Marre de passer du terme « problèmes psychologiques »

10/02/2020 15:44 France Info

Je suis bipolaire et enceinte de 6 mois. Je travaille, je suis propriétaire, malgré quelques rechutes, je suis stable depuis 5 ans.
Je fais référence à la petite Vanille, je suis fatiguée d'entendre systématiquement lors des affaires de meurtre le fameux "problèmes psychologiques "
Ce terme est systématiquement lancé comme ça, sans savoir quels troubles ni à quels degrés. C'est très dur à gérer, je suis obligée dans ma vie de tous les jours de cacher mon handicap pour ne pas être mal jugée. Être bipolaire, c'est avoir un problème psychologique et pourtant serai je une mauvaise mère pour autant ?
Mon trouble est faible, comme toutes maladies il ya différents degrés, comme pour le cancer où on parle de stades. Ce serait bien de le préciser afin que le public comprenne que problèmes psychologiques ne veut pas dire personne susceptible de commettre un meurtre ou un attentat.
Je souhaiterais que les médias apportent des éclaircissements à ce terme en apportant des précisions sur le type de troubles psychiatriques, leurs degrés.
En France, il n'ya aucune communication sur les troubles psychiatriques, c'est le secteur de médecine qui reçoit le moins de subventions. Pourquoi pas dans ce type d'affaire comme la petite Vanille, prendre 5 min à expliquer les nuances des troubles afin que le public ait un minimum de culture sur ce sujet.
Merci de m'avoir lu.