#46 Covid : le reconfinement

ADRIEN NOWAK AFP

J’aimerais connaître le point de vue des experts sur l’effet d’un confinement total extrêmement strict (à la chinoise) pendant quelques jours tel que 5-6 jours. Même si ça ne stopperait pas l’épidémie, son effet serait, selon moi, de casser beaucoup de chaînes de contamination. Et son effet serait bien plus limité sur l’économie (d’autant qu’il comprendrait un week-end) que les restrictions qui montent semaine après semaine sans un effet fort sur l’épidémie. Merci pour vos efforts d’informations.

Je voulais vous faire part de ma stupéfaction à l’écoute du journal de Franceinfo ce matin, où à l’appui de différentes statistiques (déplacements des téléphones portables et des voitures), votre journaliste s’est crue autorisée à affirmer que « le deuxième confinement était moins respecté que le premier ». Que le deuxième confinement soit moins efficace que le premier ne fait aucun doute, compte tenu de ces éléments. Mais on ne peut en conclure à une commode mise en cause des Français inciviques, alors que les deux confinements ne sont pas comparables. Comme vous le savez, le deuxième a davantage d’autorisations de sorties (notamment dans les parcs et jardins), de commerces ouverts (bricolage, fleuriste, etc), mais surtout ne confine pas les enfants (nombreuses sorties à l’école pour les parents de ce fait) et n’impose pas le télétravail aux entreprises. Vous comprendrez que l’ensemble de ces assouplissements explique les statistiques évoquées plus haut. Par ailleurs, je vous rappelle que le confinement français est le plus sévère en Europe – est-ce pour autant la meilleure solution ? Une prise en compte de cet avis différent sur « l’incontournable nécessité du confinement » pourrait enfin permettre d’en sortir et régler la crise du Covid avec de meilleures solutions.

J’aimerais que vous traitiez l’information en utilisant les différents chiffres de manière exacte, et non détournée.  Un exemple simple : ce matin (samedi) à 9h sur Franceinfo, il a été dit « les français ne respectent pas autant le confinement car les déplacements ont diminué de seulement 30% contre 80% lors du premier confinement, sur base des analyses des opérateurs télécoms ».  Si les chiffres sont certainement exacts, leur interprétation, et donc votre message journalistique, est fausse !  Le confinement actuel n’est pas le même que le premier, avec plus de secteurs de travail ouverts, et aussi avec les écoles ouvertes, il est donc évident qu’il y a plus de déplacements, cela ne veut pas dire que les gens ne le respectent pas !  Merci de ne pas continuer à instiller la peur et l’infantilisme dans la population, continuer ainsi c’est faire le lit du populisme pour les années à venir ! 

Une fois de plus on nous culpabilise.
Je ne comprends pas vos intervenants qui ont l’air de penser que la population ne respecte pas le confinement. Les gens vont travailler, font leurs courses, prennent un peu l’air et restent chez eux. Il n’est plus possible de rien faire d’autre, je ne comprends pas sur quoi on se base pour dire que les gens ne respectent pas ce confinement…

On entend sans arrêt que les Français doivent être raisonnables et rester chez eux. Je passe tous les jours pour aller à mon travail (je suis enseignante) devant la gare de l’Isle d’Abeau (entre Grenoble et Lyon). Or je constate que le parking est presque plein. Je doute que les personnes prennent le train pour aller faire des emplettes ou se balader. Si l’on retrouve autant de personnes sur les routes et dans les trains, n’est-ce pas que les entreprises ne jouent pas le jeu du télétravail ? Quand on dépose les enfants à l’école, puis que l’on va travailler, le confinement perd tout son sens.

Confinement d’opérette ? Oui, sauf pour les retraités qui se trouvent complètement coincés chez eux s’ils sont respectueux de ces mesures. D’autant plus révoltant que nous ne sommes probablement pas les plus grands propagateurs du virus et vivons pour la plupart d’entre nous au ralenti depuis le mois de mars. Et, soyons cyniques, quand nous sommes encore « jeunes » et pas en EPHAD nous ne pouvons même pas voir notre famille…si encore nous étions sûrs que ce soit fructueux… Nous allons en sortir cinglés…

J’aimerais qu’on m’explique en quoi il est dangereux et donc interdit de pouvoir s’isoler dans la nature plutôt qu’enfermer entre 4 murs ?
Nous sommes autorisés à aller travailler et donc rencontrer un maximum de gens, par contre une fois le travail terminé, nous devons nous cloîtrer, ce qui rompt nos équilibres naturels, nos besoins de nous aérer.

Je trouve que le gouvernement ne fait pas confiance aux Français avec toutes ces attestations que l’on doit remplir et pourquoi une autorisation de sortie pour faire du sport limité à 1 km, l’IRLANDE a souvent été citée en ex (ma fille y travaille) et là-bas aucune attestation et la distance pour sortir est de 5 kms… De plus je trouve que les décisions de fermetures de certains magasins sont injustes… Il faudrait fermer les grandes surfaces et laisser les petits commerces ouverts
Je suis surprise d’entendre sur les ondes qu’il y a beaucoup de monde dans les rues et sur les routes, ce n’est pas surprenant car peu d’entreprises ont favorisé le télétravail, autour de moi beaucoup de personnes pourraient télétravaillées mais leur entreprise ne les a pas autorisées à le faire (banque…)
Me concernant je télétravaille et me rends dans mon entreprise uniquement les jours où je suis d’accueil.

Ce confinement sans confinement, c’est n’importe quoi. Je suis enseignante, je travaille. Contrairement aux propos du ministre sur votre antenne lundi matin, les 33 classes de mon lycée sont toutes chargées à 35 élèves. Je suis en assez bonne santé pour aller risquer ma vie chaque jour au lycée et celle de mes élèves, sans aménagement sanitaire (parce qu’ouvrir les fenêtres toutes les 2h, ce n’est pas un aménagement). Comment puis-je me sentir concernée/protégée par ce confinement ? Je suis en colère.

Pourquoi ne pas plus parler du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris. Réseau considérable, et, malheureusement toutes fermées, alors même que les petites bibliothèques (pour exemple, celle d’Argeles sur Mer) déploie des trésors d’ingéniosité pour continuer à prêter des ouvrages en respectant les gestes barrières.

Alors que la question de la fermeture des librairies continue de nous toucher, pourquoi ne pas se pencher sur les différentes mesures prises en différents lieux pour maintenir l’offre des bibliothèques publiques. Merci.