#39 Remarques France Culture

« Affaires culturelles » est un rendez vous tous les soirs que j’ai désormais avec votre émission. Que je connaisse ou pas vos invités j’ai le même plaisir à découvrir leur façon de travailler et donc de voir le monde. Un merci spécial à Marie Sorbier grâce à qui j’apprends chaque soir un mot, un concept à approfondir, un intellectuel à découvrir, je finis ces 10 minutes avec une nouvelle soif à étancher, et une vision de l’actualité élargie, quel cadeau!… c’est une parenthèse qui rythme l’émission merveilleusement. Je voudrais Monsieur Laporte que vous remerciez de ma part tous les collaborateurs de votre émission que vous citez à la fin, dites leur que si les impôts servent à les rémunérer je suis un homme heureux. Bon vent à tous, (un auditeur de France Culture de très longue date)

Réponse d’Arnaud Laporte :

Cher Monsieur,
grand merci pour votre courriel, qui fait chaud au coeur, et nous confirme dans notre désir de proposer chaque soir un véritable rendez-vous sensible et informatif autour d’une ou d’un artiste.
Je vais transmettre à mon équipe votre message, et en effet, la redevance audiovisuelle est précieuse pour garantir autant que possible un service public que nous mettons toute notre énergie à rendre le meilleur possible.
Bien à vous,
Arnaud Laporte

Félicitations Monsieur Weitzmann, Je viens d’écouter votre émission concernant la « panthéonisation » de Rimbaud et Verlaine et je voudrais à cette occasion vous féliciter pour la qualité et la profondeur de votre émission qui ne manque jamais de me ravir à chaque fois que je l’écoute. Vous faites preuve de mon point de vue d’un rare courage pour traiter des sujets difficiles sans tomber dans le travers du buzz médiatique. Merci encore pour la lumière que vous apportez dans un paysage toujours plus manichéen (pour rester poli) … longue vie à vous et vos contributions.

Partager notre enthousiasme pour l’émission de samedi 19 septembre Bonjour à tous et bravo pour l’émission de samedi matin : cela a été un vrai régal, de plus, nos enfants nous avaient rejoints, encouragés par notre enthousiasme ils ont décidé dorénavant de se lever plus tôt le samedi matin pour écouter l’émission. Nous voulons encourager monsieur Finkielkraut pour son courage audacieux et son indépendance, pour les auditeurs c’est vraiment bien car son émission nous permet de prendre du recul et de la hauteur face à l’inculture des autres media, merci pour la liberté qu’il a de recevoir des interlocuteurs tous différents, Pierre Nora a été à la hauteur de nos attentes , tous deux vous avez réveillé nos consciences ! MERCI FRANCE CULTURE !

Cher Alain Finkielkraut, J’ai écouté avec grand intérêt votre émission avec Pierre Nora au sujet de la disparition du Débat. J’ai dirigé pendant trente ans une revue de littérature qui a cessé de paraître en 2014, Théodore Balmoral. Depuis, ce nom est devenu celui d’une collection aux éditions Fario. Je vous l’ai adressée à plusieurs reprises pendant toutes ces années… et récemment un livre dont le titre est « La Fin de Bartleby» qui évoque le sujet de la disparition de ce monde des revues. L’avez-vous reçu ? Il me semble qu’il aurait pu vous intéresser. Paru en février dernier, il est passé complètement inaperçu… Merci pour votre émission toujours aussi fructueuse. 

M. Alain Finkielkraut, Merci pour vos émissions, votre sens de l’analyse et du débat contradictoire : c’est chaque samedi matin, une bouffée d’oxygène, de bon sens critique dans une radio qui, globalement, à tendance à ce « Franceintériser ». Courage, courage, courage !!

Ce message s’adresse à M. Finkielkraut et à la qualité de ses émissions « Répliques ». Toujours de très bons débats avec une très grande variété d’invités. Ce moment est vraiment une respiration pour moi, et le souhaite vraiment la plus longue continuité possible dans le programme de France Culture. Faites bien attention à la violence de cette « Cancel culture » Encore merci M. Alain Finkielkraut

Bravo pour l’émission de samedi matin : cela a été un vrai régal, de plus, nos enfants nous avaient rejoints, encouragés par notre enthousiasme ils ont décidé dorénavant de se lever plus tôt le samedi matin pour écouter l’émission. Nous voulons encourager monsieur Finkielkraut pour son courage audacieux et son indépendance, pour les auditeurs c’est vraiment bien car son émission nous permet de prendre du recul et de la hauteur face à l’inculture des autres médias, merci pour la liberté qu’il a de recevoir des interlocuteurs tous différents, Pierre Nora a été à la hauteur de nos attentes, tous deux vous avez réveillé nos consciences !

Monsieur Finkielkraut, je suis votre émission avec passion depuis longtemps et vous lis avec passion depuis « Le juif imaginaire ». Dans votre dernière émission sur Le Débat vous avez évoqué diverses revue sans évoquer « Etudes” qui a le mérite d’évoquer aussi le cinéma le théâtre et les romans je citerai quelques exemples : Mars 2017 entretien avec Martin SCORSES « le silence et la compassion » Mai2018 Tobie NATHAN « La tentation de la radicalité » Janvier 2020 Grand entretien avec Mona OZOUF (je suis certain que vous n’avez pu le manquer) Mars 2020 Delphine HORVILLEUR « l’art féminin de l’exégèse »

Merci infiniment pour vos émissions, vos combats qui rejoignent tellement ma vision du monde. Le Débat s’en va. J’espère que vous, non. Je me sens déjà si orpheline dans la société actuelle.

La dictée avec le texte de George Sand
J’ai beaucoup aimé la lecture de Mémoires de Hadrien. Je me suis amusée à faire la dictée. Je trouve qu’elle était trop rapide mais j’ai pu combler les vides à la suite de la relecture. La correction est trop sommaire et les adjectifs de la fin du texte n’ont pas été corrigés et j’ai eu des doutes pour le ou les substantifs auxquels ils étaient attribués. Merci pour cette bonne idée

Médias : de la méfiance à la haine
Olivia Gesbert : J’adore votre émission que j’écoute dès que je peux parce qu’en général, elle m’ouvre l’esprit. Je suis furieuse contre les propos tenus aujourd’hui par vos invités. Quelle arrogance vis à vis CNews, de Pascal Praux et de Zemmour. Je dois être un OVNI car je regarde cette chaine et cette émission avec plaisir, et je vous écoute aussi pour d’autres raisons. Le fait de résumer Zemmour à un polémiste qui attise la haine et avec lequel on ne peut pas et doit pas débattre est d’une grande arrogance. C’est en tenant ce type de propos qu’on froisse des personnes comme moi qui s’attachent à écouter des points de vue différents. ça me donne envie de me retrancher sur CNews et d’abandonner France Culture et sa posture de juge de paix sur ce qui est bon à dire et ce qui ne l’est pas. Parce que faire ça, c’est traiter par le mépris intellectuel ceux avec qui on n’est pas d’accord, et c’est justement ça le terreau de la haine; Qui est détenteur du savoir, et qui ne l’est pas… J’ajoute que mes parents étaient des intellectuels, que j’ai fait des études supérieures, et que mon père s’appelait Mohammed, ce qui devrait m’exonérer de tout reproche d’appartenance à quelque mouvance d’extrême droite. Alors voilà mon coup de gueule, je refuse ce décryptage soit disant distancié, il ne fait que renforcer le fossé entre les « bien pensants » et les « mauvais pensants », ce n’est pas comme ça qu’on va dissoudre la haine. Au contraire.

Merci Olivia Gesbert pour cette émission et merci à Laure Adler. Vous êtes des femmes que j’admire beaucoup.

Bonjour à l’équipe de LA GRANDE TABLE, Je viens d’écouter la voix de Laure ADLER invitée de votre émission et j’ai eu envie de vous partager (même si c’est un lieu commun) combien les voix résonnent en nous. Certes les mots, le sens profond des idées est essentiel mais ne pourraient jamais toucher le profond de notre être sans la magie, la musique, la singularité de chaque voix. La sincérité, l’engagement, l’humanité sont véhiculés par la voix jusqu’à nous. Merci de ce cadeau présent à France Culture dans vos émissions : Vos voix sont belles et touchantes.

Auditrice fidèle de France Culture, professeure de Lettres, je suis retraitée de l’Education nationale, (trente-quatre ans locataire d’une HLM, onze ans professeure en zone prioritaire). Quant à mon profil politique, je suis nostalgique d’un Parti socialiste qui luttait, jadis, contre les effets du Capitalisme, et m’affirme féministe universaliste, toujours syndiquée à un syndicat, dit de gauche. Ceci dit, je me permets de m’étonner de votre choix rédactionnel, vous incitant ce 19 sept. à n’inviter que Madame la députée Obono pour discuter avec un journaliste, fort indulgent, quant à son point de vue communautariste, sur le port du voile islamique d’une représentante de l’UNEF invitée à s’exprimer dans l’hémicycle. Il n’y a donc pas eu de débat contradictoire avec une personne défendant laïcité et féminisme.

J’aimerais bien que vous invitiez des personnes d’origine musulmane, tel l’universitaire Mohamed Sifaoui, Asli Erdogan etc qui pourraient dénoncer l’entrisme des Frères musulmans et ses conséquences : antisémitisme, sexisme, lutte contre notre laïcité etc

Par ailleurs, s’il vous plaît, invitez, de temps en temps des féministes universalistes au lieu d’accorder systématiquement une tribune à des personnes comme Madame Vergès.

Et abordez donc franchement des sujets brûlants, comme l’antisémitisme fondé sur le Coran qui empêche la scolarisation des enfants juifs dans certaines écoles de la République : d’anciens élèves à moi l’ont subi et je le redoute pour mon petit-fils car je suis la grand-mère catholique d’un enfant au prénom biblique et au nom juif.

Chère madame,
Je vous suis très reconnaissant d’avoir publié le message d’une auditrice, intitulé Ligne rédactionnelle de France Culture, dans lequel je me suis reconnu. L’indulgence dont elle parle est flagrante sur les ondes de Radio France, surtout sur France Inter et France Culture – vis-à-vis de mouvements prétendument progressistes, communautarisme, indigénisme, décolonialisme, intersectionnalité… Aux noms cités par votre auditrice, de personnes qu’on aimerait entendre sur vos ondes, j’aimerais ajouter celui de Céline Pina, qui a participé au Téléphone sonne il y a déjà trois ans si j’en crois le site de France Inter, et qui semble complètement inconnue de celui de France Info… alors qu’une recherche sur Rokhaya Diallo renvoie 11 réponses ! Quant à Jean-Pierre Obin, l’auteur du fameux rapport, qui vient de publier Comment on laissé l’islamisme pénétrer l’école, il est complètement inconnu des deux chaînes ! J’ajouterai Georges Bensoussan, inconnu de France Info, et qui n’apparaît que dans une bibliographie sur France Inter. Voilà trois personnes de très haut niveau qu’on aimerait entendre sur vos ondes. Malheureusement, ce qui semble dominer parmi vos collègues journalistes, c’est une sorte de paralysie vis-à-vis de l’islamisation de pans entiers de certains quartiers ou institutions, qui les empêche carrément de s’emparer de ce sujet, par crainte de procès en islamophobie. J’aurais cru que la mission d’un journaliste, c’est de dire ce qu’on voit, mais bien sûr, quand on ne veut pas voir…

Un message pour Mme Lucile Commeaux
Merci pour votre nouvelle émission que je prends plaisir à écouter. Le débat doit avoir sa place, dommage par contre qu’elle ne soit pas quotidienne comme avant Et merci de faire parler des voix journalistiques différentes. En espérant qu’on en découvrira d’autres de la presse régionale par exemple ou de journaux originaux car Libé & co c’est sympa mais bon toujours pareil avec eux ! Cordialement

Rimbaud/Verlaine Panthéon
Bravo à Marc Weizman pour animer une telle émission ! Juste une remarque. Quel est l’argument fondateur de l’antisémitisme ? Les Juifs ne sont pas jugés pour ce qu’ils FONT, mais pour ce qu’ils SONT ! Rimbaud et Verlaine ne sont pas jugés pour ce qu’ils FONT mais pour ce qu’ils SONT (ou censés être). Quelle différence ? »

Je regrette la disparition d’émission médicale sur votre chaîne (même si le sujet est parfois traité dans « la méthode scientifique). La médecine est un sujet suffisamment vaste, qui nous concerne tous et qui mériterait une émission de vulgarisation à part entière, où on donne la parole à des spécialistes.

Je viens d’écouter un reportage sur l’attaque de l’Hyper Cascher, dans lequel il est lourdement fait mention de la douleur des victimes, de leurs familles, de l’agonie de l’un et de la détresse de l’autre, etc. Je trouve cela inutile et indigne d’une radio comme la vôtre.

Question à Pascal Dibie
Ce matin, vos premiers propos concernant le télétravail m’ont sidéré: je cite » Pour les universitaires le télétravail existe depuis longtemps, nos bureaux sont en grande partie chez nous et en petite partie à l’université » D’une phrase, d’une seule, vous faites croire aux auditeurs d ‘une radio nationale: France-Culture , que les universitaires travaillent chez eux et sont donc peu présents à l’université. D’une phrase, d’une seule les domaines tels que la médecine, la médecine vétérinaire, la physique, la chimie, la biologie, l’informatique (qui nécessite de grosses machines) , l’électronique (qui nécessite des salles blanches de grande superficie), sont rayés d’un trait de plume, ou pire vous faites croire que les universitaires travaillant dans ces domaines sont des chercheurs qui travaillent chez eux. Je ne vois alors pourquoi tous ces enseignants demandent des fonds pour renouveler le matériel des laboratoires. Allez dire aux enseignants : travaillez depuis chez vous. Allez le dire aux vétérinaires de Maisons-Alfort. Allez le dire aux biologistes qui suivent des expériences jour et nuit, même lorsqu’ils sont professeurs d’université. Je n’ajouterai que deux remarques: – Vous êtes incompétent pour parler au nom des universitaires, et dans ce cas vous n’avez pas à le faire. – Vous n’avez jamais vu un laboratoire , qu’il soit de biologie ,d’électronique, de chimie, ou autre, où les enseignants qu’ils soient maîtres de conférence ou professeurs sont derrière leurs étudiants en thèse, ou à coté d’eux. Je regrette que personne n’ait relevé vos propos ce matin. Je regrette encore plus que les auditeurs qui ne connaissent pas ces métiers de l’enseignement supérieur vous aient cru.

Rentrée sociale : pas de chômage je suis régulier auditeur de cette émission et je remarque que l’équilibre de pensée et politique n’est que très rarement respecté et les interlocuteurs pensent pareil. Lors de cette émission, il n’y avait que des personnes formulant une pensée anticapitaliste et du coup aucun débat sur un sujet pourtant intéressant que la dynamique syndicale. Il n’y avait du coup pas de débat. Un interlocuteur a parlé de la codétermination dans l’entreprise en Allemagne avec de grandes erreurs techniques et omissions sans être corrigé. J’ai longuement travaillé et pratiqué le droit allemand et ce n’est pas du tout le paradis décrit.

« évangélistes »
Allez-vous enfin vous décider à apprendre le sens des mots « évangéliste » et « évangélique » ? Vous vous obstinez à vous ridiculiser plusieurs fois par jour en parlant des « évangélistes » américains. Et comme si cela ne suffisait pas, je vous ai entendu ce matin raconter que Barack Obama avait tenté sans succès de nommer « une juge » à la Cour suprême en 2016. Une nouvelle preuve de travail bâclé. « La » juge s’appelle Merrick Garland et c’est un homme.

Je vous remercie de transmettre mon humble avis, en réaction à l’échange sur le thème de l’émission Signes des temps. Concernant la position offensive. La sexualité de tout un chacun est personnelle et doit rester du registre intime et non à être collée sur la carte d’identité. C’est une intrusion d’autant plus concernant des personnes ou personnalités décédées. Notre monde a tendance à tout sexualiser. Rapidement. Je suis athée. S’il fallait le préciser. Tout est jeté à la vue carnacière et tout devient une macédoine sans retenue. Le cadre de la loi régit au fur et à mesure des avancées sociales concernant les abus, les crimes. Et les arts s’expriment pour eux-même. Les débats se passent ailleurs. J’en suis de plus en plus désolée. Merci

Figures Libres
J’écoute souvent France Culture depuis Los Angeles. Votre reportage sur Isaac Asimov (une histoire du futur) était vraiment excellent et apprécie de beaucoup de francophones de ce côté-ci du monde. Vraiment complet, avec extraits de films ou séries tv. Et encore mieux, extrait d’interview ou de conférences donnes par Asimov. J’ai appris des tas de choses sur cet auteur unique et incontournable en SciFi. merci !

Dispute L’an dernier, j’écoutais tous les soirs une émission pour moi de grande qualité : La dispute. Un moment agréable par la jeunesse des intervenants, leur bonne humeur, leur intelligence à décrypter l’intérêt des nouveautés, leurs connaissances dans leur domaine et leur émerveillement ou leur déception devant les productions du moment. J’y apprenais les critères d’appréciation de disciplines artistiques hors de mes centres d’intérêt ; les analyses m’ouvraient de nouveaux modes de lecture. L’animateur était impeccable dans ses rôles de modérateur, de provocateur, voire de sage prenant de la distance et sifflant parfois la fin de la récréation quand les esprits s’échauffaient. Pas une minute d’ennui. Superbe et rare. Depuis quelques jours, plus rien de tout cela. Seulement une interview de plus, où l’ « invité » vient raconter une énième fois sa vie et vendre son produit, où l’animateur, ne voulant pas passer pour un ignorant, étale et étale sa confiture, sans réussir à installer une ambiance particulière ni à créer sa propre atmosphère. Voilà, il y a un vide. Je ne n’écoute plus France Culture le soir, et le regrette bien. Respectueuses salutations néanmoins.

Emission « Le code a changé » consacrée à la TA
Ce message s’adresse à Xavier de la Porte. Son émission sur la TA neuronale était particulièrement intéressante, bien qu’il ne soit toujours venu à l’idée d’aucun journaliste d’interviewer aussi les principaux intéressés par ces nouvelles technologies d’automatisation supposées nous faire gagner du temps, des praticiens des langues spécialisées qui pourraient expliquer à quel point la TA peut parfaitement convenir à certaines typologies de textes et pas à d’autres, qu’elle nécessite la constitution de corpus de traductions (humaines) au préalable (voir les corpus Linguee sur lesquels repose DeepL, très sérieux concurrent à Google nMT ou Systran Pure nMT), en entrée, et un nécessaire travail de correction et d’harmonisation (humaines) en sortie, que l’on désigne par l’anglicisme de « post-édition »… sauf à se satisfaire d’un résultat brut qui ne sert que d’outil à la compréhension, en restant truffé d’incongruités. Pour finir, je vous signale juste un erratum sur les langues finno-ougriennes : elles sont parlées en Hongrie, enclave non slave, (d’où l’élément « ougriennes » du mot), puis sur un arc qui va de l’Estonie (exception parmi les pays baltes) et la Finlande (l’autre élément du mot) effectivement, jusqu’au nord de l’Oural. Merci de transmettre

La médecine à Cuba
à Monsieur Florian Delorme Bonjour Monsieur, je m’étonne qu’une émission aussi importante et intéressante que celle que vous animez ai présenté, sans aucun contradicteur, une opinion orientée, fausse, sur la médecine à Cuba. En résumé l’on pouvait comprendre que seuls les généralistes cubains ont quelques qualités qui ne relèvent pas particulièrement de la science médicale (humanité, proximité…) alors que la médecine spécialisée serait au niveau le plus bas, très en retard… la corporation tout entière étant esclavagisée. Concernant la qualité de la médecine cubaine, nombreux spécialistes pourraient apporter un avis très différent. Concernant le système national d' »export » des médecins, cela mériterait en effet un réel travail d’enquête bien au-delà du point de vue simpliste que nous avons entendu. Merci pour votre attention et pour vos précieuses émissions

Virgule masculine
Auditeur permanent de votre chaîne, je me permets une remarque sur la nouvelle virgule dite par une voix d’homme : « France Culture l’esprit d’ouverture ». Je ne comprends pas ce choix sonore tant il semble que ce monsieur après avoir énoncé sa phrase va tenter de nous vendre une tronçonneuse ou le dernier suv pour mâle. Non pas que je veuille absolument des voix féminines, mais là nous entrons dans une virilisation tout à fait étrange et peu à l’unisson des voix « intelligentes » des producteurs de la chaîne, tout autant masculines. Quel choix ? Quelle volonté ? Quelle orientation ? Vouloir concurrencer le prime time de TF1 (dans mes souvenirs lointains, car je n’ai pas de tv) en matière de « types qui en ont « ? Je ne vois pas… Peut-être pourrez-vous m’éclairer !?

Je suis effondrée après avoir suivi l’émission de France culture diffusée le lundi 21 septembre 2020 faisant l’apologie des rodéos urbains .Est il venu à l’esprit des journalistes grassement payés qui ont conçu cette émission qu’ils faisaient l’apologie d’un délit qui met en danger et qui gâche la vie de nombreux français ??? Les producteurs de cette émission n’ont ils aucun respect pour le travail de la police et pour les citoyens qui comme moi habitent les cités dites « difficiles » .Facile depuis vos situations bien protégées de voir ce qui nous cause un stress permanent de loin .Très confortable quand on vit loin de tout cela .Je suis vraiment , vraiment en colère mais je sais que vous n’en avez rien avez rien a faire , vous et vos familles rentrerez ce soir dans vos quartier très tranquilles

Thomas Cluzel, Je vous remercie d’avoir présenté aujourd’hui dans votre journal la tuerie de l’Hyper cacher comme une « attaque antisémite ». Cette parole est plus qu’une parole de vérité. C’est une parole d’humanité. Je note que Madame Sturm, dans son reportage d’aujourd’hui, n’a toujours pas prononcé le mot de « Juif » et qu’elle s’en est tenue à la dimension émotionnelle du récit des témoins et des survivants. Je peine, en écoutant son reportage, à trouver des éléments qui permettraient de dépasser le traitement d’un fait divers. Les motifs du tueur islamiste, pourtant déclarés en direct au journaliste de BFM qui l’interrogeait, ne sont pas même pas donnés. Il ne m’est pas permis de juger des intentions de cette journaliste dans sa manière de relater ce procès. Je m’interroge néanmoins : s’agit-il d’un point de vue assumé, délibéré, ou d’une forme d’inconscience ? Ou bien peut-être les deux ? Si l’on transposait la situation, les choses deviendraient sans doute plus claires. Supposons un instant que les témoins ou les survivants de cette audience soient des rescapés d’Auschwitz. Pensez-vous qu’il serait acceptable, dans un reportage sur le procès fait aux complices de leur arrestation, de taire les raisons qui ont conduit ces personnes jusqu’au camp de la mort ? Voire de les remplacer par d’autres ? Sans nier les faits, on les présenterait d’une façon qui n’amènerait aucune explication ni mise en question des responsabilités des uns et des autres, comme si, finalement, l’horreur s’était produite toute seule, sans qu’aucun humain ne puisse en répondre. Imaginez qu’on ne dise même pas que ces victimes étaient Juives. Et même qu’on s’appesantisse sur leur souffrance. Pouvez-vous imaginer, Thomas Cluzel, la violence de ce silence et l’obscénité de notre compassion ? Ici, il n’est pas question seulement de vérité — la vérité des faits, qui comprend aussi celle de leur sens — mais de savoir où commence le monde humain. Permettez-moi pour finir de vous invité à lire l’entretien donné par Zarie Sibony au Times of Israël qui me semble éclairant à la fois sur ce qu’a vécu cette survivante et sur l’antisémitisme qui demeure minoré ou si ce n’est dénié dans notre pays. Face à l’expérience de la déshumanisation, aucun être humain ne peut accepter un tel déni.