#50 L’avis des auditeurs sur la réforme des retraites

Grèves

Les babies-boomers qui ont profité de la croissance, d’une belle situation économique, de l’énergie bon marché car épargne-naturelle vieille de millions d’années, d’une espérance de vie en hausse qui leur a donné beaucoup d’année de vie à la retraite qui n’étaient pas attendues lors de la création du système de retraite sont aujourd’hui les papies-boomers qui vont profiter de leur longue retraite sans trop se priver, dans un cadre encore potable, une économie encore intéressante en laissant à leurs enfants et leurs petits-enfants une situation catastrophique, environnementalement, énergétiquement donc socialement, sociétalement, économiquement.
Parents qui ont bu, enfants qui vont trinquer, pour reprendre l’adage, ou malheur aux vaincus ?

Lors de vos infos, cherchez le bien-fondé de la retraite plutôt que le côté sensationnel des grèves. N’accentuez pas le chaos ! Cette réforme de la retraite est nécessaire et vitale pour les générations à venir. Nos parents avaient 3 actifs pour un retraité, il n’en est plus de même maintenant. C’est mathématique, c’est la démographie. Dénoncez en informant sans cesse les retraites honteuses et l’âge des départs à moins de 60 ans de la SNCF, EDF, RATP… Je travaille à l’hôpital et j’ai 65 ans. Mes collègues travaillent de jour, de nuit, de week-end, de jours de fête et nous n’avons pas les avantages que réclament la SNCF, RATP sous prétexte qu’ils travaillent tard ou commencent tôt. La blague ! Aidez-nous ! La retraite par points est nécessaire pour les moins nantis. Aidez la France à retrouver la paix plutôt que d’attiser le feu !

J’apprécie la grande qualité de vos émissions.
Je veux néanmoins vous faire part de ma gène sur l’objectivité dans vos informations. On parle à longueur d’antenne en ce moment de la reforme des retraites. Il n’y en a que pour ceux qui sont contre. On passe pléthore de témoignages évidemment qui représentent une population qui a le droit d’être écouté. Mais il y transparaît beaucoup de rancœur ou de comptes à régler qui ont surtout vertu à l’incitation plutôt qu’à la réflexion. C’est aussi le cas en d’entendant que les usagers des transports sont plutôt compréhensifs et pas un mot de ceux qui vivent des situations intenables et qui ne sont pas de cet avis. Ils ne sont pas quantité négligeable.
De toutes mes écoutes, en dehors des politiques qui défendent leur projet, je n’ai entendu aucune de ces milliers de personnes qui sont d’accord pour que le système qui date, soit revu pour et qu’il n’y ait pas des régimes très favorisés et les autres.
Ce déséquilibre criard et lassant de l’expression m’a amené à souvent couper l’antenne. Je je reçois alors plutôt une propagande qu’une information équilibrée.
D’avance merci de l’intérêt que vous porterez à ces quelques lignes, de la part de tous les silencieux qui ont néanmoins tort de ne pas se manifester.

J’écoute France Inter depuis fort longtemps parce que votre radio m’apporte les informations dont j’ai besoin pour nourrir mon opinion personnelle sur l’actualité
Je ne suis pas toujours d’accord avec l’analyse de vos chroniqueurs mais c’est normal
Si je prends le temps de vous écrire ce soir c’est pour transmettre mon mécontentement sur votre parti-pris et PLUS GRAVE sur l’inexactitude de certaines informations à propos de la réforme des
retraites notamment des enseignants ( j’en suis une)
A longueur de journaux du matin au soir , depuis quelques jours, vous relayez les propos ou vous interviewez des grévistes, des représentants de syndicats affirmant que le mouvement de mécontentement tiendra tant que le gouvernement n’annulera pas son projet ( Au journal de ce soir, c’est encore ce que j’ai entendu : il n’était pas question de demander la révision de la réforme ) .
Si ces personnes ne sont pas bien informées, vous VOUS DEVEZ ETRE INFORMES et NOUS TRANSMETTRE LA VERITE
Alors quelle est cette vérité?
Mardi 3 décembre( soit 2 jours avant le jour de grève ), au ministère de l’éducation nationale, 3 syndicats y étaient réunis pour négocier, discuter, … de la réforme des personnels de l’EN ; il s’agissait de la CFDT ( que vous avez appelé « réformiste » vendredi matin mais ce n’est plus une insulte …), de la CGT et de la FSU
Pourquoi ne prenez vous pas la peine de parler de ces rencontres pas du tout informelles entre les décideurs de la réforme et les organisations syndicales ?
Qu’est ce qui peut bien vous empêcher de questionner vos invités représentants syndicaux sur ces négociations, ceux-là même qui appellent à descendre dans la rue, à se mettre en grève
Mais, ce qui est bien plus grave, c’est cette pratique de désinformation …. et de manipulation d’une population active dont l’inquiétude est légitime

L’actualité sur la réforme des retraites, est encore une fois de plus à dénigrer les syndicats, notamment la CGT.
Pourtant ses analyses sur l’avenir sont pertinentes.
Rappelons les actions sur la santé et les services publics .
La CGT avait dénoncé une santé â deux vitesse pour l’avenir, C’est fait, et des services publics dans les commerces alimentaires, C’est fait.
Donc son analyse pour le système à point est réel.
Traiter véritablement le fond de la réforme, le système à point ouvre la porte aux fond de pensions.
Sortez de votre subordination du gouvernement.

Je suis très surpris que la Radio et la Presse ne parlent jamais des Régimes SPECIAUX de Retraites des Hommes Politiques, des Parlementaires, des Hauts Fonctionnaires de l’Etat, de la PRESSE et de la RADIO… Ces régimes Spéciaux seront-ils touchés et intégrés au REGIME GENERAL (comme les autres régimes spéciaux…) dans les propositions de la nouvelle loi de réforme du Régime de Retraite ? La Presse et la RADIO, avez-vous des promesses du gouvernement que l’on ne touchera pas à vos Régimes Spéciaux, pour que vous n’en parliez pas …??? et que vous ne faisiez pas de grèves, comme d’habitude ???… Merci de votre réponse.

Les grévistes sont peu nombreux à la SNCF, moins de 25 %. Pourtant la façon de parler de cette grève donne à penser à un mouvement massif. Comment sont traités les non grévistes: doivent-ils être à leurs postes de travail? Sont-ils payés à ne rien faire? Un salarié qui ne peut travailler à cause de la grève Sncf est privé de salaire par son employeur. Que dire d’un système qui permet à 10 ou 15% des salariés d’une entreprise de paralyser la France? La Snecf ne finance-telle pas la grève des conducteurs de trains? En effet, si les non grèvistes sont payés à ne rien faire, ils peuvent être solidaires des conducteurs grévistes qui leur permettent de vivre une situation très favorable!
Je pense qu’un juste questionnement devrait être posé pour éclairer un conflit à nul autre comparable sauf celui de la RATP où le même questionnement devrait trouver des réponses.

Blanquer ne dit pas que les pensions ne vont pas baisser, il dit qu’elles seront du niveau de celles des autres fonctionnaires de catégorie A, mais ces retraites vont mécaniquement baisser du fait du calcul sur 25 ans. Il annonce juste une modalité pour que celles des enseignants ne s’effondrent pas trop (moins 30 à 50%) mais reculent disons de moins 20% comme celles des fonctionnaires de catégorie A. Voilà comment on fait avec cynisme et hypocrisie…

La mobilisation sociale qui aura forcément un impact sur l’économie aura aussi un effet très négatif sur l’emploi d’un bon nombre de salariés du privé.
Notre fille qui a commencé un CDI en région parisienne le lundi 2 décembre ne peut déjà plus se rendre à son travail. Elle est désemparée, angoissée car elle craint de perdre cet emploi donc probablement son logement . Les salariés RATP ET SNCF bien protégés, peuvent faire grève six mois garderont, eux, leur emploi tout usant de leur arrogant égoïsme corporatiste.
Ont-ils conscience de mettre tant de personnes dans l’embarras et l’incertitude ?

Dans la fonction publique pendant le quinquennat de François Hollande avait été décidée une intégration / conversion progressive des primes dans les points d’indice afin de prise en compte dans les retraites. Ceci devait s’échelonner de 2017 à 2020. Décret de mai 2016. Mais après l’élection de Monsieur Macron nous avons été rapidement informés qu’il n’y aurait rien d’effectif en 2018 … l’Etat a donc manqué à sa parole . C’est grave .Le texte s’appliquera donc en 2017 (avant élection présidentielle) puis de 2019 à 2021. Mais pour tou(te)s ce(lles)ux qui sont parti(e)s en retraite en 2018 comme moi-même nous avons perdu définitivement quelques points d’indices … et donc quelques euros pour notre retraite! Plus l’augmentation de la CSG , nous sommes ravi(e)s. Désormais quelle confiance pouvons-nous accorder à ce que disent Président de la République et ministres? Je comprends donc les enseignants qui risquent de ne jamais avoir une augmentation de salaire progressive; qui dit progressif (ve) dit risque d’absence de respect des accords.Normalement il y a continuité mais on constate là une absence de respect des règles… dans la fonction publique la notion de continuité du service est très importante. Monsieur Darmanin a estimé qu’un accord qui n’était pas signé par tous les syndicats n’était pas obligatoirement à respecter ( FO et la CGT n’avaient pas signés). Actuellement qu’attendent les ministres : passer en force n’importe quoi n’importe comment ou avoir l’accord des syndicats … de quelques syndicats ou de tous les syndicats ? Matière à débat ? L’avenir est inquiétant. Sera-t-il démocratique? Auditrice très régulière de France info et souvent du matin au soir depuis que je suis une heureuse retraitée je tenais à vous apporter cette précision d’absence de respect des « contrats » entre Etat et fonctionnaires. Ceci peut aider à comprendre la méfiance qui s’est installée. Je regrette qu’il ne soit pas possible de joindre des pièces à mon envoi pour prouver ce que j’écris (lettres et tracts de divers syndicats) Cordialement et faites en bon usage.

Je n’entends que maintenant l’entretien de madame Salamé avec mon ministre de tutelle (je suis enseignante dans le premier degré). Pour information, nous sommes extrêmement nombreux à avoir déposé des intentions de grève pour tous les jours ouvrés de toute la période, c’est à dire jusqu’aux vacances de Noël. Il ne s’agit que d’intentions qui ne présagent donc en rien de la participation effective à une grève. Il est donc extrêmement difficile de savoir combien, avant la prise de service (à 8h20 à Paris), d’enseignants du premier degré sont en grève. Et même après.

Je suis un fidèle auditeur de votre antenne mais un citoyen.
Je suis assez choqué par le manque de rigueur de vos informations quand vous évoquez les conséquences de la réforme des retraites sur les enseignants.
Vous oubliez systématiquement les 150000 enseignants des établissements privés sous contrat. Ces enseignants à part entière ne sont pas fonctionnaires et voient leurs retraites calculées sur les 25 meilleures années et non les 6 derniers mois pour les enseignants du public.
Cette différence n’est JAMAIS évoquée dans vos journaux. Cela nuit à la pertinence de l’information. C’est choquant et peu professionnel.

Serait-il possible de bannir ou tout du moins restreindre l’usage du mot USAGER dans le vocabulaire des rédactions de vos différentes chaines et de le substituer par le mot CLIENT? Pour rappel, l’usager est l’utilisateur d’un service public (comme Radio France par exemple). Les sociétés d’autoroute ne sont pas des services publics donc on parlera plutôt de client. En revanche on peut parler d’usager de la Nationale 20. La RATP assure l’exploitation de service public de transport en Île de France et se fait rétribuer pour ce-faire. Nous sommes donc clients de la RATP et non usagers. La SNCF est une entreprise de services qui peut être utilisée pour rendre un service public (Les Echos 17/08/18). Nous sommes donc clients de la SNCF et non usagers. La direction de la communication de cette société n’utilise pas d’ailleurs d’autres mots ce qui est aimable de sa part vu le prix des billets. Nous sommes aussi, c’est une évidence, clients d’Air France, etc. Ce distinguo confère aux personnes désignées des droits induits en tant que client notamment sur la qualité de service et sur les compensations financières en cas de désordre dans le service rendu. Les sociétés d’énergie l’ont bien compris, par exemple, qui traitent leurs abonnés en clients et non en usagers. La Poste aussi. L’usager lui n’a aucun droit par rapport au service attendu. Et pourtant ce service n’est pas gratuit (sauf la Nationale 20).
Je vous souhaite une très bonne journée avec la play-list.

Je reviens sur ce qui vient d’étrave évoqué sur l’antenne de France Info concernant la retraite à points. Les journalistes ont relayé l’extrait d’un discours prononcé par François Fillon en 2016 qui affirmait que les gouvernements pourraient agir sur la valeur du point de retraite ce qui entraînerait de facto une baisse des pensions. C’est un raccourci un peu léger et personne ne songe à dissocier la valeur du point lors de la valorisation sur la cotisation retenue sur la feuille de paie des salariés et la valeur du point de retraite qui permet de verser les pensions. Pour le premier chacun sait que depuis des années la valeur du point change de manière à ce que les salariés doivent verser plus d’euros pour obtenir le même nombre de points que leurs aînés. Pour le second, les commissions idoines ont annoncés que pour les quatre prochaines années les retraites seraient revalorisées du taux de l’inflation, ce qui a d’ailleurs été fait au premier novembre de cette année avec un taux de 1%. Merci d’expliquer cela sur votre antenne afin de ne pas induire en erreur les auditeurs.

je déplore le parti-pris et le manque de la réaction du journal du weekend pour traiter la reforme des retraites: Entre hier samedi et aujourd’hui dimanche, votre journaliste a tendu son micro à Sud + la GCT + FO. A chaque fois, il en fait des tonnes en abondant dans le sens des organisation syndicales « dures ». Pas de pluralisme. pas d’avis d’autres formations politiques ou syndicales plus nuancées. C’est désolant.

Les journalistes devraient quand même rectifier la désinformation qui consiste à dire que les retraites des cheminots sont « anormalement » payées par les autres régimes. Il existe une péréquation entre les régimes. Par exemple quelqu’un se plaint-il que l’on paie la retraite aux mineurs alors qu’il n’y a plus de mineur en France. Il y avait 514000 cheminots en 1938, il y en a moins de 145 000 aujourd’hui CQFD. De plus soulignons que les cotisations retraites sont plus fortes à la SNCF que dans les autres régimes…

Dans l’émission du 7 décembre Sandrine Foulon dit qu’un mois travaillé valide un trimestre. Ce n’est pas vrai si la personne gagne mois de 150 h de smic. Il faut donc travailler plus de 33 h par semaine ( 150 h: 4,5 semaines)
Dans cette émission il aurait été bien qu’une personne plus favorable au système universel soit présent. Il aurait eu beaucoup à dire sur certains propos, en particulier sur les oublis quand on parle du système suédois ( cotisations plus basses, système avec une partie de capitalisation obligatoire, …)
Un fidèle auditeur de base qui lit beaucoup sur les systèmes de retraite et qui attend aussi des éclaircissements sur le projet gouvernemental.

Il est très intéressant d’entendre, à longueur d’émissions et de journaux, des interviews de leaders syndicaux défendre, de manière parfois un peu trop véhémente, le mouvement de grève actuel. Cependant, ne pourriez-vous dire, dans le même temps, que ce mouvement vise, pour l’essentiel, à défendre des régimes spéciaux de retraite (SNCF et RATP en tête) ultra-privilégiés (privilège qui ne se justifie plus) et qui coûte bien cher aux contribuables et, en définitive, également aux usagers de ces services.
Pardonnez-moi de vous le dire, mais en entendant vos journalistes, on a parfois un peu l’impression qu’ils jettent de l’huile sur le feu et ne disent pas tout (faute de connaissance ou de volonté) aux auditeurs. c’est dommage et, pardon encore une fois, un peu irresponsable.
D’ailleurs, il est dommage de constater que les rares fois où vos journalistes interviewent des représentants du gouvernement, c’est pour leur couper la parole intempestivement, ne pas écouter ce qu’ils disent, ou leur faire dire des choses qu’ils n’ont pas dites. Mercredi soir, (sur France Inter ou France Info, j’avoue ne plus savoir) on en a eu un exemple extraordinaire, quand, interviewant Gabriel Atal, secrétaire d’Etat auprès du ministère en charge de l’éducation, votre journaliste lui a fait dire qu’il remettait en cause le système de retraite par répartition au profit d’un système de retraite par capitalisation. Extraordinaire de mauvaise foie, car le secrétaire d’Etat n’avait jamais dit cela et il s’en est très bien expliqué d’ailleurs. Il avait simplement repris ce que beaucoup de jeunes pensent aujourd’hui, disant que cela vient du constat qu’ils font des difficultés rencontrés par le système de retraite tel qu’il fonctionne aujourd’hui en France. Le secrétaire d’Etat n’a rien dit plus.
Alors, si vos journalistes pouvaient arrêter d’interpréter dans le plus mauvais sens ce que vos invités vous disent et de parler à leur place, on écouterait de nouveau avec le plus grand plaisir vos chaînes de radio.

J’ai entendu aujourd’hui sur France info, des interviews de représentants de camionneurs qui protestaient contre la hausse des taxes sur le gazole. Ils expliquaient que cette hausse serait répercutée sur le prix des marchandises et donc rendrait leur filière moins compétitive. très bien. Mais pourquoi ne pas avoir également fait un reportage dans la foulée pour expliquer les effets écologiques de cette hausse de taxe, qui rendra peut-être la filière de fret ferroviaire plus compétitive et donc plus utilisée ? Il n’y a pas toujours que des perdants dans les reformes et on n’entend rarement le camp des gagnants.
D’autre part sur la réforme des retraites, on entend depuis plusieurs jours des interviews de personnes qui expliquent qu’elles vont gagner moins, alors que la réforme n’est même pas écrite. Il serait peut-être plus sérieux de ne pas diffuser ce genre d’informations infondées et farfelues. Pareil dans ce cas, il serait intéressant d’interviewer des personnes qui expliqueraient le bienfait du système universel. Il faudrait vraiment que quelqu’un fasse une description « honnête » des 132 pages du rapport Delevoye pour expliquer l’objectif de la reforme que manifestement aucun représentant syndical ou politique que j’ai entendu râler depuis plusieurs jours sur France Info n’a lu ou compris.
Bref, marre de n’entendre que des gens égoïstes qui râlent. Aujourd’hui samedi 7 décembre, un peu plus de positif à l’antenne aurait été le bienvenu.

Hier matin sur France Info dans le 6h30 9h30, vous avez affirmé que les retraités du privé recevait une retraite équivalente à 74% de leur dernier salaire. Je suis retraité du privé et je ne touche pas 74% de mon dernier saliare mais en fait moins de 50%.
Je ne comprends pas que, dans une rubrique longue qui veut clarifier des informations, vous alimentiez le flot d’intox sur ce sujet : il y a suffisamment d’informations fausses qui circulent sur ce sujet.
Je pensais que France Info donnait des infos de qualités.

Vivant dans une région (Eure et loir) ou les ondes fm sont mal recu, j’écoute France info très souvent. Je trouve que le traitement des grèves actuelles est sinon partisan, quelque peut bienveillant. J’en veux pour preuve la profusion de déclaration syndicale qui ne sont pas passées au crible de la contradiction salutaire par les journalistes. J’ai entendus hier ou vendredi un débat sur le sujet. Il y avait la une dame, historienne des mouvements sociaux donnant du haut de son autorité de chercheuses le bon son de cloche du savoir universitaire. Et la entre deux phrase elle nous annonce que jeudi 5 elle était en tête de cortège. Pourquoi alors ne pas la présenter comme historienne Et partisane de la grève. Cela donnerait une dimension réelle à son autorité scolastique. Il y avait aussi ce pauvre Pascal perrineau qui a force de marcher sur des œufs pour ne contrarier personne finit par aligner des lieux communs sans effet. Ha si je l’ai entendu parler de démocratie de la rue. Le professeur emerite n’a pas été interrogé sur la définition de cette nouveauté constitutionnelle. Par ailleurs je n’ai pas entendu de personne opposé à la grève
C’est dommage pour une radio d’information qui a le vent en poupe

Je suis très énervée de voir comment vous traitez les régimes spéciaux des retraites. Il y en a 42. Certains sont favorisés comme la RATP SNCF et cetera et puis il y en a d’autres qui justement auront tout intérêt à cotiser pour une retraite par point. C’est ce qui est mon cas. Je suis dans un régime spécial : la CARPIMKO et je toucherai le SMIC à la retraite malgré des cotisations importantes et de nombreuses années de travail. C’est une caisse jeune qui n’a jamais manifesté car nous sommes des citoyens responsables… Nous n’avons rien à gagner de notre caisse et de notre régime spécial . Il serait bien que vous parliez de tous ces régimes spéciaux qui veulent une réforme des retraites et non pas les quelques catégories de régimes spéciaux privilégiés. Dans vos analyses et le traitement de l’information vous ne parlez que des 2 caisses les plus privilégiés. Ce serait bien d’élargir votre information pour qu’elle devienne vraie. Merci

Je suis un fidèle auditeur de france inter (auditeur depuis 55ans depuis l’âge de 15 ans) ce message s’adresse à france inter et aux médias en général j’ai été effaré d’entendre tous les médias pendant 1 à 2 mois avant le 5 décembre parler de cette journée de grève ça n’est plus de l’info mais de la publicité!!! Et j’enchaine sur cette grève à l’heure qu’il est( 8 décembre) nous ne connaissons pas avec précision le projet de cette retraite par points mais sur le principe en terme de justice elle me semble plus équitable eu égard aux regimbes spéciaux retraite possible à 52ans à la RATP et 55 ans à la SNCF à comparer au privé 62 ans et qui plus est retraite moyenne RATP à plus de 2500€/mois contre 1400€ dans le privé .Pour un pays pour qui la devise est liberté égalité fraternité ,il faut oublier égalité et fraternité si vous permettez l’expression: du pipeau!!! Dernière petite précision j’ai ouïe dire par des personnes (anciennes employées SNCF) que des conducteurs prennent leur retraite et travaillent pour une compagnie anglaise qui a emporté le marché du transport des eaux d’Evian,je laisse le soin à vos journalistes d’investigation de vérifier.

Je suis une enseignante un peu agacée par le traitement de la grève des enseignants dans vos différents journaux. En effet, je n’y ai pas entendu le moindre mot sur le Service Munimum d’Accueil qui doit être mis en place par les mairies si plus de 25% des enseignants d’une école sont grévistes ; si c’est moins, les enfants sont accueillis à l’école et répartis dans les classes des collègues non grévistes. Donc les parents qui ne peuvent vraiment pas garder ou faire garder leur(s) enfant(s) doivent se tourner vers leur maire… Cela dit, c’est plutôt bien que ce dispositif mis en place par le gouvernement Sarkozy (mais pas remis en question depuis) ne fonctionne pas !
Et de tout cœur avec les équipes de Radio France pour la défense du service public.

Sur France Info ce jour, le titre concernant le dossier retraite, c’est « passer d’un système par répartition à un système par point ».
Bien entendu, sans prendre position pour ou contre la réforme, cela montre une méconnaissance complète du dossier, puisque les points sont bien sur payé par les cotisants : c’est la définition d’un système… par répartition !
Ce genre d’erreur de la part des rédacteurs de France Info, c’est ennuyeux. Probablement faite de bonne foi, j’imagine pour avoir une « formule percutante ».
Merci de leur faire passer l’information car la désinformation circule vite.

Bonjour, s’agit-il bien d’information lorsque vous décrivez dans le 7/9 de ce matin la vie d’une contrôleuse SNCF ? Avec de gentils exemples pleins de bons sentiments sur son vécu, avant d’en arriver à la conclusion de son départ à l retraite avec un montant de 1300 € qui ne lui permettront pas de vivre. Combien de temps a-t-elle travaillé, à temps plein ou non, quel était le montant de sa rémunération mensuelle, quel âge a-t-elle ?
Le niveau d’information est désolant. Incompréhensible. Incompétence ou manipulation ?!
Où est l’intérêt d’un tel message ?
Et bien sûr nous n’aurons pas de réponse….

Je suis en retraite depuis octobre.
Quelle honte la retraite après 43 ans de cotisation 1130€ net. PRIVES.
Je me demande comment on va pouvoir bien vivre !
Forcez les gens à faire leur retraite en privé……Ou quitter la France. …..Pour les PRiVES.
Les fonctionnaires peuvent rester bien sûr. On va droit dans le mur.

La rédaction de France Culture donne volontiers la parole à M Veyrier, secrétaire de FO, sur la question de la réforme des retraites, encore ce jour au journal de 12h30 ,. Ce dernier exprime en général son opposition de principe au « régime à points ».
Mon incompréhension à l’égard de la rédaction de France « Culture » est que celle-ci semble ignorer la réalité du rôle central de FO dans le grand régime à points qui existe depuis 40 ans , qui concerne 80% des salariés français (ceux du secteur privé). Car FO a participé de très près à la gestion de ce régime AGIRC/ARRCO , par exemple en présidant le Conseil d’administration de l’ARRCO jusqu’en 2015 , donc sans paraître s’opposer en quoi que ce soit à son existence même.
« L’esprit d’ouverture » de France « Culture » peut-il aller jusqu’à informer correctement ses auditeurs sur ce point, ou est-ce trop demander aux journalistes?

Bonjour,
ça n’est pas parce que vous avez la meilleure écoute que vous êtes à l’écoute des autres. Ras le bol de quasiment tous les journalistes de France inter qui nous parlent des grévistes, syndicalistes, représentants de la gauche comme de personnes qui ne veulent que la révolution… Écoutez vous, vos façons de parler à vos interlocuteurs en cachant à peine votre dédain et la compréhension que vous portez à ce gouvernement ! Vous n’avez décidément pas le monopole de l’intelligence.
Bien à vous
PS : ma colère s’alimente encore par l’écoute actuelle de l’émission « Le journal de 13H week–end »

Nous sommes enseignants au collège de La Pléiade à Sevran en Sein-saint-Denis et nous sommes mobilisés contre la réforme des retraites depuis le jeudi 5 décembre. Nous étions 100% en grève le jeudi 5 décembre, puis 22,5% le vendredi 6 décembre. Aujourd’hui lundi 9 décembre nous sommes 44% de grévistes. Demain il y a déjà 27 collègues sur 45 qui annoncent faire grève et d’autres seront aussi en grève mercredi et jeudi. C’est inédit. Le mouvement est reconduit, certes par une minorité, mais il est reconduit. Il se passe la même chose au collège Evariste Galois et au lycée Blaise Cendrars de notre ville. Il se passe la même chose dans des dizaines d’établissements d’Île-de-France mais nous ne l’entendons pas sur votre antenne, c’est regrettable. La liste donnée par le Snes-FSU Créteil en donne un premier aperçu : https://creteil.snes.edu/Apres-le-5-on-continue-le-6-et-le-10-Manifestation-13h30-Invalides.html Cela n’était pas arrivé depuis longtemps dans de nombreux établissements la grève est reconduite par une minorité de collègues, mais aussi comme par exemple au Lycée Le Corbusier à Aubervilliers par une majorité de collègues.

Bonjour,
pourquoi à chaque mouvement de grève, vous partez du principe que les gens qui ne font pas grève vont être en colère ? Ce matin, encore, vous venez de dire « pas de colère pour l’instant », rien que le fait de l’énoncer sous-entend qu’il y aura ou pourrait y avoir de la colère avant même d’en avoir la preuve. Je trouve que vous vous placez de manière subjective du côté de ceux qui subissent la grève, dommage.
De plus, avant le 5 décembre, vous n’avez informé que du mouvement dans les transports alors que dans d’autres professions il était prévu également. Chez les professeurs par exemple (dont je fais partie) nous avions connaissance d’un mot d’ordre de grève pour le 5 décembre depuis un moment. Cela me donne l’impression que vous avez traité cette information que du point de vue des parisiens qui vont être gênés dans leur quotidien et avez passé outre les autres professions.

Tous les commentaires sont contre les manifestants, genre individualistes, genre ils n’ont pas compris qu’il fallait réformer, genre les syndicats ne les contrôlent plus!!!
Vous validez la réforme vos intervenants disent chacun regarde son nombril, Mr MACRON a été élu pour les réformes!où sont les points de vue alternatifs?
Vous oubliez qu’il devait réformer les institutions!
Quand nos politiques, nos ministres de tout bord ont-ils montré l’exemple!
Quel effort ont-ils fait sur leur retraite?
Quel exemple ont-ils donné?
Aucun!!!
Les chiffres des mois et non annuités de travail quand sont-ils donnés sur vos ondes pour la retraite de nos politiques.
C’est toujours les mêmes qui doivent faire des efforts.
EGALITE mais où?
« il est ratp et UBER le soir  » :il fait cela par plaisir… ou parce qu’il a besoin d’argent?Faire uber le soir c’est chouette!
Chers journalistes je vous invite à aller voir le film de sorry we missed you de ken loach
france info était en grève!!!!!pendant des jours et c’est ça que j’écoute le 9/12/2019 à 20h!
J’irai dans la rue demain en pensant à vous tellement je suis enervée

Nous vivons actuellement un conflit social qui amène de multiples perturbations dans les services publics et en particulier dans les écoles. Je suis étonné que beaucoup des sujets qui donnent une large place aux problèmes de garde des enfants quand l’enseignant est en grève. Je n’ai pas entendu parlé de service minimum d’accueil ou pas de façon explicite. Il serait important dans ce contexte d’informer les usagers de l’école qu’il existe une loi de 2008 sur le SMA. Cette loi prévoit la mise en place de ce service minimum. Les communes ne sont pas très nombreuses à la respecter, l’état ne mouille pas beaucoup le maillot pour obliger les communes à le faire. Pourtant, cette loi était sensée être la réponse apportée par le législateur à ces problèmes d’accueil. Il serait bien de dire la loi, de dire qui la respecte qui ne la respecte pas.

Toujours les mêmes infos franco-françaises (Mayotte épargnée par le cyclone rien à faire des endroits où il va frapper) . Concernant les points sur la circulation RATP jamais un mot sur la circulation des bus. Améliorez l’info, c’est quand même votre mission, me semble-t-il on entend en boucle des informations souvent de deuxième ordre, je sature rapidement en vous écoutant

Bonjour à toute l’équipe et merci pour les moments d’écoute Que vous nous proposez chaque matin. Je souhaite interpeller mesdames et messieurs les journalistes de France Inter mais aussi des autres médias, mesdames et messieurs les politiciens qui nous gouvernent, mesdames et messieurs les syndicalistes qui défendent nos droits. Je suis chaque jour les débats sur la réforme des retraites afin de tenter le plus calmement possible de me faire une opinion. Nous nous battons pour ou contre le maintien des régimes spéciaux. Pourquoi ne parle t’on JAMAIS des régimes des journalistes des politiciens et des syndicalistes ? Ne seraient ce pas eux aussi des régimes spéciaux ? Il me semble tout de même qu’avant de se préoccuper et de s’occuper des autres il serait bon de faire en tout premier lieu le boulot chez soi. Qu’en pensez vous vous et vos invités ? Cordialement Courtoisement et en vous priant de continuer à aider notre pays à débattre ces grandes questions.