#46 Pêle-Mêle

Je travaille en écoutant votre émission. Je ressens le besoin irrépressible de réagir à ces témoignages du personnel hospitalier, cette jeune femme à l’hôpital St Louis, ce jeune médecin en Alsace, quel sens du devoir, quelle déontologie et professionnalisme ! À la fois poignant et rageant ! Bravo et merci à eux et à vous d’avoir partagé avec vos auditeurs. Espérons que cela fera bouger les lignes. (France Culture)

Merci Radio chérie ! Adepte des compliments et des solutions plutôt que de critiques déstabilisantes, je viens vers toi pour souligner ton courage dans le maintien de ta ligne éditoriale et du programme de tes émissions malgré les dernières mesures sanitaires gouvernementales. J’avoue avoir souffert au printemps dernier quand sur tes ondes, les confinés lambdas parlaient aux confinés lambdas réduisant l’horizon de tous les auditeurs aux quatre murs de leurs habitations. De quoi m’éloigner de toi pendant six longs mois, si ce n’est te rejoindre sur les seuls rendez-vous ponctuels de « Par Jupidémie » et « Ouvert la nuit » et y trouver les trois Raisons pour lesquelles je te suivais : Rire, Réfléchir, Rêver. Encore te renouveler ma supplique de respecter ta ligne éditoriale en restant fidèle à tes émissions initiales. Pour que vivent tes choix et tes engagements ! (France Inter)

France Culture a retransmis en direct ce dimanche 8 novembre une messe concélébrée par trois prêtres, avec chorale, organiste et assemblée de fidèles entonnant les chants et récitant les prières. Comment cette entorse du confinement a-t-elle été autorisée par la chaîne, alors même que le conseil d’Etat a confirmé le 7 novembre dernier les mesures d’interdiction des cérémonies religieuses avec public, compte tenu de la gravité de la situation sanitaire ? (France Culture)

À nouveau, la rédaction de France Inter, ce jeudi 12 novembre à 13h00, un message en faveur de l’ouverture des magasins et notamment des librairies fait l’objet d’un reportage. Que recherche la rédaction ? Plus de morts ? Un engorgement des hôpitaux ? Une lassitude des personnels soignants ? 2/3 des français approuvent ce confinement, tous les médecins hospitaliers nous supplient de nous protéger et vous, vous ramez à contre-courant ! (France Inter)

Merci Professeur Sansonetti pour votre analyse, votre regard de scientifique mais aussi celui d’un Homme de grande expérience empreint d’humanité, à l’écart des certitudes mais fort de conseils éclairés que vous autorise la maîtrise de votre Science et de vos connaissances.
Votre position affirmée sur les notions de responsabilité, d’engagement pédagogique, sans doute négligée, de prévention trop souvent ignorée… Merci Professeur, j’espère que votre message sera entendu, écouté et… pris en considération, tant par les décideurs, trop souvent hésitants et à contre-temps dans l’action, que par l’ensemble des Citoyens Français. Il serait bon que la France reprenne sa marche dans le Bon Sens. Revenez Professeur, ne serait-ce que pour aérer et régénérer quelque peu notre esprit. Merci. (France Inter)

Pour le Professeur Sansonetti : Excellent intervenant, de la clarté, de la précision, de la simplicité. Sur les élections américaines, et aujourd’hui sur le Covid, le 7/9 nous a permis d’écouter des intervenants de grande compétence. (France Inter)

Merci à Guillaume Erner d’avoir invité aujourd’hui le Professeur Didier Sicard, remarquable d’intelligence et de pédagogie pour nous exposer clairement les pistes de réflexion sur la Covid 19. Peut-on transmettre toute mon admiration au Professeur également ? Pourquoi des gens comme lui ne sont pas davantage consultés et écoutés ? (France Culture)

A Guillaume Erner : comme chaque jour, nous apprécions beaucoup vos informations, vos chroniques, une vraie bouffée d’oxygène… Ce matin encore plus avec votre invite Pr Didier Sicard. Tout a été dit et simplement merci infiniment pour tout votre travail accompli nous qui vivons au bord de la mer votre émission est un véritable phare ! Du partage et de la connaissance. Prenez soin de vous et nous soyons respectueux et solidaires. (France Culture)

Je vous écris, car bien que fidèle auditrice et appréciant beaucoup les programmes de votre radio, je suis régulièrement énervée par l’incitation de vos chroniqueurs (es) à regarder Netflix Vous diffusez une émission spéciale sur l’environnement (la terre au carré), vous faites régulièrement des journées sur ce sujet… Ne savez-vous pas que Netflix et l’un des grands pollueurs de notre planète ? Un peu de cohérence ! (France Inter)

J’apprécie beaucoup votre travail ; cela dit, je suis exaspérée par le traitement de la pandémie sur les antennes de France Inter. Encore aujourd’hui, témoignages de personnes ayant perdu un proche, qui ne peuvent retenir leur émotion, voire leurs larmes. Pensez-vous vraiment que cela relève de l’information ! Quant à l’invitée, c’est son fonds de commerce que de dispenser ses conseils concernant le traitement – si je puis dire – de la mort. Donc, n’ajoutez pas par ce genre de déversement de pathos inutile au climat suffisamment anxiogène ! (France Inter)

Pourquoi n’avez-vous pas respecté ce jour la décision prise hier, 08/11, par le Conseil d’Etat de maintenir l’interdiction des cérémonies religieuses avec public ? (France Culture)

Je ne suis absolument pas monarchiste, mais je suis un très fidèle de France Inter. Comment accepter que vos journalistes s’autorisent le ricanement à la question de l’auditeur sur la monarchie ce matin, et comment comprendre qu’ils ne demandent pas au Général de Villiers d’y répondre ? Ai-je loupé quelque chose ? France Inter s’autorise-t-il désormais à fustiger les auditeurs non bien-pensants ? L’actualité américaine nous montre pourtant que les opinions ne se combattent pas par le mépris qui autorise la victimisation, mais par le débat raisonné et efficace. (France Inter)  

Il vient d’être relayé dans une émission que les lieux de contamination du covid sont dans l’ordre (je cite) les bars, les salles de sport et autres commerces en tous genres… Je dirige une salle de danse. Depuis le dernier déconfinement nous avons eu quelques élèves covid qui sont venus à la salle avant l’apparition leurs symptômes… Résultat : zéro contamination ! Pour la bonne raison que ceux qui ont des symptômes restent chez eux, que nous portons le masque pendant toute la pratique, désinfectons la salle, le matériel entre chaque usage, nous nous lavons les mains avant/après, appliquons les distances de sécurité etc… Il en va de même dans la plupart des autres structures sportives. Malgré cela, nous continuons d’être stigmatisés par le gouvernement et par ceux des médias qui s’en font le porte-voix, sur des bases chiffrées éculées, datant du début de la première vague. D’autres études, d’autres articles sont parus depuis à ce sujet. Personnellement j’ai surtout été extrêmement choquée que tous les français soient autorisés par ce même gouvernement à se déplacer en vacances de la Toussaint, y compris entre zones en couvre-feu et zones « vertes », et ce, après la fermeture des salles de sport fin septembre. On a suffisamment de recul maintenant pour savoir qu’une grosse partie des contaminations se fait entre amis et en famille, sans précautions et sans port de masque. D’ailleurs, les grands-parents, donc personnes à risques, continuent actuellement à garder allègrement leurs petits enfants sans masques et avec contacts proches. Mais on préfère punir des gens qui ont créé leur emploi et se maintiennent en bonne santé en faisant du sport. Alors que depuis longtemps on accepte les morts « indirectement » dues à la mal-bouffe et à un mode de vie « sédentaire » et malsain, état de fait que cette crise du covid interroge de façon assez effrayante. Alors arrêtons la stigmatisation médiatique s’il-vous plaît ! Je n’en peux plus d’entendre ça, alors même que toute une partie de la population est actuellement sacrifiée « pour le bien de tous ». (France Inter)