#42 Que faisons-nous du débat public ?

« Le débat public apparaît bien dégradé. Que faisons-nous du débat public ? France Culture propose une journée spéciale vendredi 16 octobre tout au long de la journée avec de nombreux invités. »
Des auditeurs ont réagi :

Cher Guillaume, J’apprécie beaucoup votre façon d’interviewer et votre souci de clarifier toujours ce qu’avance votre interlocuteur sans jamais d’arrogance et avec beaucoup de courtoisie. Débat houleux ce matin mais très enrichissant avec l’intervention ferme mais tempérée de Votre invitée et celle tempétueuses mais néanmoins très intéressante de l’avocat. J’ai aimé la franchise, la liberté de ton et la vigueur de ce débat aux enjeux fondamentaux. J’étais moins en accord avec vous, si je puis me permettre, lorsque vous défendiez la violence exercée par les plus jeunes, actes imputables à leur jeunesse, certes. Mais vous vous faisiez aussi l’avocat du diable dans cet exercice pas facile qu’est le vôtre. Je suis une fidèle auditrice de vos émissions et de France Culture. Très belles émissions. Que cela dure. Très bonne journée.

Merci et bravo à M. Erner pour la qualité de ses interventions, pour la finesse alliée à la culture, pour ses interviews remarquables. Respect, recul, exigence se manifestent toujours. Les invités sont remarquables. Cette matinale me tire vers le haut tant pour l’info que pour la réflexion Merci !

Un grand merci à Guillaume Erner pour l’émission de ce matin qui nous montre combien est précieux le débat et la réaffirmation de l’importance de la démocratie et plus particulièrement de l’état de droit qui protège ce qui nous est si cher c’est-à-dire notre liberté d’expression. Continuez ainsi…

Il existe des lieux pour débattre, des lieux un peu à l’écart du monde pour échanger entre personnes libres, respectueuses et courtoises, avec des personnes intelligentes soucieuses de s’élever et d’élever le niveau… Ces lieux ne sont certainement pas les réseaux sociaux

Le grand public à surtout besoin d’une grille de lecture ou d’analyse pour se forger sa propre opinion dans la cacophonie des discours.

Bravo pour votre prestation ainsi que celle de l’autre invitée.

Très intéressant débat dans lequel votre journaliste a mis en avant la difficulté à débattre de nos jours.

Une fois de plus, incorrigible j’écoute France Culture depuis 8h ce jour. Il s’agit du « débat public ». Le journaliste ne cesse d’interrompre l’invité qui est un avocat. Le journaliste est une fois de plus un « procureur » contre l’avocat qui parle du débat. Pourquoi pas ? Mais l’interrompre chaque fois au bout de quelques secondes est insupportable sur une radio qui essaie de faire de culture. Dans ce cas, en quoi cette radio peut-elle se distinguer de toutes les radios ou télé commerciales. Il y a deux ans j’avais déjà écrit sur cette même question à propos d’une journaliste. Quelque temps après, celle-ci laissait un peu plus s’exprimer « les invités ». Espérons que le journaliste de ce matin puisse aussi lire ma réaction et peut-être en tenir compte

Je réagis à chaud et sans doute est-ce une erreur. Ce matin, votre journaliste nous a fait le coup de « l’avocat du diable », mais semble, comme bien souvent dans ces questions de droit, bien proche dans le fond des thèses qu’il défend alors, thèses qu’il supporte au point de reprocher à son interlocuteur de ne pas l’entendre, alors que c’est bien plutôt sa place, à lui, journaliste et animateur, d’écouter l’autre. Ce qui lui était dit et répété : nous sommes tous soumis à la loi dans un état de droit, et que la loi est là pour condamner les fautifs et les délinquants, protéger les victimes, mais aussi pour s’opposer aux chasses aux sorcières et autres vengeances privées. La loi fait tiers et nous décharge ainsi de notre propre violence, permet d’apaiser colère et ressentiment, encore faut-il en accepter le principe.   Faute de quoi, on se retrouve comme l’animateur ce matin dans la position très confortable de victime, juge et bourreau. 

France Culture est une chaîne de qualité, par ses journalistes et ses émissions thématiques … Toutefois, je m’étonne de l’émission de ce matin sur le débat. En effet, France Culture n’invite jamais d’intellectuels conservateurs ou catholiques qui pensent différemment que France Culture. France Culture n’a invité qu’une seule fois le polémiste le plus célèbre de France. France Culture n’invite jamais, sauf sous le coup de la loi, des représentants d’un grand parti français. Enfin, votre traitement de l’actualité américaine est plein de haine envers un des candidats et dépourvue de toute nuance. Je vous laisse deviner lequel. Bientôt, grâce à cela, vous serez rebaptisé « France censure ».

Merci beaucoup pour votre matinale, que j’écoute tous les matins. Je tenais à vous faire remarquer que votre prise de position face à Emmanuel Pierrat était plus que  » faire l’avocat du diable ». Même votre collègue qui a pris la parole après vous la remarquer, je cite  » j’espère que les auditeurs comprendront ». Je vous prie monsieur de bien gardé votre rôle quand les arguments vous perturbent. Soyez assuré que je comprends la difficulté de votre travail. Bonne journée à vous et vos équipes Ps : désolé pour mon orthographe, je suis très dyslexique.

Très bonne idée de consacrer une journée au débat le 16 octobre sur France culture. Je regrette que le programme de la journée ne soit pas donné la parole à ceux qui cherchent à promouvoir un débat de qualité. J’ai travaillé avec Patrick Viveret à organiser des constructions de désaccords féconds (voir mon livre « Pratiquer l’éthique du débat » paru chez Chronique sociale en 2018)

Ça va être une journée passionnante sur France Culture. Les yeux sur votre chronique, les oreilles à l’écoute du débat en cours. Pour plagier Voltaire -si on tolère l’intolérable, on tolère tout et certains propos.

Ce qui est épuisant avec les avocats, pénalistes de surcroit, c’est qu’ils se persuadent que leur voix est la juste voie. On parle de débat et vous ne laissez pas placer un mot sous prétexte non seulement de tout savoir mais surtout de savoir comme il se doit.