, mais l’ambiguïté affiché par France inter me donne la nausée.

Je réitère mon incompréhension totale de la mise en avant que vous avez faite (film Inter, invitation Jean Dujardin chez Léa Salamé, critique si positive d’Eva Bettan ce matin) du film de ce fugitif criminel: il n’est pas présumé innocent. Il est coupable. On le sait. Des victimes le disent, le crient avec des mots autrement plus posés et calmes que les miens, bravo à elles.
Mais pourquoi ne pas avoir fait machine arrière ? Retirer le film de la liste des Films Inter ? Cesser d’en faire la promotion ? L’équilibre que vous avez fait, ce matin, entre une manifestation lors d’une avant-première et la critique excellente d’Eva Bettan peut paraître louable. Mais sur un tel sujet, j’attendais d’une radio publique de qualité, si prompte à s’engager sur tant de sujets, un peu plus d’engagement et de courage.

Je suis une très très fidèle auditrice de France Inter qui m’accompagne du matin 6 heures jusqu’à ma prise de boulot, les soirs et les week-ends.
Je me permets donc de vous exprimer mon très grand étonnement de voir cette station soutenir encore ce matin le film de Roman POLANSKY « J’accuse » alors que l’actualité a encore témoigné d’actes que l’on ne peut encore tenter de faire passer pour des affabulations.
France Inter se trouverait un peu grandi de faire un acte de retrait de ces publicités. J’ai bien sûr décidé de boycotter le film, mais je serais triste de boycotter France Inter parce qu’à chaque pub pour le film, je ressens un très très grand malaise !
Que faut-il faire pour que les intérêts financiers ou autres mettent à bas à ce point nos valeurs ?
Merci de votre retour et surtout de votre action

J’apprécie beaucoup France Inter dont je suis une fidèle auditrice. C’est pourquoi je me permets de vous donner mon point de vue sur le soutien du film de Polanski. Comment peut-on relayer le scandale des violences faites aux femmes et soutenir le film de quelqu’un qui fuit la justice de son pays? Les éléments connus bien avant ce film ne justifiaient-il pas d’en refuser le soutien?
On ne peut distinguer l’homme et son oeuvre.

Bonjour,
comment articulez-vous le fait de soutenir Adèle Haenel dans ses propos contre Christophe Ruggia et de tourner pour Polanski qui est à nouveau accusé de viol?
De mon point de vue, c’est l’opposition entre la société et l’individu qui est en jeu ici. Adèle Haenel profite de sa position et des tribunes à sa disposition pour jeter l’anathème sur quelqu’un à partir d’un ressenti. C’est un désir légitime d’apaiser une souffrance en réclamant une vengeance, mais pour moi ce n’est pas une position de lanceur d’alerte (comme ça a pu être le cas pour l’affaire weinstein par exemple) car on n’est pas dans la protection de l’ordre général, mais dans un cas particulier. Le cas Polanski est différent : il s’agit de quelqu’un qui a fui son procès dans un autre pays, mais qui a réglé une de ses affaires d’un point de vue civil. Si on commence à faire attention à ce qui est illégal ou pas dans tous les pays du monde et à condamner les gens en fonction, on va se heurter à bon nombre de paradoxes…Est-il condamné en France? Non. Peut-il travailler? Oui. Ses films doivent-ils être présentés en festival? Oui car des centaines de personnes travaillent dessus. Doit-il être honoré à la Cinémathèque? A voir, c’est une pure décision politique qui doit être prise, et qui a plus avoir avec l’affect, l’émotionnel, le calcul et la stratégie que la justice et le factuel.
C’est toute cette dialectique qui n’est pas exprimée à la radio, et je trouve que beaucoup de questions-répondes reposent sur de l’affect. Attention , car en jugeant sur des on-dit, en condamnant par avance, en court-circuitant la justice, on ne construit pas une société, mais un ensemble d’individus mus par un dogmatisme simpliste.

Bonjour, Je vous écris pour vous faire part de mon désarroi, de ma surprise et de mon incompréhension face à l’écoute de France Inter cette semaine. France Inter fait la promotion active du dernier film de M.Polanski ;faisant même l’objet d’un partenariat; et en même temps invités, journalistes et éditorialistes parlent de la dernière accusation publique qui vise m.Polanski. J’ai du mal à saisir l’intérêt d’une telle dichotomie entre les décisions financières concernant les partenariats de France Inter et la claire ligne éditoriale qui s’efforce de participer à la lutte contre les violences faites aux femmes. J’ai le souvenir assez clair du vif échange entre Mme Salamé et M.Polanski sur un autre média en 2016, que d’aucun qualifierait de menace et de violences verbales a minima… La présomption d’innocence, la prescription des faits ou la volonté de ne pas faire une « chasse aux sorcières » (vous noterez l’ironie de l’expression) ne sauraient passer outre la condamnation bien réelle de ce monsieur pour des faits antérieurs. Je soutiens que la présomption d’innocence est un concept irrévocablement nécessaire, et en même temps le monde du cinéma est-il si misogyne qu’aucun autre réalisateur/trice ne saurait trouver grâce auprès de France Inter? Ou alors les dernières explications logiques de ce schisme seraient au choix: -La séparation de l’homme et de l’œuvre. Concept qui relève très certainement de la malhonnêteté intellectuelle, du cynisme ou de la reconnaissance de la supériorité absolue des intérêts financiers sur tout le reste. -L’absence de concertation au sein même de France Inter dans les prises de décision. Dans tous les cas, il s’agit bien d’un mystère pour moi. Je n’ai pas connaissance du fonctionnement interne de France Inter, de qui ou de comment m’adresser pour cette explication, c’est pourquoi je me remet à vos compétences pour transmettre ma demande. Je vous remercie par avance pour votre considération, dans l’assurance que je ne suis pas le seul auditeur prenant à cœur la qualité des émissions de France Inter.

Bonjour
Fidèle auditrice dans la catégorie « accro-inconditionnelle » de votre antenne, j’adhère très souvent à vos positions à vos choix. J’entends avec ravissement l’évolution de vos programmes pour une mise en cohérence avec votre engagement fort pour l’égalité homme-femme.
A ma grande surprise, ce matin, j’ai entendu une promotion pour le film « j’accuse » de Polanski. Ok, la présomption d’innocence, ok, le travail de l’artiste et pas l’homme tout ça, je comprends mais vous savez comme moi que cet homme restera « puissant » si son travail draine un public important. En continuant à assurer sa promo, vous faites le choix de continuer à soutenir la puissance d’un homme connu, qui se croit au-dessus des lois, qui a été condamné pour rapport « consenti » avec une gosse de 13 ans, qui est accusé de viol par des femmes inconnues sans pouvoir. Ce manque de congruence m’interroge et me déçoit.

Chère équipe de France Inter,
je suis une très fidèle auditrice, qui vous écoute à haute dose depuis sa plus tendre enfance (donc depuis plus de 40 ans, c’est dire…). Je prends la plume pour la première fois aujourd’hui pour vous faire part de mon profond malaise.
A chaque fois que j’entends la promotion pour le prochain film de Roman Polanski sur votre antenne, je pense à la jeune fille américaine de 13 ans qu’il a violée, je pense à Valentine Monnier et ses accusations très étayées pour les mêmes horreurs… Et je ne comprends pas, notamment après le récent témoignage d’Adèle Haenel, que France Inter ne se soit pas posé la question du maintien de ce parrainage du film de Polanski.
D’autant que les propos de ce dernier dans la promotion de son film, que ce soit dans le dossier de presse ou ses diverses interviews (cf notamment cet extrait de l’article du Monde du 9/11 : « Dans le dossier de presse, l’écrivain Pascal Bruckner, interrogeant Roman Polanski, dressait un parallèle entre l’affaire Dreyfus et la situation du cinéaste accusé de viols : « En tant que juif pourchassé pendant la guerre, cinéaste persécuté par les staliniens en Pologne, survivrez-vous au maccarthysme néoféministe d’aujourd’hui ? », lui demandait-il. « Travailler, faire un film comme celui-là, m’aide beaucoup, je retrouve parfois des moments que j’ai moi-même vécus, je vois la même détermination à nier les faits et me condamner pour des choses que je n’ai pas faites », répondait, entre autres, le cinéaste ») sont particulièrement insultants pour les femmes et choquants dans le parallèle qu’il dresse entre sa soi-disant persécution et celle subie par Dreyfus (qui était innocent, lui).
Les médias canadiens ont décidé de ne plus diffuser de musique de Michael Jackson depuis la révélation de ses actes pédocriminels… J’aimerais que ma radio préférée, qui est aussi la radio préférée de millions de françaises et de français adopte une telle position à l’égard de tous les artistes auteurs de faits qui portent atteinte à la dignité de l’être humain.
A vous lire… et vous entendre sur les ondes à ce sujet

Bonjour,
Ma femme et moi-même sommes choqués par le traitement de faveur que vous appliquez à Roman Polanski.
Ce matin à 9h, pas d’information sur le fait que Jean Dujardin n’est pas allé au JT de TF1 d’hier soir : en fait, il ne veut pas parler des nouvelles accusations de violences suivies de viol.
En revanche, juste après les infos, on entend un message « publicitaire » affirmant que Radio France soutient le dernier film de Polanski.
On ne peut pas dissocier les films de Polanski et l’homme. D’autant plus qu’il a tourné ce film pour faire un parallèle entre lui-même et Dreyfus.
Nous savons que le monde du cinéma français a toujours protégé et protège encore Polanski, mais ce n’est pas le rôle de Radio France, connaissant les nombreux cas de viols perpétrés par Polanski et les cas de soupçons.

Bonjour…
On passe de la pub pour j’accuse à la revue de presse parlant du viol de Valentine Monnier
C’est insupportable.. terrible…
Quand allez-vous prendre vos responsabilités et enfin arrêter de valoriser ce serial violeur?
Je coupe la radio a la prochaine pub pour J’accuse.

Est-ce normal d’avoir encore une pub sur le dernier film de Polanski ce matin …?

Bonsoir,
Moi j’accuse France Inter d’être le partenaire du film de Polanski qui est, nous le savons tous et pas seulement d’aujourd’hui, un violeur, cogneur, harceleur patenté.
« On doit séparer l’artiste de l’homme », ah oui ? Non je suis navrée, vous ne pouvez faire la promotion sur une RADIO PUBLIQUE pour un tel individu.
J’espère être entendue car je ne pense pas que vous n’aurez que ma réaction.
Salutations

Ce monsieur est un artiste et un présumé violeur. Il a eu l’argent, le soutien et les conseils compétents pour éviter la justice.Tant mieux pour lui et donc tant pis pour les femmes blessées et leur entourage.
Bertrand Cantat a tué, a été jugé, a été condamné et a effectué sa peine raccourcie par la justice.
l’œuvre de l’un est film inter, celle de l’autre n’a pas le droit de s’exprimer, encore il y a quelques jours à Cenon.
Pourquoi 2 poids, 2 mesures…
Pourquoi ce film est un film inter ?

Bonjour,
tout d’abord merci pour la qualité de vos émissions mais ça me dégoute quand j’entends la pub pour le dernier film de roman polanski depuis les dernières accusations.
Cordialement

bonjour …ce matin j’ai entendu ,sur votre antenne ,la publicité du film de RomanPolanski « j’accuse »…comment justifiez vous cette promotion ? ne me sortez pas la presomption d’innocence …le passé de ce monsieur est assez éloquent .

Bonjour,
Je suis choqué qu’après les déclarations d’Adèle Haenel, qui font suite à d’autres plaintes, France Inter promeuve le film de Polanski. Je préférerais qu’on s’abstienne. Je n’irai personnellement pas voir ce film.

Bonjour,
Je viens d’écouter le journal de 19h ce dimanche. J’espère que France Inter se montrera rapidement moins compréhensible vis à vis de Polanski et la sortie en salle de son film prévu mercredi dans de nombreux cinéma.
Un peu de courage et de soutien à ses victimes seraient bienvenus.
Merci de votre retour

Étonnant de diffuser votre pub pour le film j’accuse. Soit vous connaissez des éléments acquittant Polanski, soit vous en avez rien à foutre contrairement à la déontologie de vôtre radio. Si vous êtes si sûr de l’honnêteté de ce mec alors prouvez le !

Je trouve qu il est inadmissible que vous fassiez de la publicité pour le film de roman polanski au vue de la situation. Comment cet homme avec autant de casseroles aussi graves puissent encore se pavaner devant les caméras.c est à vomir.

Suite à la publicité faite sur votre antenne pour la flm de Polanski j’arrête l’écoute de votre radio.

Est-ce que l’on va entendre la promotion de ce film réalisé par Polanski malgré toutes les accusations de viols dont il est accusé et sous le coup d’un mandat d’arrêt international ? Invraisemblable 🤢🤢🤢

Bonjour,
Votre partenariat pour le film de Polanski est très maladroit, vous soutenez le système patriarcal ? Vous protègez la domination masculine ? Vous avez loupé les propos d’adele Haenel ?

Bonjour,
Fidèles auditrices(eurs), de France Inter nous sommes atterrées(és) qu’ une radio du service-public soutienne le film « j accuse » et son réalisateur Roman POLANSKI accusé par plusieurs fois de viols.
L ‘argument qui serait de séparer l homme de l ‘oeuvre est inacceptable et d une telle violence pour ses victimes et toutes les femmes, enfants victimes de viol.
Quel message envoyez-vous au femmes, enfants victimes du viol, d’agression sexuelle, de harcèlement ?????
Quels sont les valeurs, les engagements portés par France Inter ??????
En France, à ce jour, seulement un cinquième des victimes de viol déclarées porte plainte. Et seulement un dixième des plaintes aboutit à une condamnation de viol.
Ma fille âgée de 16ans me dit « maman pourquoi, J ´accuse , le film de Polanski est un film France Inter??? »
La pédocriniminalité de Polanski vous la légitimé. Vous participez à le rendre intouchable! Nous sommes scandalisés de votre soutien inconditionnel !
Agiter haut les bras, en brandissant la présomption d innocence en France pour se ranger du côté de l incriminé c est dire que la victime ment. Pourtant la mise en examen avec des éléments graves et concordants a été retenu contre Polanski.
Chaque jour nous montre que pour les victimes de viol . Le chemin qu’elles parcourent pour dénoncer leur bourreau est un calvaire.
En soutenant Polanski vous niez la parole des victimes, vous les culpabilisez, vous renverser la charge et les rôles,vous dites qu elles sont coupables de quelque chose, comme si cette parole était une attaque insupportable pour la société.
Ces paroles viennent déranger l ordre établi de la domination masculine et sa naturalisation.
Votre message est terrible.le prix à payer pour parler est odieusement élevé. Et on s étonne du peu de victimes qui portent plainte !!!!????
Cet état de fait est un scandale d État. Le chemin à parcourir pour l égalité des sexes est immense !!!!!!!!!

honte à france inter de financer le film d’un violeur !
le fric achète tout même vos soit-disant valeurs et vos journalistes payés à prix ‘or !
cette radio payée avec l’argent des français est une escroquerie
vous vivez dans un monde qui n’est pas le nôtre, affichez vos salaires et ensuite vous pourrez raconter vos bobars sur ondes
et bien entendu comme d’habitude nous ne répondez pas lorsque vous êtes mis en cause

Bonjour.
« J’accuse » un film France Inter.
M. Roman Polanski une personnalité France Inter ?

A Mme Laurence Bloch,
À propos de « J’accuse », je constate que vous donnez la priorité à l’histoire de ce film et à ses acteurs et actrices alors que Mr Polanski est à nouveau pointé du doigt. C’est un choix inacceptable dans le contexte « me too » et d’autres émissions sur FI vont être discréditées.
L’éthique ne fait visiblement pas partie de votre logiciel.

Ce dimanche, france inter a diffusé et promeut, toutes les heures, son partenariat avec le dernier film de Roman POLANSKI (j’accuse). Le principe de précaution a-t-il était bafoué ?

Bonjour,
je trouve gênant que vous continuez la publicité pour le nouveau film de Roman Polanski.
J’imagine que ce n’est pas évident : le bénéfice du doute, absence de jugement, les réseaux d’influence du metteur en scène et des acteurs, la qualité artistique …
Néanmoins, je trouve légitime de se réclamer aussi un « bénéfice du doute dans le respect des victimes » et de déclarer à minima une « trêve », le temps que la situation s ‘éclaircisse, et de prendre ainsi ses distances avec M Polanski.

J’accuse, c’est un film France Inter, bien sûr.
Au delà de la transparence du budget de Radio France et de France Inter en particulier, la publicité faite autour de ce film de Mr Polanski, hier dans l’émission de Nagui par exemple, pose la question de l’éthique dans ce service public.
Demain, va-t-on entendre encore que « j’accuse » est un film France Inter,bien sûr ?

Vous accusiez en 2017 avec le moment MEURICE Polanski de violeur d’enfant. Ce qui est établit. Et maintenant vous le produisez et le soutenez ? Quelles sont vos valeurs exactement ? Quelle société vous voulez ? Vous nous faites honte et vous vous rabaissez de façon inadmissible. On ne sait pas pour quelle raison et avec en plus nos impôts. Je vous demande des excuses publiques et d’arrêter le film j’accuse,sa promorion et sa sortie.

Scandale !
Dans la même chronique, le journaliste et son invité font preuve d’une empathie (ô combien naturelle, compréhensible, nécessaire…) vis-à-vis d’Adèle HAENEL et encensent ce réalisateur fugitif, auteur de faits aussi graves que ceux dont est accusé Christophe RUGGIA ! Et ça ne gêne personne ???!!!
Que France Inter soutienne ce film, ce réalisateur, est inadmissible !
« Radio Nostalgie Socialiste » méritait mieux….et ses auditeurs aussi !
Puissé-je ne pas être le seul auditeur à m’insurger face au traitement si particulier de cet événement: un si bon film réalisé par un si mauvais homme. Tant pis, le film est trop bon; ça compense !
Bien cordialement.

Quelle honte de promouvoir un film de Roman Polanski. Dans cent ans, quelqu’un fera un film sur lui et montrera la complicité des medias et de l’industrie du film par rapport à un gars qui a quand même abusé d’une jeune fille et évité la justice. Quelle honte à Jean Dujardin et vous de cautionner le travail d’un homme comme celui-là. Plus jamais je ne regarderai du Roman Polanski.
J’espere qu’un jour un film sur lui montrera comme vous êtes en contradiction avec les mouvements Me Too. Comment pouvez-vous relayer la parole de Adèle Haenel et en même temps promouvoir le travail d’un violeur.
Je suis choquée et attristée de votre manque de lucidité et de position.

Jean DUJARDIN a de « l’admiration » pour Roman POLANSKI et de la « compassion » pour Adéle HAENEL. Loin de moi l’idée de m’exprimer sur les éventuelles culpabilités et sur les douleurs des uns et des unes. Il faut laisser passer la justice. État de droit oblige.
Mais je suis très choqué par cette contradiction exprimée.

Bonjour la rédaction. Ce matin, c’était Le bal des minables sur votre antenne. La question de votre journaliste qui permet à l’acteur de faire totalement l’impasse sur le message politique d’Adèle Haenel sur la sortie du film de Roman Polanski était juste à vomir. Merci pour l’industrie du cinéma. Allez, une petite interview de Nicolas Bedos sans question sur ses propos sur les infidélités de Luc Besson ? Ah, c’est déjà fait chez Nagui. Merci pour votre attention. Donald Bovy auditeur en colère.

Votre dernière émission a été consacrée à Roman Polanski, à l’occasion de la sortie de son film consacré à l’affaire Dreyfus. L’émission a consisté en un concert de louanges sans doute méritées mais il me semble que le contexte (marqué par Metoo) vous obligeait à faire mention des accusations de viol et agressions (pour des faits qu’il a reconnus) qui expliquent sa présence en France. Vous n’étiez pas informés des révélations qu’allait faire Adèle Haenal deux jours plus tard, mais il n’empêche que votre silence vous désohonore, me semble-t-il, à l’image d’un cinéma français rétif à assumer les violences sexistes qui se déroulent en son sein.
Bien à vous
Ingrid Hayes
J’ajoute qu’à l’occasion de l’entretien d’Ali Baddou avec Jean Dujardin ce matin, l’animateur s’est contenté d’une question concernant la réaction de l’acteur aux révélations d’Adèle Haenel, celui-ci s’étant borné à une réponse disant son « affection » pour l’actrice, sans condamantion des violences qu’elle a subies, et a fortiori sans référence à celles qu’a commises Roman Polanski
La question n’est pas de jeter Polanski en pâture à qui que ce soit, mais de faire référence à des situations qui résonnent entre elles pour mieux avancer dans la prise en compte et la condamnation des violences. Il y a là une sous estimation qui me laisse assez pantoise.

Bonjour.
« J’accuse » un film France Inter.
M. Roman Polanski une personnalité France Inter ?
Cordialement.

Bonjour. Je suis abasourdis de voir le service public faire la promotion du film « J’accuse » du violeur Polanski. C’est lamentable de votre part. Selon qu’on soit riche ou misérable….. C’est valable aussi pour le service public.

À propos de « J’accuse », je constate que vous donnez la priorité à l’histoire de ce film et à ses acteurs et actrices alors que Mr Polanski est à nouveau pointé du doigt. C’est un choix inacceptable dans le contexte « me too » et d’autres émissions sur FI vont être discréditées.
L’éthique ne fait visiblement pas partie de votre logiciel.

Ce dimanche, france inter a diffusé et promeut, toutes les heures, son partenariat avec le dernier film de Roman POLANSKI (j’accuse). Le principe de précaution a-t-il était bafoué ?

je trouve gênant que vous continuez la publicité pour le nouveau film de Roman Polanski.
J’imagine que ce n’est pas évident : le bénéfice du doute, absence de jugement, les réseaux d’influence du metteur en scène et des acteurs, la qualité artistique …
Néanmoins, je trouve légitime de se réclamer aussi un « bénéfice du doute dans le respect des victimes » et de déclarer à minima une « trêve », le temps que la situation s ‘éclaircisse, et de prendre ainsi ses distances avec M Polanski.

J’accuse, c’est un film France Inter, bien sûr.
Au delà de la transparence du budget de Radio France et de France Inter en particulier, la publicité faite autour de ce film de Mr Polanski, hier dans l’émission de Nagui par exemple, pose la question de l’éthique dans ce service public.
Demain, va-t-on entendre encore que « j’accuse » est un film France Inter,bien sûr ?

Quelles sont vos valeurs exactement ? Quelle société vous voulez ? Vous nous faites honte et vous vous rabaissez de façon inadmissible. On ne sait pas pour quelle raison et avec en plus nos impôts. Je vous demande des excuses publiques et d’arrêter le film j’accuse, sa promotion et sa sortie.

Quelle honte de promouvoir un film de Roman Polanski. Dans cent ans, quelqu’un fera un film sur lui et montrera la complicité des medias et de l’industrie du film par rapport à un gars qui a quand même abusé d’une jeune fille et évité la justice. Quelle honte à Jean Dujardin et vous de cautionner le travail d’un homme comme celui-là. Plus jamais je ne regarderai du Roman Polanski.
J’espere qu’un jour un film sur lui montrera comme vous êtes en contradiction avec les mouvements Me Too. Comment pouvez-vous relayer la parole de Adèle Haenel et en même temps promouvoir le travail d’un violeur.
Je suis choquée et attristée de votre manque de lucidité et de position.

Jean DUJARDIN a de « l’admiration » pour Roman POLANSKI et de la « compassion » pour Adéle HAENEL. Loin de moi l’idée de m’exprimer sur les éventuelles culpabilités et sur les douleurs des uns et des unes. Il faut laisser passer la justice. État de droit oblige.
Mais je suis très choqué par cette contradiction exprimée au micro d’Ali BADDOU

Bonjour la rédaction. Ce matin, c’était Le bal des minables sur votre antenne. La question de votre journaliste qui permet à l’acteur de faire totalement l’impasse sur le message politique d’Adèle Haenel sur la sortie du film de Roman Polanski était juste à vomir. Merci pour l’industrie du cinéma. Allez, une petite interview de Nicolas Bedos sans question sur ses propos sur les infidélités de Luc Besson ? Ah, c’est déjà fait chez Nagui. Merci pour votre attention. Donald Bovy auditeur en colère.

Bonjour. Je suis abasourdis de voir le service public faire la promotion du film « J’accuse » du violeur Polansky. C’est lamentable de votre part. Selon qu’on soit riche ou misérable….. C’est valable aussi pour le service public.