#46 Les tests réalisés par les infirmières et infirmiers libéraux

BLAKE CALLAHAN GETTY

Ce matin dans votre émission, à propos des tests antigéniques Covid, vous avez cité une longue liste des endroits où il serait possible de les réaliser : dans les EHPAD, dans les hôpitaux, les pharmacies, chez son généraliste, à la mairie, sur le parvis d’une gare, à l’aéroport et même dans son entreprise.
Et aucun mot pour les cabinets infirmiers.
Ras le bol !
Sachez que, nous infirmières et infirmiers libéraux, en avons assez de ne jamais être considérés, d’être méprisés. Et pourtant nous aussi, nous étions là et sommes là, sur nos tournées, tous les jours, Covid ou pas Covid.
Et si vous envisagiez de faire un sujet sur la question ? La non-considération des infirmiers libéraux pour les actes médicaux.
Alors que nous avions enfin obtenu l’autorisation de pratiquer dans nos cabinets infirmiers, le vaccin contre la grippe, et uniquement ce vaccin, l’Etat a financé une formation à tous les pharmaciens pour leur apprendre… Je vous le donne en mille : à vacciner, autrement dit à faire une piqure ! On croit rêver. Mais qui sait mieux faire une piqûre qu’un infirmier ? Il fallait dépenser les deniers publics pour apprendre ça aux pharmaciens ?

Infirmière libérale, j’ai entendu votre émission sur les tests antigéniques. Vous parlez des pharmaciens et des médecins qui peuvent les faire. Rien sur les infirmiers libéraux ! Pour info, nous sommes également, infirmiers et infirmières de ville, habilités à les effectuer ainsi que d’autres nombreux actes, (tels vaccins anti grippaux… Et depuis des années…)
J’oserai même dire que c’est notre métier et que nous avons été formés pendant 3 ans à réaliser une quantité d’actes… Quand vous aurez un pansement ou une prise de sang à faire, ou une surveillance Covid, sachez que l’infirmière de votre secteur viendra chez vous. Et pas le pharmacien ni le médecin…
Nous sommes pourtant des milliers mais devons être bien transparents semble-t-il…

Je me permets ce message en tant qu’auditrice fidèle (et même exclusive) de France Inter ; en effet ce matin comme d’habitude pendant ma tournée de soins (je suis infirmière libérale) j’ai entendu le reportage au sujet des tests antigéniques et ce que j’ai entendu m’a fait sortir de mes gonds : la journaliste a rencontré un pharmacien dans son officine, a parlé du coût des tests et des lieux nombreux où l’on pouvait les effectuer, a donné les tarifs pour les soignants mais n’a cité que les médecins et les pharmaciens ! J’ai entendu un grand silence au sujet de ma profession.
Oubliés les infirmières et les infirmiers libéraux qui font déjà en masse les tests PCR dans des permanences qu’ils ont organisées ou à domicile, avec les équipements de protection qu’ils se financent et dès cette semaine ils ont commencé à faire ces tests antigéniques et personne ne parle d’eux et en particulier des différences de rémunérations entre ces trois professions qui effectuent les mêmes gestes pourtant !
Pour les médecins : 46€ si test négatif et 76€ si test positif
Pour les pharmaciens : 34€
Pour les IDEL : 18€90 si test de masse (au moins 3 tests), 26€15 au cabinet infirmier, 29€93 à domicile…
Les coûts des équipements sont les mêmes pour tous.
Qui se déplace et est sur le terrain au plus proche de la population ?
Qui se démène pour préserver sa patientèle de la contamination ?
Qui répond présent malgré sa propre activité pour venir en renfort au sein des établissements de soins débordés ?
Cherchez l’erreur.
Je m’arrêterai là.

Pour information, il n’y a pas que les médecins et pharmaciens qui peuvent faire les tests ! Vous avez oublié les infirmiers libéraux… avec lesquels les tests coutent moins de 10 euros à la sécurité sociale !!!
(Par contre, le matériel de celui qui fait le test -Masque, lunettes, blouses, charlotte- est le même !) … Les infirmiers libéraux sont les grands oubliés… à tous les niveaux !

Depuis plusieurs jours vous faites plusieurs sujets sur les tests antigéniques, sans jamais citer les infirmiers qui sont habilités tout comme les pharmaciens (que vous ne cessez de mettre en avant) et les médecins. Le problème principal auquel nous sommes confrontés, est cette habitude que vous avez de ne pas mettre en avant les infirmières sur des missions nouvelles. On préfère cantonner les infirmières aux images de professionnels fatiguées ou dans l’abnégation au monde médical ! Comment pouvez-vous à ce point nier nos compétences propres, nous sommes les meilleurs professionnels pour réaliser des tests, nous réalisons d’ailleurs de test RT PCR par prélèvement nasopharyngé depuis plusieurs semaines déjà !

Le 2ème problème auquel nous sommes confrontés c’est la difficulté que nous avons à nous procurer des tests antigéniques, soit parce que les pharmacies ont du mal à s’approvisionner mais aussi dans bien des cas par refus de certains pharmaciens de nous délivrer ce test…préférant les garder pour eux ! Quel est l’objectif recherché ? Tester un maximum la population… et vite !

Et vous que préféreriez-vous ? Vous faire tester dans une officine, dans des conditions « bidouillées », que diriez-vous si en allant dans une pharmacie vous vous retrouvez dans la queue avec des personnes qui viennent faire un test en sachant que l’accès au test anionique est à ce jour exclusivement réservé aux personnes symptomatiques ?!

Les infirmiers, nous avons des cabinets qui répondent à toutes les normes et permettent de réaliser ces tests en toute sécurité ! Quand allez-vous enfin prendre en compte les infirmiers dans votre traitement de l’actualité ?

Fidèle auditrice de France Inter depuis des années, je n’ai toujours rien entendu sur les 120 000 infirmières qui sont prêtes à participer aux dépistages et font largement leur part dans la lutte contre cette pandémie !!!

Infirmière libérale, à l’écoute de France Inter pendant ma tournée. Quelle déception, sentiments d’injustice ! Nous qui sommes sur le terrain et qui sommes les seuls professionnels de santé à travailler 7/7, à continuer de rendre visite à domicile.
Encore une fois nous sommes invisibles, pas un moment vous ne parlez de nous !
Nous effectuons les tests et même à domicile.
Merci de ne pas nous oublier.
Effectivement nous n’avons pas de lobbying et sommes peu défendus.

Je vous écoute en travaillant et encore une fois l’infirmière libérale passe à la trappe et n’est nullement mentionnée. Nous aussi nous faisons ces nouveaux tests.

Infirmière libérale, je passe beaucoup de temps dans ma voiture.
Savez-vous que les infirmières libérales vaccinent, font les test PCR, sont formés pour les tests antigéniques ? Jamais aucun journaliste ne parle de notre profession. Savez-vous aussi que pour tester sous une tente, dans une entreprise, il faut des autorisations du préfet ? Sinon, ça s’appelle de l’exercice forain.
Avec les tests antigéniques, nous avons obligation de tracer. C’est la loi.

Je suis infirmière libérale et à nouveau je constate que notre implication dans la nouvelle stratégie de dépistage est absente des informations diffusées.

En ce qui concerne les tests antigéniques, L’arrêté du 16 octobre 2020 est pourtant clair :

“Les tests sont réalisées par les professionnels de santé suivants : les médecins, les pharmaciens ou les infirmiers”

Alors pourquoi vous ne citez que les médecins les pharmaciens et les maires dans votre émission de ce matin. Tout comme les médecins nous recevons dans nos cabinets et surtout nous entrons au cœur des familles à leur domicile. Nous collaborons entre les cabinets pour, d’une part se rendre disponible pour tester la population et d’autre part protéger nos patients âgées et fragiles. Nous sommes fatigués au sens propre comme au figuré d’être les oubliés de l’information. Notre profession n’attend ni des honneurs ni des remerciements mais juste d’être visible au même titre que les autres professionnels de santé. Je vous remercie infiniment d’avoir pris le temps de me lire.

Je viens d’écouter le sujet sur les tests antigéniques.

Trois catégories de professionnels de santé de ville peuvent les faire :

les médecins généralistes,

les pharmaciens de ville,

ET les infirmières libérales.
Merci de parler d’elles. Elles sont tout de même plus nombreuses, formées (elles font les prélèvements nasopharyngés depuis juin) et équipées que la poignée de médecins et pharmaciens réunis.
Il y a des critères d’éligibilité pour les patients à ces tests.
A vous entendre, tout le monde peut aller en officine pour exiger un test. Les gens angoissés vont se ruer dans les officines et ne vont pas comprendre pourquoi on va leur refuser. Les professionnels de terrain sont en train de s’organiser au pied levé pour répondre au plus vite à la stratégie de dépistage. On ne va pas s’en sortir. Vous nourrissez la défiance envers les médias.