#20 Regards sur le déconfinement

Klaus Vedfelt Getty

Je souhaite vous faire prendre conscience que vous avez tendance à parler de la crise au passé, ce qui induit l’idée qu’elle est … passée ! Depuis l’annonce du déconfinement je remarque le relâchement des précautions dans ma petite ville : moins de masques (souvent mal portés, tripotés…) le non-respect de la distanciation. Peu de cas dans la région, alors l’alerte est passée : c’est fini, c’est la fête ! Merci de faire gaffe !

Je trouve déplacé de parler du coronavirus au passé, alors que le plus difficile n’est pas le confinement mais au contraire la vigilance doit être au maximum en tant que citoyen car les auditeurs vont entendre que tout sera fini à partir de lundi.

Je viens d’entendre le témoignage d’une auditrice sur sa tristesse du déconfinement. Je suis d’accord avec elle, la première réaction de certaines personnes a été de courir dans les magasins. La frénésie acheteuse n’a hélas pas disparue, les gens ne tireront donc jamais les leçons que la vie nous donne… Quel dommage !

Entendu dans vos chroniques. « Les Français ne sont pas pris pour des adultes responsables ». Est-ce bien responsable ? Eh bien, OUI. Ils ne sont pas suffisamment responsables. Réunion de famille après un enterrement et dans les magasins, ce samedi, c’est la fête ! Dans un Intermarché, parmi une centaine de personnes présentes : 5 personnes avec un masque. Intermarché distribue des masques !  Et aucun respect des distances. Il n’y a plus de coronavirus. Ce n’est pas mieux en Allemagne. Vous avez dit « responsable – faisons confiance » ! Est-ce bien responsable ? 

Depuis une semaine, tous mes amis et ma famille ne font que préparer la journée de lundi, j’ai été invitée à des apéros chez des copains, retrouvailles, weekend en vélo (en dormant chez des copains, bien sûr), etc. Evidemment j’aurai très, très envie de faire tout ça, mais j’avais compris qu’il fallait continuer à faire ce qu’on a fait jusqu’à maintenant, seulement on aurait eu moins de restrictions pour se déplacer, et certains entre nous auraient repris le travail/école. Point final. Je ne sais pas si je suis juste plus consciencieuse que mes amis, ou si je dois me sentir comme ce japonais qui avait vécu 20 ans caché dans la forêt parce que personne ne lui avait dit que la guerre été finie… 

Je pense que nous nous berçons d’illusions sur le civisme et la connaissance qu’ont les gens sur le virus ! Il y a une semaine, alors que nous n’étions pas encore déconfinés, un groupe de personnes passe dans le chemin devant ma maison, et ils marchaient sans espaces entre eux, et je leur fais remarquer que c’est un peu risqué, et bien, la réponse a été ! nous sommes voisins et ne sommes pas malades ! voilà, tout le blabla que l’on entend pourtant partout, les gens n’ont pas intégré qu’ils étaient tous susceptibles de transmettre le virus, même si ils ne semblent pas malades. Ça m’effraie beaucoup pour la suite…

Je réside dans un petit village du Luberon. Aujourd’hui, il pleut et je n’ai pas vu mon village aussi confiné depuis 2mois. Je vous trouve très optimiste quant à la prise de conscience des citoyens face aux risques du virus. Dans mon village les discours « conspirationnistes » fleurissent depuis déjà plusieurs semaines voire depuis le début du confinement et beaucoup continuent à vivre pratiquement normalement. Alors j’ai du mal à croire que les gestes barrières, les rassemblements de moins de 10 personnes… soient respectés alors que depuis des semaines ce n’était déjà pas le cas. 

Je prends la plume pour vous dire mon incompréhension. Nous sommes le 11 Mai, 1er jour de déconfinement après 2 mois compliqués pour l’immense majorité des français et journée elle-même compliquée pour beaucoup d’entre nous. Transports, travail, école, masques, gel, risques de nouvelles contaminations, etc… Et vous ne trouvez qu’à ouvrir le journal de 18h par le récit de plusieurs minutes, d’une jeune femme cadre en télé travail qui, avec son mari cadre en télé travail également et avec un total aplomb, explique qu’elle profite du fait que le Conseil Constitutionnel n’a pas encore validé la restriction des déplacements à 100 km, pour partir avec les 3 enfants dans une « maison familiale » en Bretagne où la vie sera certainement meilleure qu’à Paris… L’histoire ne dit pas si la destination est La Baule ou Perros-Guirec, ni quelle est la superficie de la maison en question ni celle du jardin… Alors juste une question de ma part : quel sens donnez-vous à cette information ? Quel est le message que vous souhaitez ainsi faire passer ? J’avoue être totalement perplexe. 

J’en ai un peu ras le bol depuis lundi d’entendre que tout va bien pour le déconfinement, les gens ont des masques. C’est faux. Cessez de vous focaliser sur Paris et sa région. Ma mère habite en Haute Saône (région Franche Comté), elle travaille dans une entreprise de charpentes et cela fait des semaines qu’ils attendent des masques commandés par la fédération du bâtiment (vu que l’Etat n’a rien fourni), ce qui rend donc impossible certains chantiers pour reprendre convenablement une activité.  
Même chose de mon côté, à Thionville dans le Grand Est, ville dont 46% de la population travaille au Luxembourg. Le seul masque c’est un masque en tissu qu’il fallait aller retirer dans un point de retrait mis en place par la mairie. Carrefour en vend en sachet de 2 ou 3, limité à 1 sachet par personne. Donc quand j’écoute vos actualités, je ne me retrouve vraiment pas dans la situation que vous décrivez en ce moment.  

Une petite remarque, j’ai constaté que de nombreuses personnes ne supportent pas le masque, j’ai travaillé 4 ans en microbiologie et culture In Vitro avec des masques plusieurs heures par jour, ffp2 c’est une norme à l’intérieur il y a de grandes différences de qualité, le masque que va utiliser un professionnel il l’a sélectionné parmi des dizaines et ne voudra qu’une marque précise comme n’importe quel EPI (Equipement de Protection Individuel). Donc avec le temps tout le monde trouvera chaussure à son pied mais il faut chercher.

En ces temps de déconfinement une petite question me taraude face à trois de vos informations : – en Dordogne un cluster se crée autour d’un enterrement ou quelques dizaines de personnes se réunissent -un coréen après un périple dans quelques boites de nuits contamine potentiellement des centaines de personnes – en France des partie nocturnes et privées s’organisent sous le manteau. Moi personnellement j’ai de nombreux exemples de personnes ne respectant pas strictement le confinement. Si nous voulons un déconfinement serein et efficace il faut limiter ces dérives mortifères qui peuvent déboucher à des réflexes de xénophobie, de racisme etc. Ou placer la limite entre sécurité collective et liberté individuelle, c’est urgent, y a-t-il une responsabilité pénale, quelles sanctions sont appliquées etc. Moi si j’apprenais qu’une de ces soirées avaient lieu localement je n’hésiterai pas à agir et pourquoi pas violemment et je suis plutôt une personne raisonnable.

Pourquoi prendre la voiture comme objet de consommation, pour exemple du déconfinement ? Savez-vous qu’il va falloir que nous arrêtions d’acheter de voitures, de produire des voitures, re rouler en voiture dans paris etc,…!!! Il y a tellement d’autres sujets que vous auriez pu choisir. Visiblement nous tirons aucune leçon du message que nous envoie ce virus et qui est encore là. Ce n’est pas deux mois de confinement qui va arrêter le changement climatique, nous allons toujours dans le mur.

Je voudrais que les médias communiquent davantage sur la souffrance pour certaines personnes de ne pas pouvoir franchir le rayon des 100 km dans les prochaines semaines. N’ayant pas de famille dans ma région, combien de temps me va-t-il falloir attendre pour pouvoir revoir mes parents ? Quand d’autres familles vont se retrouver dès le 11 mai, il nous ait impossible de pouvoir rejoindre un point 1 à un point B au-delà des 100 km alors que dans un rayon de 100 km, on peut faire tout et n’importe quoi.  J’ai le cœur gros, très gros. Je demande à ce que ce rayon soit vite oublié ou l’attestation élargie.

Je ne comprends pas : on ne peut pas circuler à plus de 100 km, et pourtant tous les parisiens, depuis plusieurs jours, reviennent sur Paris. Je précise que j’habite Paris, et que je me suis interdit de voir mes enfants, certes grands (17 et 22 ans), depuis le début, car ils habitent loin. Pourquoi ceux qui ont choisi un confinement ailleurs ont une « dérogation » actuellement ? la loi s’applique-t-elle à tous ou non ? pourquoi ne pas contraindre ceux qui ont fait le choix d’être loin d’y rester, sauf cas de force majeure ou obligation professionnelle (car je constate beaucoup de retour pour des gens qui resteront en télétravail…).