#21 La publicité

Des auditeurs regrettent la diffusion des spots publicitaires sur les voitures Mercedes. Deux campagnes de la marque sont en effet actuellement diffusées sur les antennes selon les règles relatives à la diffusion des publicités à Radio France. Ces campagnes prendront fin les 27 et 28 mai.

J’ai de la sympathie pour la radio France Inter, plus que pour d’autres parmi les radios officielles et subventionnées mais je me demande comment vous osez passer une publicité pour Mercedes Benz qui invite à enfin pouvoir s’acheter une voiture neuve en prenant un énième crédit juste après une émission qui invite une personne qui nous fait réfléchir, comme beaucoup actuellement, à l’impact de l’homme sur la planète ? C’est si contradictoire que c’en est cynique. Quel dommage…   

Quelle agression cette nouvelle pub « Mercedes ». Après cette période de confinement qui a permis à certains, dont je fais partie, de se poser, de méditer sur nos modes de vie, (que je change personnellement depuis quelques années), d’écouter votre radio qui propose de multiples réflexions sur « le monde d’Après », comment peux-t-on diffuser une telle publicité qui fait appel de plein fouet à notre monde d’Avant.  

A quand la fin des pubs machistes et pleines de cliché pour Mercedes et autres SUV sur votre antenne ? C’est épouvantable ! Merci et merci pour vos émissions (sans les pubs).

C’est bien la peine d’avoir pendant 2 mois parler du jour d’après et maintenant faire de la publicité pour Mercedes ! Quelle honte pour tous les gens qui sont en grandes difficultés et qui ont du mal à finir leur fin de mois et pour tous ceux qui pensent que la société doit changer !

Je n’écoute plus France Inter notamment depuis que les publicités insupportables y ont fait leur apparition (depuis des années ; France Culture me semble une chaîne de Radio France bien plus engagée) mais le weekend, j’écoute plutôt vos émissions. Or depuis hier, je suis outrée d’avoir plusieurs fois entendu ce spot de promotion pour Mercedes, les concessions qui réouvrent enfin, parce que ‘ça a assez duré’… je trouve scandaleux que vous diffusiez ce genre de message face à l’urgence climatique et les changements de modèles indispensables et désormais bien identifiés pour ne pas retomber dans ce monde d’avant. Monde d’avant dans lequel nous retombons déjà, faute de convictions et d’engagement suffisants. Je suis ce midi trop en colère pour ne pas vous envoyer ce message. À mes yeux, le rôle du service public est de guider le pays dans la direction la plus responsable, en lui présentant une direction soutenable, en lui proposant de nouveaux ‘modèles’, durables et raisonnables, vers lesquels lui donner l’envie et le courage d’aller.

Quel confort d’écoute pendant cette période… Mais voici la pub revenue ! Quelle « cata » !! Mais alors, serait-il simplement possible que dans le cas où j’allume ma France Inter à l’heure pile pour les infos, je ne tombe pas sur la pub, qui n’en finit pas. (Et re la pub après les infos). Ce n’est pas correct ! Au moment où tout le monde fait sa pub pour récolter des fonds, c’est le moment de lancer un appel, une souscription ou autre, pour que les fidèles auditeurs de France Inter se fendent d’une contribution qui finement calculée puisse se substituer aux revenus de la PUB. Indispensables pour vous bien sur. Je suis prêt à verser quelques euros. 

France Inter, samedi 16 mai 2020 : 

-18h58 : pour annoncer « le Téléphone Sonne », la journaliste pose la question : « La nature va-t-elle reperdre du terrain ? » 

-18h59 : publicité pour Mercedes-Benz. 

Merci pour cette réponse ultra-rapide. En 2 minutes, un concentré de capitalisme vert. Comment voulez-vous qu’on vous prenne au sérieux ? Dépité, une fois de plus j’ai coupé ma radio et suis parti me promener.

Aujourd’hui nous sommes le 16 mai 2020 et voilà que France Inter reprend ses publicités pour les constructeurs automobiles, même pas une semaine après le premier déconfinement, comme si de rien n’était. Tout à l’heure, c’était Mercedes, avec des arguments des plus débiles. Bravo le service public ! Qui décide de tout ça ? Avec quelle conscience ? Cette chaîne que j’écoute depuis une quarantaine d’année tourne mal et j’en suis très triste. 

Je suis un auditeur fidèle de votre radio et, en tant que tel, me permets de vous faire part de ma colère du jour, liée à votre programmation. Que ce fussent les volailles de Loué ou aujourd’hui la viande de bœuf label rouge, je trouve vos publicités, qui viennent séparer deux entretiens, particulièrement déplacées et symptomatiques de la soumission des médias aux lobbies, celui de la viande en l’occurrence. L’animal ne se résume pas à un morceau de viande dans une assiette et, philosophes et éthologues en sont d’accord, derrière ce paquet que l’on nomme « volaille » ou « viande de bœuf » se cachent des êtres vivants qui naissent et souffrent comme vous et moi puis finiront dans un abattoir – parce que nous l’avons décidé ainsi -, eussent-ils été élevés dans des champs et « aimés » de leurs propriétaires. Je t’aime, je te tue… Curieux, non ? À l’heure où l’on nous incite – à juste raison – à profiter de la crise du coronavirus pour modifier nos comportements et particulièrement notre relation à la nature, de telles publicités me (et nous car nous sommes nombreux dans mon entourage à penser ainsi) paraissent juste déplacées.