Lettre #43

Chili

La Catalogne

Attias sarkozy

Grève et droit de retrait

Pêle Mêle

Coup de cœur : Michel Pastoureau sur France Inter

Coup de cœur : Sonia Devillers

Les reportages et sujets sur l’actu internationale



CHILI

Je viens d’écouter les infos sur le Chili. Merci de vous informer avant de vous prononcer à l’antenne et donner une vision si « réduite » de ce qui se passe aujourd’hui au Chili. Dire que l’armée fait face à des étudiants, dont sept morts, c’est donner un 5% de ce qui se passe vraiment. Vous ne mentionnez pas les casses, les incendies, les pillages, les dégradations au métro de Santiago, les menaces d’aller envahir les quartiers résidentiels…, et j’en passe. C’est une situation beaucoup plus complexe et cela mérite des infos avec un peu plus de hauteur…

Au Chili les protestations contre le gouvernement s’amplifient. L’armée est sortie, le couvre feu a été décrété. On ne connaît pas ce que l’armée fera. C’est la hausse des transports qui a déclenché la révolte, mais c’est dans tpus les secteurs, santé, éducation, logement, etc., que les difficultés sont grandissantes pour les gens. La révolte ce développe dans les principales villes du pays. Pourquoi ce silence de la part de France Inter ?

Bonjour France Inter, j’ai trois amis au Chili qui remontent de violentes répressions des militaires, des vidéos circulent sur les réseaux de personnes tabassées dans les rues par les militaires. Ils sont également inquiets car on parle à Santiago du fait que les militaires auraient assassiné des leaders indigènes. Les gens sortent dans les rues et se déchaînent car ils ont l’impression d’avoir à faire de nouveau au cauchemar d’il y a 50 ans et les médias ne parlent que de « tickets de métro » et du déchaînement des manifestants. La différence entre ce qui remonte du terrain et ce qui est commenté par la presse est assez inquiétante.

Le ticket de métro n’est qu’un prétexte…tout comme l’augmentation du prix de l’essence en France…

C’est comme en France ce n’est pas seulement le prix du ticket de métro, c’est un phénomène d’accumulation et de ras le bol d’un mépris permanent. On a la même chose en France. Et les chaines mainstream utilisent les mêmes ficelles pour en parler: photo d’un brasier illustrant une sorte de scène de guerre… on a eu droit à ça pour les GJ.

C’est la goutte d’eau qui fait déborder un vase … les conditions de vie dans ce pays sont très onéreuses …et tout est privé…

C’est comme en France, ça ne se limite pas au prix du ticket de métro ou de l’essence. c’est la société qui est remise en cause….

Pfff vous pensez pas que c’est plutôt dû à une accumulation de taxe et de corruption plutôt ???

Les militaires sont dans la rue le pays est paralysé il doit y avoir des dizaines de morts même si les médias en annoncent que 7… ce mouvement est la réponse à 30 ans de politique néolibérale où les inégalités ne font que créer une profonde fissure au sein de la société…

Bonjour radio inter France,
Je vous remercie grâce a vous je suis informer de la situation au chili la quelle me rend triste. J’ai de la peine pour les citoyens a cause de la politique qui leur rende leur très vie dure. L’inégalité social qui avantage les riches. J’admire le courage des jeunes qui se révolte pour dénoncer le gouvernement ultra libéral.

Pareil chez nous. Soulèvement pour quelques centimes d’euros au litre d’essence/gasoil. Et même chose que là bas, même si on est loin d’être aussi pauvres, les inégalités gangrènent la société. Ça n’a été qu’un déclencheur comme pour les GJ

Une cause apparente à valeur de déclencheur mais elle n’explique en rien les causes profondes. Et ça c’est votre job, celui d’un média, cela s’appelle du journalisme. Et ce pour éviter que ne se diffuse une pensée simpliste et caricaturale du niveau de Trump par exemple. Je demande aux journaliste des rédactions radio de foutre un coup de pied au cul des pseudo-responsables de la page FB et de celui où celle qui valide des titres aussi irresponsables.

Le ticket de métro, c’est seulement l’étincelle. Sans oxygène et combustible, une étincelle ne provoque pas d’incendie.

L’augmentation du ticket de métro n’est qu’une partie d’un problème plus vaste qui inclut la retraite, la santé, la privatisation des ressources naturels, etc. Il faut se renseigner plus sur le sujet avant d’en parler.



CATALOGNE

Nous entendons trop souvent l’emploi du terme “indépendantiste “ pour qualifier les catalans qui sont en ce moment en train de manifester. Il me semble qu’il y a erreur, une partie des manifestants ne le sont pas. Ici les manifestants ne réclament pas l’indépendance mais la libération des prisonniers et dénoncent un jugement politique.

Je trouve absolument scandaleux votre traitement de l’information concernant la Catalogne. Vous avez un parti pris indépendantiste qui est tout à fait non objectif. Merci de rectifier, et de garder une position informative et neutre. Je précise que je ne suis ni espagnole ni catalane, et donc d’aucun parti pris. L’Espagne est un pays démocratique, qui a tout à fait le droit, comme toutes les démocraties, de défendre son intégrité. j’attend donc un point de vue neutre sur la question, et j’entends être informée de façon objective.

Vendredi 18 octobre vers 21h45 j’écoutais France Info comme d’habitude. Je suis catalane habitant en France depuis 1996 et France info a toute ma considération même si, parfois depuis 2017, je ne suis pas d’accord avec certains de vos choix des invités « experts » de la situation en Catalogne et en Espagne. Ce vendredi je me suis dit que trop c’était trop. Parce que je crois dans le pouvoir de l’information des médias pour éclairer le pouvoir critique des auditeurs, je me permets de vous écrire au sujet de l’entretien avec M. Benoit Pellistrandi. Présenté comme «expert de l’Espagne contemporaine », dont je ne doute pas, il est loin d’être expert dans la « Catalogne contemporaine ». En septembre 2018 invité par votre radio « Selon l’historien spécialiste de l’Espagne contemporaine, Benoît Pellistrandi » il disait « Sans aucun doute », Manuel Valls a des chances de devenir maire de Barcelone , Manuel Valls dispose d’une expérience supérieure à ses concurrents dans la course à la mairie de Barcelone, dont les élections auront lieu en mai 2019, ce qui est un atout ». Connaissant Barcelone où je suis née et vécu, je me suis dit que ce Monsieur n’avait aucune crédibilité sur le sujet catalan. Il prenait peut-être ses désirs pour des réalités ? Pendant l’entretien de vendredi soir M Pellistrandi a donné à nouveau son point de vue très partial et partiel. Il est continuellement invité dès que vous avez besoin d’un invité qui puisse expliquer les raison et la réalité actuelle du conflit entre la Catalogne et l’Espagne. Et il donne toujours son point de vue unilatéral.

Ce monsieur Pellistrandi a été interviewé sur France Info vers 21h50 (sans doute aussi à d’autres moments) au sujet des manifestations en Catalogne. Cette interview était extraordinairement orientée, et la moindre des choses aurait été de préciser les engagements anticatalans de ce monsieur. Il est tout à fait anormal de laisser passer une telle information sans préciser qu’elle était orientée. C’est de la manipulation de l’information.

En ce lundi matin, 21 octobre, à 7h50, le représentant du gouvernement espagnol (conseiller international du chef du Gouvernement) est invité pour expliquer la situation en Catalogne. Il n’est pas la bonne personne puisqu’il incarne le pouvoir central ! Merci d’inviter des Catalans (je peux vous fournir des contacts) et des historiens ouverts. Il faut en effet expliquer que les Communautés Autonomes ont été créées à la sortie du franquisme pour répondre aux particularismes des régions, déjà reconnues pendant la 2nde République en 1932, mais que depuis que la droite est au gouvernement central, les communautés autonomes ont peu à peu perdues de leurs pouvoirs et moyens, exacerbant la colère des Catalans et faisant basculer dans le camp des indépendantistes des gens auparavant neutres sur le sujet. De plus, le roi n’a pas du tout joué un rôle d’apaisement. Il s’est positionné en Madrilène, en castillan, sans aucune empathie pour une partie de son peuple, donnant raison aux Catalans, fortement républicains et de longue date, ce qui bien sûr effraie les monarchistes. Les Catalans sont par ailleurs de grands pacifistes et je pense que le gouvernement central cherche à les pousser à bout, en particulier avec des sentences à l’égard des organisateurs du référendum vécues comme un outrage, pour que des émeutiers en profitent. L’invité a donc totalement déformé la réalité en ne fournissant que la vision du pouvoir central devenu autoritaire et qui refuse de voir les poussées antimonarchistes et pour un Etat fédéral, affaiblissant par là la démocratie en Espagne alors que les Catalans ont une belle longueur d’avance sur le sujet, avance qui pourrait servir au niveau tant espagnol que mondial. Merci de permettre aux auditeurs d’écouter aussi leur voix.

Sans prendre parti sur le fond du débat à propos de la Catalogne, on peut remarquer que l’accent a été mis, ce matin, sur la violence de petits groupes, ce qui permet d’escamoter le comportement pacifique de la très grande majorité des personnes participant aux marches, puis à la manifestation de Barcelone, vendredi dernier. De même que l’allusion à Tsunami Democratic permettait de mettre en valeur l’influence de C. Puigdemont et ses amis, alors que tous les observateurs notent que c’est l’ERC qui tend à devenir la première force dans ce secteur de l’opinion. Ce qui a été montré par le flop de la proposition (préparer un nouveau référendum) du président de la Generalitat. Les lecteurs d’Orwell (dont, certainement, M. Erner) savent ce que recouvre ce terme.
Pour ne pas être trop long, je me contenterai de demander à M. Erner s’il compte suivre la proposition de son invité, même si elle a été faite de façon rhétorique : quand inviterez-vous à s’exprimer un représentant de ceux, dans les rangs indépendantistes, qui condamnent les violences ultra-minoritaires, pour qu’il explique les raisons de cette lutte ? Je vous reprocherais d’ailleurs de la même manière, le cas échéant, de vous montrer complaisant à son égard. Vous le savez : vos auditeurs sont exigeants. Mais pas déraisonnables !

France Info vous devriez vérifier les dires de vos interviewés!!! Comment peut-on faire confiance à Monsieur Benoist Pellistrandi alors qu’hier soir sur les ondes de France Info il affirme que « la manifestation anti-indépendantiste de Catalogne regroupait en 2018 1 millions de personnes » : mensonge les estimations selon la police urbaine sont de 350.000 et celles des organisateurs de 950.000 si l’on prend une moyenne nous obtenons 650.000 personnes. Il oublie également de dire que des trains entiers, des bus de toutes l’Espagne ont convergé vers Barcelone pour cette manifestation. C’est très malhonnête de sa part. Autre mensonge concernant Barcelone: il affirme que les indépendantistes sont très minoritaires: lors des dernières élections municipales le parti qui arrive en tête avec 21.35 % est indépendantiste; le deuxième avec 20.71% est En comu podem qui n’est pas fondamentalement anti-indépendantiste et qui est pour l’autodétermination. A ces élections si, on cumule les voix anti-indépendantiste (PPC, PSC, Ciutadanos) nous n’obtenons que 36.60 %, très loin d’une grande majorité comme l’affirme Monsieur Benoist Pellistrandi. Honte à vous Monsieur Pellistrandi d’être aussi malhonnête. Et si comme vous l’affirmez les anti indépendantistes sont majoritaires en Catalogne pourquoi le référendum d’autodétermination n’est pas autorisé? En outre vous soulignez que les indépendantistes ont a majorité en sièges c’est grâce au découpage électoral; mais c’est le ministère de l’intérieur Espagnol qui fait les découpages pas les indépendantistes!!!

J’écoute comme tous les jours Les Matins…et suis aujourd’hui scandalisée de l’incapacité des journalistes de parler de façon complète de la Catalogne. Actuellement , votre journaliste ouvre tout grand le micro à un représentant du gouvernement espagnol. Sans paroles contradictoires à sa vision nationaliste anticatalans. Et je n’ai pas entendu depuis une semaine de reportage complet et sérieux sur ce sujet. Quel est le pays d’Europe où des élus légitimement élus sont condamnés à 13 ans de prison pour avoir tenté un exercice démocratique fut il non constitutionnel ? Cela ne mérite-t-il pas un traitement fouillé ?



Grève et droit de retrait

Merci merci à olivier Bénis de votre antenne d’avoir corrigé les inepties de Mme Pénicaud ! je bondissais dans ma douche lorsque je l’entendais évoquer le droit de retrait (je suis avocate) !! je rageais de ne pas être sur votre plateau pour lui expliquer que ce qu’elle disait était absurde ! En gros il faudrait que le danger existe vraiment pour que l’on puisse exercer son droit mais c’est trop tard Madame quand le danger est là !! demandez au gars qui a dû s’occuper de plusieurs blessés alors qu’il l’était lui même ! Si l’on suit votre raisonnement c’est donc à ce moment là qu’il aurait du exercer son droit de retrait ! je suis atterrée ! mais en réalité ce qui est triste c’est que les auditeurs n’ont pas nécessairement accès au correctif écrit de M. Bénis.

C’est incroyable cette systématisation du traitement de l’info par témoignage. Les agents SNCF exercent leur droit de retrait, suite a un accident. Comment se fait-il que le conducteur soit seul dans un train ? La sécurité est elle assurée avec un seul agent ? Comment s’exercent les contrôles ? Quel budget pour 2 agents dans un train ? Quel budget pour la communication et le changement de logo ? Les gens qui n’ont pas de train que pensent-ils de ça ? Alors que leur week-end annulé, on s’en fout ?!
Le traitement de l’info sur France Inter est de plus en plus proche de celui de BFMTV.

Sur la SNCF, Madame Pénicaud dit que les cheminots ont utilisé à tort le droit de retrait et que c’est contraire au droit du travail pour faire une grève déguisée et qu’il y aura donc retenue de salaires. Elle avance l’analyse juridique de la direction du travail, sauf que la dernière fois que la ministre a soutenue explicitement la direction de la SNCF dans l’application des retenues sur salaires lors d’une grève perlée avec reprise du travail puis à nouveau grève, les conseils des prud’hommes saisis par les syndicats ont donné tort à la direction de la SNCF donc à l’analyse juridique du gouvernement et plus spécifiquement de Madame Pénicaud qui l’avait soutenue. J’aurais aimé que vous lui rappeliez ce matin que ses analyses juridiques ne sont pas forcément exactes puisque la dernière fois elle avait perdu en justice contre les syndicats. Ce n’est pas parce qu’elle fait preuve de certitude d’avoir raison que c’est le cas. Mais lors de la dernière grève, le mal était fait puisque les journalistes, y compris à France inter, n’ont presque pas parlé de cette victoire syndicale aux prud’hommes et que le non respect du droit du travail a en revanche permis à la SNCF soutenue explicitement par le gouvernement de décourager les grévistes… C’est le droit du travail qui doit être respecté lorsqu’il y a un conflit, il ne l’avait pas été par la direction de la SNCF lors de la dernière grève (quoique l’on pense du bien fondé des grèves). Je suis quasiment sûr que ce serait pareil cette fois ci et c’est d’ailleurs pourquoi la direction renonce à porter l’affaire en justice ! Dites le qu’elle avait perdu la dernière fois afin de faire comprendre aux auditeurs moins au courant du droit du travail qu’un ministre peut avoir tort même s’il fait preuve d’assurance. Ceci étant je pense que lors de la dernière grève, la direction de la SNCF et le gouvernement savaient très bien qu’ils avaient tort juridiquement (leurs services juridiques ne sont pas incompétents!) mais peu leur importe le droit, ils avaient ainsi réussi à faire plier les grévistes avec des retenues sur salaires plus importantes que celles qui auraient dû être appliquées.

Avez-vous, comme moi, perçu le vide des propos de la ministre ? On ne comprend rien… phrases décousues, mots inconnus… pour cacher le « rien » de ses propos… je dirais que c’est un enfumage. Je suis à la fois en colère et dépitée… Pouvez-vous nous proposer d’autres personnes, de vrais spécialistes ? et réduire l’éventail, trop large à mon goût et, du coup, trop survolé, des sujets abordés ? Ou alors il faut allonger le « grand » entretien…

Penicaud ignore les décisions de l’inspection du travail, méprise le droit de retrait, les chômeurs… Je soutiens à fond les cheminots qui ont usé admirablement de leur DROITS que ces requins n’ont pas encore réussi à anéantir totalement.

Je réagis mal quand j’entends Mme Penicaud annoncer des offres d’emplois alors que le marché de l’emploi est littéralement verrouillé. Dans mon secteur d’activité j’ai effectué des recherches d’emploi depuis 1 an sans succès. Les employeurs demandent un bac plus 2 systématiquement, alors que j’ai un titre pro validé par un jury de professionnels, sélectionnés à l’ordre des experts comptables. Je précise que ceux qui dirigent les cabinets comptables ou y travaillent depuis 20 ans ont eu la possibilité de travailler avec des qualifications moindres que notre formation. Je suis maintenant entrain de signer un contrat de professionnalisation pour intégrer une entreprise

Muriel Pénicaud n’a cité que la moitié de l’article L 4131 1 qu’elle se vantait de connaître : « Le travailleur alerte immédiatement l’employeur de toute situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que de toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection. » Évidemment, c’est pour la 2ème partie de la phrase que les travailleurs de la SNCF revendiquent le droit de retrait.

Mme Pénicaud prend les gens pour des imbéciles et manipule le code du travail en ne citant que la partie de l’article L4131-1 qui l’arrange. Elle omet volontairement le passage qui dit « ainsi que de toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection. Il peut se retirer d’une telle situation. » Code du travail – Article L4131-1. Si 6000 trains circulent avec un seul agent à leur bord, n’y a-t-il pas une défectuosité dans le système de protection comme l’a montré le récent accident ??? C’est ce que semble penser l’inspection du travail !

Tous les trains croisent des « ter agent seul » et se retrouvent donc dans la situation du train croiseur que le conducteur à réussi à stopper. S’il avait été inconscient, je n’ose imaginer le bilan. Aux commandes d’un tgv ou d’un intercité je courre le même danger que le ter qui arriverait sur un train deraillé dans lequel le conducteur aurait été dans l’incapacité d’alerter faute de deuxième agent, car meme les TGV roulent sur ligne classique et croisent des trains EAS.

Je m’interroge… certains trains circulent depuis 30 ans sans contrôleurs (y compris tous les RER) , et soudain surgit « le danger immédiat », il y a déjà eu d’autres accidents à des passages à niveau (hélas) par le passé, pourquoi n’ont-ils pas appliqué le droit de retrait ? Et les chauffeurs de bus (sur des trajets locaux) sur les route sont également très souvent seuls (y compris les transport scolaires) doivent ils aussi appliquer le droit de retrait.
Je pense que ce comportement est malhonnête.

Bien sur la grève des cheminots perturbe… Mais pourquoi ne mettez-vous pas plus l’accent sur les raisons de cette grève ? Le manque de personnels et les conditions de travail graves pour les agents et les usagers. Faites parler les acteurs du mouvement et de l’entreprise au lieu de parler à leur place.

Je pense que vous savez ce qu’est un droit de retrait. Ce n’est pas une grève, c’est un arrêt de travail quand les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour les salariés et les usagers et qui ne nécessite aucun préavis. Vous avez choisi une façon plus que discutable de traiter l’info de l’arrêt de travail à la SNCF. De plus, il est tellement facile de trouver un usager furieux ce découvrir que son train est supprimer, et qui dit des choses totalement fausses. Pourquoi ne pas interroger une personne blessée, pourquoi ne pas s’interroger sur l’absence de sécurité dans les RER ???

Ce samedi matin 19 octobre, à chaque flash-info on a droit à des passagers criant au scandale de cette grève. C’est sans doute un choix rédactionnel pro-Pépy ! Mais la suppression, par la SNCF, des contrôleurs qui laisse un SEUL chauffeur par train est encore plus SCANDALEUSE et DANGEREUSE pour nous tous usagers. Le cas de ce chauffeur lui-même blessé devant s’occuper SEUL des passagers dont des blessés ne suffit-il pas ?

Les cheminots ne sont pas en grève sans préavis comme vous l’annoncer dans vos journaux d’information. Ils ne font qu’appliquer leur droit d’alerte et de retrait :
dans toute situation de travail où il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé (risque pouvant se réaliser brusquement et dans un délai rapproché),
ou s’il constate une défectuosité dans les systèmes de protection.
Le danger peut être individuel ou collectif.
La direction SNCF pour ce dégager de sa responsabilité annonce un mouvement de grève sans préavis (ce qui est interdit), mais c’est son interprétation.
Et vous nous informer tout les heures la version de la direction SNCF qui est différente des cheminots du terrain.
Ce genre d’informations n’a qu’un principe  » monter les voyageurs contre les cheminots  » et de transmettre qu’un seul point de vue.
La plupart des gens ne connaissent pas ce droit et il doit être défendu et protégé les salariés qui l’applique au même titre que les dénonceurs d’alerte.

Le métier de journaliste est difficile ; je ne vous contredirai pas!
Sur une chaîne du service public, la première qualité que j’attends des services d’information est l’objectivité. Les commentateurs ont droit à l’expression de leurs idées, heureusement car c’est la variété des idées exprimées qui permet à l’auditeur de se forger une idée. Mais les titres des journaux ne doivent pas prendre parti. Or ce matin sur votre antenne je n’ai entendu que la version CGT : le droit de retrait ; et pas celle de la direction de la SNCF : grève! Ce choix dans les titres ne me semble pas conforme à l’éthique du journalisme défini dans sa charte. Et dans le cas présent si on prend du recul et qu’on relit les textes légaux ou réglementaires, il ne s’agit pas de droit de retrait mais bien de grève, illégale qui plus est puisque n’ayant pas respecté le préavis prévu.
Les syndicats affichent bien évidemment leur vérité, c’est leur droit à défaut de leur honneur. Ils pensent servir, affichent qu’ils servent les intérêts des travailleurs, cela relève de leur responsabilité.
Il convient sans doute de se remettre en mémoire les dizaines de milliers d’emploi perdus lors de la fermeture de sites industriels ou de la perte de confiance dans le port de Marseille, par la faute directe, même si la responsabilité est partagée avec d’autres, de la CGT.
Alors de grâce n’aidez pas la CGT à couler le rail français!

Lors du journal de France Inter de 7h30 ce jour 19/10/2019, on ne peut que s’étonner d’entendre un professeur d’université s’en prendre aux cheminots à propos de leur droit de retrait. Pour lui ce droit n’existe pas alors que l’article L4131-1 su Code du travail est clair à ce sujet, il le prévoit. En effet on comprend et cela se vérifie avec ce dernier accident la situation dangereuse des agents SNCF et aussi des usagers dans la plupart des TER avec comme seul agent le conducteur. Il est temps pour nos gouvernants de revoir cette carence, de remettre au travail des contrôleurs qui ont pour mission la sécurité des voyageurs et la responsabilité de la circulation des trains, même si Allemands et Anglais ont choisi depuis bien longtemps le modèle que l’on veut nous imposer aujourd’hui. Laisser entendre ce témoignage sur votre antenne sans vérification ni contradicteur est une erreur d’un service public.

Des les premières heures du dimanche matin, on interview des opposants au mouvement dans la SNCF, un député de droite, et ce sera comme cela toute la matinée, avec, peut être quelques mots de l’UNSA syndicat de droite… VIVE LA DÉMOCRATIE.

A propos de la présence des contrôleurs dans les TER, je voudrais partager une expérience. Il y a deux ou trois ans, j’étais Dans le ter Lyon-Grenoble . Dans une des gares du trajet monte un jeune homme très excité , injuriant les agents de la SNCF. Visiblement il était complètement shooté. Nous étions trois passagers, à l’avant du train, à supporter sa présence .
La jeune contrôleuse est venue me chercher et m’a demandé de la rejoindre, dans sa cabine. Très calme, elle m’a dit que l’homme était armé d’un couteau et que je devais quitter ma place et m’installer plus loin, sans avoir l’air de rien. Elle a fait de même avec les deux autres passagers. Quelques minutes plus tard, à l’arrêt Suivant, des policiers « cueillaient » l’homme. Cette jeune femme a été intelligente et courageuse. Peut être a-t-elle évité un drame. C’est aussi ça, les contrôleurs ….

Le passage sur le droit de retrait SNCF de 6h34 ce matin, 21/10, est un bel exemple de soutien aux agents qui ont paralysé le trafic ferroviaire et obligé beaucoup de monde, comme moi, à prendre des mesures chères et onéreuses sur un plan transport, pour faire face. Interrogés un agent SNCF favorable au droit de retrait et un autre qui sans y avoir adhéré, tapait sur direction et gouvernement….! Et puis terminer en disant que c’est lié aux retraites parce lié au sujet de la sécurité des passagers, c’est de la manipulation pure. Le système mono-agent est en application partout en Europe et en France depuis 10 ans! Mais CGT et vos journalistes apparemment ne sont pas d’accord…. quelle information orientée, décevant et insultant.

En employant l’expression « droit de retrait » sans guillemets, les journalistes du service public ont pris le parti des grévistes, en ignorant les clients…et les centaines de milliers de Français victimes de cet abus de droit.

Une édition spéciale il y a une semaine pour la fausse arrestation de Dupont de Ligonnès. Et aujourd’hui une couverture au mieux modeste sur la grève sauvage de cheminots, au moment du départ de millions de personnes en vacances… Qu’est-ce que ce service »public » audiovisuel…? Défend-il « le public », ou d’abord les cheminots?

A propos du droit de retrait exercé par les agents SNCF, les commentateurs omettent de préciser que malgré sa blessure le conducteur a pu intervenir pour éviter un accident plus grave. Que serait-il advenu si il avait été dans l’incapacité d’agir ? On peut imaginer le pire. Ce monsieur mérite notre respect. Je suis usagère de la SNCF et je pense que la responsabilité d’un train ne doit pas être confiée au seul conducteur. Les contrôleurs sont indispensables. Il y va de la sécurité de tous.

Pourquoi la SNCF favorise la circulation des TGV et laisse les clients peu fortunés de Ouigo sur le carreau et même question pour les ter et transiliens majoritairement utilisé par les travailleurs ? L’argent serait-il prioritaire sur l’humain pour la SNCF. Et donc je suis étonné que vous n’en parliez pas.

Dans le journal de 13 heures, un journaliste nous dit qu’il a contacté un inspecteur du travail anonyme pour savoir si le droit de retrait exercé par des agents de la SNCF était légal. Cet inspecteur anonyme lui a répondu que la SNCF risquait d’être condamnée si elle poursuivait ceux qui ont usé de leur droit de retrait. Ce point de vue étant celui des syndicats, j’aurais aimé qu’il soit mieux sourcé. Par ailleurs, vous auriez peut-être pu donner le point de vue de la SNCF : «l’Inspection ne se prononce pas sur la légitimité du droit de retrait mais rappelle que l’exercice de ce droit de retrait ne peut pas conduire à des sanctions disciplinaires». Je fais partie de ces fidèles auditeurs qui s’agacent parfois votre tropisme de gauche mais qui continueront de rester à l’écoute, coûte que coûte 😉



Pêle-mêle

Long développement au sujet de la protestation au Chili, très bien !, puis au Liban, parfait ! Mais alors je l’ai rêvé, qu’il se passe qqch en Haïti? Même thèmes : inégalités, corruption… Pourquoi ce silence ?

Je suis surpris par la quasi-absence d’information (aujourd’hui 21 octobre) sur les élections qui viennent de se dérouler en Suisse, comme je l’avais été après les élections en Pologne. Serait-ce, aux yeux des rédactions de Radio France, que ne méritent d’être mises en avant que les manifestations de rue (Catalogne, Liban) et les violences (Catalogne, Chili) ?

Je ne suis pas militant, ni d’origine libanaise, mais je vois sur Facebook, où j’ai quelques contacts libanais et du monde arabe, qu’il a l’air de se passer pas mal de choses au Liban, et quelques manifestations dans le monde. J’ai croisé hier à Genève des manifestants libanais (j’étais en voiture). Cependant je ne comprends rien à cette situation, je ne sais pas ce qu’il se passe. J’écoute la matinale de France Culture, et un certain nombre de podcast de la même station et quelques-uns de France Inter. J’ai bien vu que Xavier DeLaporte a fait une chronique. Je ne doute pas que vos stations ont, à un moment ou à un autre traité le sujet, et j’ai certainement raté un journal ou deux, mais je suis étonné de ne pas avoir entendu une explication de cette situation alors que j’entends régulièrement des entrefilets sur le Chili, où il y a aussi des manifestations.

Je trouve désagréable pour l’auditeur que je suis de vous entendre remercier vos invités de s’être levés tôt ou d’avoir accepté votre invitation. Tous les auditeurs sont levés à 8h et il n’y a rien de glorieux à ça quand à l’invitation elle vient souvent à la suite d’une demande de l’invité ou de son agent pour faire la promotion de son film où autre.

lorsque vous relatez une grève ou une « grogne » des agriculteurs, merci de ne pas dire « LES agriculteurs » s’il s’agit de la FNSEA. Tous les paysans ne sont pas dans le modèle de la FNSEA et certains (comme moi) n’utilisent pas de pesticides ou de produits phyto et ne sont pas dans un modèle productiviste et industriel. Du coup pas de généralisation abusive svp.

Fidèle auditeur depuis de nombreuses années, depuis mon enfance au travers de mes parents et, toujours maintenant….
Votre antenne a été ma compagne radiophonique depuis toujours, y compris dans mes voyages et internet m’a permis de vous suivre pendant mes années marins au long cours, de manière bien plus confortable que les nombreuses années longues courtes sur RFI…
Depuis cette nouvelle saison, il devient difficile de supporter d’être systématiquement coupable de tous les soucis écologique de la planète. Toutes les émissions, sur tous les thèmes, sont devenues une tribune écologique, avec un relent de « donnage » de leçons qui devient difficile à supporter.
Heureusement, vos humoristes sur l’ensemble de vos émissions ont la capacité et la liberté de détendre l’ambiance….
Il en est de même sur le traitement des religions, avec une dichotomie schizophrénique entre la volonté de respecter l’absolue pseudo vérité des religions et leurs dogmes, et quelques émissions plus tard, faire l’apologie d’une femme qui se bat dans son pays pour ne pas mettre le voile….
Est-ce de la bien bien-bien-pensance ? Suis-je condamnable d’appartenir ou pas à un groupe non bien pensant ?
Je quitte malgré moi régulièrement votre antenne, non pas pour une autre, mais pour le vide, plus propice au questionnement, plus propice en ce qui me concerne à ce que je pense être la libre pensée.
Je tiens quoi qu’il en soit à vous transmettre mes sincères félicitations pour votre première place des radios, en espérant que vous la garderez. Je resterais fidèle à votre matinale, avec je dois le confesser, une certaine nostalgie pour Stéphane Paoli… L’équipe du matin est faites d’équilibres, ce que je ne trouve plus ensuite.
Je vous transmets mes sincères salutations

France Inter a publié sur son site une série d’interviews ouvertement pro-voile titrés « Paroles d’accompagnatrices scolaires voilées : « Cette vidéo a été un choc, je n’arrête pas d’y penser ». Ce n’est certainement pas le rôle du service public de se livrer à une telle propagande pro-voile. Du moins aurait-il fallu, après la thèse, publier l’antithèse, par exemple en interviewant quelques-unes des cinq douzaines de musulmanes qui, le même jour, signent dans Marianne une tribune intitulée « Le voile est sexiste et obscurantiste : l’appel de 101 musulman(e)s de France ».
Marianne n’est pas, que je sache, un magazine de droite ou d’extrême-droite, mais l’on voit clairement ici qui, de France Inter et de Marianne, défend une vision non patriarcale de la France, et qui se met au service d’un islam rétrograde, un islam qui a indûment les honneurs des médias car il ne représente qu’une frange des musulmans de France.
Je terminerai en citant la tribune signée dans Marianne par ces 101 musulman(e)s, et dont France Inter ferait bien de s’inspirer : « Alors de grâce, soutenez les Françaises et les Français de confession ou de culture musulmane qui se battent contre cette terrible vague néoconservatrice, venue des pays du Golfe arabo-persique, il y a 30 ans. »

Dans un précédent message, je regrettais que sur France Inter, la seule opinion admise est : « le port du voile islamique ne pose absolument aucun problème ». Ce matin, était évoqué l’arrivée d’une proposition de loi sur les accompagnatrices scolaires voilées. Le seul témoignage, relativement long, a été celui d’un homme partisan de la liberté du port du voile pour les accompagnatrices.
On ne lui a pas demandé s’il serait entièrement d’accord pour qu’un papa accompagnateur porte la kippa.
Je précise que je suis pour la liberté du port du voile standard dans l’espace public ; pour ce qui est des accompagnatrices, je pense que cela pose un problème au moins philosophique (que se passerait-il si les accompagnateurs et accompagnatrices affichaient tous leurs foi, ou leur éventuel athéisme* ? Pourquoi cet affichage devrait-il être un privilège de certaines musulmanes ?), mais je n’ai pas d’opinion catégorique sur le sujet de l’interdiction.

Article pro-voile sur le site de France Inter : c’est scandaleux !
Je suis profondément choqué par un article publié sur le site de France Inter intitulé « Paroles d’accompagnatrices scolaires voilées : « Cette vidéo a été un choc, je n’arrête pas d’y penser »
Je ne comprends pas qu’un article aussi tendancieux et ouvertement pro-voile, sous couvert de confidences de musulmanes voilées, paraisse sur le site d’un service public.
A longueur de phrases, on essaie de nous émouvoir sur le traumatisme subi par les enfants et sur l’impossibilité de continuer à accompagner les sorties scolaires si le voile devait être prohibé. On nous rabâche l’équation : femme musulmane = femme voilée, et son corollaire, être contre le voile = être contre les musulmans. Que je sache, la majorité des musulmanes françaises ne sont pas voilées, et nous faire croire qu’une musulmane est nécessairement voilée est scandaleux.
En revanche, à aucun moment, ces femmes n’envisagent de retirer leur voile pour accompagner des sorties d’enfants, lesquels, s’ils ne sont pas musulmans, n’ont pas à se voir imposer la tutelle d’une femme voilée, et s’ils le sont, ne devraient pas se voir imposer l’équation musulmane=voilée. Trop de jeunes filles et de jeunes femmes n’osent plus sortir tête nue dans leur quartier par peur d’être montrées du doigt, pour que l’école contribue à cet état de choses. Pour reprendre les mots de notre ministre, il n’est « pas souhaitable » que l’école entretienne le cliché musulmane=voilée,
Je trouve inexcusable et indigne du service public que France Inter se prête à cette manipulation de l’opinion.
Il y a certainement beaucoup de musulmanes qui accompagnent des sorties sans être voilées. Bien sûr, on ne les identifie pas comme telles et c’est précisément le sens de la laïcité de ne pas afficher sa religion dans le cadre de la vie scolaire. Pourrait-on rappeler ce principe à l’auteur de l’article en question, qui n’aurait jamais dû obtenir l’autorisation de publier un article aussi partisan.
Il est malheureux d’avoir à se justifier, mais pour votre information, je n’ai aucune sympathie pour l’extrême-droite, j’ai toujours voté à gauche, et pour le candidat de la droite lorsqu’il s’est agi de barrer la route au Front National. .

Arrêtez de nous parler de la  » zone de sécurité » de la Turquie en Syrie.
C’est absolument consternant car il s’agit là de la reproduction de la propagande de Mr Erdogan.
La Turquie est intervenue militairement en Syrie en violation de la charte des Nation Unies et du droit international pour poursuivre sa politique d’extermination des Kurdes, aidé en cela par ses amis djihadistes d’Al Nosra. La Turquie s’est approprié un territoire de 120 kilomètres sur 32 kilomètres en toute impunité.
Qui a vraiment tenté d’empêcher cette opération ? Mr Trump l’a clairement autorisée, l’ONU et l’Europe ont montré leur impuissance ou leur manque de volonté ou même leur complicité.
Et donc si les Kurdes ne se retirent pas ils passeraient pour les méchants responsables de la reprise des combats. C’est insupportable d’entendre cette propagande. Rappelons que 11000 combattants Kurdes ont laissé leur vie dans la lutte contre l’Etat Islamique, que Mr Erdogan veut continuer le travail de l’Etat Islamique par sa politique de nettoyage ethnique.
Les Kurdes au Rojava tentent de construire une société démocratique anti autoritaire, égalitaire entre les hommes et les femmes et ses habitants de toutes origines.
On aimerait que vous fassiez preuve de plus d’indépendance à l’égard du pouvoir Turque et cesse de reproduire servilement sa propagande si ce n’est pas trop lui demander.

Je suis outrée par votre manque d’informations sur le devenir des Kurdes! Les info présentent cette situation scandaleuse comme normale: « la Turquie et la Russie décident de l’évacuation des Kurdes du NE de la Syrie; ces deux mêmes pays surveilleront ensuite cette zone… » Et voilà! Rien de plus , comme s’il n’y avait rien d’autre à dire, à se demander…. Si, quand même: « les Kurdes sont humiliés » « Daech revient… » MAIS pas d’analyse supplémentaire… par exemple: Où sont les Kurdes? Combien de gens concernés? Quelle était leur organisation? ET: que vont-ils devenir? et la Syrie? c’est Erdogan et Poutine qui font la loi? Vous n’avez, radio publique, vraiment trouvé aucun expert » pour analyser tout ceci?
C’est pathétique et très décevant….Tout va bien, tout va bien; circulez, il n’y a rien à voir! Tout ceci est bien triste…

Je ne comprends pas pourquoi ma radio préférée n’accorde pas l’importance et la place pour nous parler, nous aider à comprendre l’ampleur et la particularité des événements de l ‘Algérie. Des milliers de citoyens défilent depuis des semaines et des semaines dans toutes les villes, et et même des villages, réclamant une Algérie démocratique, réclamant la liberté et un état de droit. Une mobilisation générale, rassemblant les différentes catégories sociales, et ce PACIFIQUEMENT… faut-il attendre que l’armée les canardent, pour qu’on puisse en parler en dénombrant les morts et les blessés.

Réactions à l’article de Sophie Parmentier
Publié sur le site de France Inter, l’article de Sophie Parmentier « Offensive turque en Syrie : la panique s’empare des Françaises dans les camps du Kurdistan » m’est apparu en tête de liste des réponses proposées par Google alors que je cherchais des nouvelles fiables de la situation au Rojava. J’y ai lu tout autre chose. La dite  »panique des françaises », à croire qu’il s’agit là de touristes égarées, d’humanitaires prisonnières voire de journalistes grands reporters kidnappées. Cette tournure elliptique évoque en fait des femmes  »djihadistes françaises » qui, bien que génitrices d’enfants innocents, demeurent djihadistes.
On nous parle ensuite de 3 camps  »de tailles différentes, tous sont gardés par les Kurdes, qui surveillent depuis maintenant deux ans les Françaises qu’ils ont arrêtées au moment où elles fuyaient Daech. » Les dits Kurdes sont en réalité les YPG qui ont effectivement lutté contre Daesh & mis en détention ces terroristes. Les hommes en prison & les femmes & enfants dans des camps de déplacés internes- camps financés par le HCR & qui ont généralement vocation à recevoir des populations qui fuient l’horreur des combats, non celles qui la créent.
Ces  »françaises » auraient ainsi été arrêtées alors qu’elles auraient fui l’État Islamique qu’elles avaient auparavant rejoint. Après la barbarie des prises de Mosul & de Raqqa & dans la vague des atrocités commises à Sinjar, certains ressortissants européens qui avaient initialement prêté allégeance au groupe terroriste ont, il est vrai, fui entre 2014 & 2015 sans être inquiétés par de quelconques milices, check-points ou autre autorité aux frontières turques ou aux aéroports. Alors que sur le terrain faire circuler une ambulance relevait parfois de la prouesse logistique & diplomatique, Daesh, lui, orchestrait sa fuite ou la traite d’esclaves sexuelles Yézidies avec une facilité déconcertante.
Ces djihadistes françaises arrêtées ont, à l’origine, été enrôlées au service des différents ministères de l’État Islamique pour assurer l’espionnage, la propagande & le recrutement du fait de leur bilinguisme – en plus de leur capacité à procréer des enfants-soldats sur ordre du Califat.
Quant aux scénarios des  »kurdes » qui ouvrent les portes ou  »brûlent leurs tentes » dans le campement, il est judicieux de rappeler que depuis leurs arrestations nombre de ces femmes criminelles agressent régulièrement les gardes YPG ou les civiles kurdes employées dans ces camps. Plusieurs cas d’attaques aux couteaux & à l’eau bouillante ayant été reportés depuis.
Concernant le sauveur turc providentiel qui expulserait  »automatiquement tous les djihadistes français », il bombardait hier encore insidieusement ces mêmes camps dans l’espoir que des fugitifs extrémistes viennent garnir ses rangs. On ajoutera seulement qu’il est en effet bien regrettable, qu’avec l’accord du gouvernement Erdoğan, l’administration française donne la priorité au traitement de tels cas & rejette massivement les demandes d’asiles d’honnêtes gens déposées dans ses ambassades.
Mais revenons à ces françaises-là qui plus tôt avaient tenté de fuir Daesh & qui, au paragraphe suivant, s’étaient  »échappées des camps kurdes » & pourraient bien retomber entre les mains de Daesh. Daesh qui lui revendique officiellement (sur Amaq News Agency) avoir libéré celles-ci des griffes des kurdes qu’ils ont évidemment tués. Plus haut, elles erreraient  »avec leurs enfants dans le désert du Kurdistan Syrien » mais, vu qu’elles parlent la langue locale, elles ont toutefois réussi à contacter leurs proches pour que ces récits nous parviennent.
Mon propos n’est pas là de débattre du rapatriement ou du transfert en Irak de ces djihadistes françaises  »terrifiées » par l’idée d’un jugement mais de souligner à quel point cet article dessert totalement le seul & réel enjeu ici crucial: la cause des enfants. Sophie Parmentier nous les esquissent à peine & brandit ces djihadistes frenchies, proies sans défense, coupables revendiquées intouchables qu’il faudrait absolument secourir selon l’aphorisme macronien en vogue:  »si ils veulent un responsable… qu’ils viennent le chercher! »

A propos du manque d’internes dans les services de pédiatrie de la périphérie parisienne, pas une seule fois il n’a été dit qu’il s’agissait d’internes de MEDECINE GENERALE. Il faut que les français sachent que les services d’urgences pédiatriques fonctionnent grâce et uniquement grâce aux futurs médecins généralistes …. lesquels comme chacun le sait ne sont bons qu’à soigner les bobos. Merci de le préciser dans vos prochains journaux afin de revaloriser un tant soit peu le rôle de la médecine générale si souvent décriée dans ce pays. Quand elle s’avère indispensable on omet de dire qu’il s’agit de la Médecine Générale.

Pourriez-vous demander à vos journalistes de faire un minimum de travail d’analyse au lieu de nous retranscrire uniquement les éléments de langage des communiquants.
Cette réaction fait suite à un reportage sur Lubrisol.
Pour évacuer 160 fûts de produit chimique, on fait intervenir des robots et on installe une bulle étanche de 1000 m2 pour empêcher les ODEURS de passer. On n’investit pas des milliers d’euros pour empêcher des ODEURS pendant quelques jours. Croyez-vous que ce soit d’odeurs dont les rouennais s’inquiètent ?
Pourquoi refuser de dire qu’il faut protéger la population contre des émanations toxiques.

Vos dernières émissions sont consternantes. Réalisez-vous la baisse de niveau des interventions? Comment certains films sont assassinés vulgairement en quelques phrases par des intervenants aigris pratiquant maintenant l’insulte homophobe et sexiste.
Cette émission historique de France-Inter a vu défiler des critiques brillants, je ne ferai pas la liste, vous la connaissez. Elle est devenue aujourd’hui inaudible..

Les intervenants réguliers de vos émissions utilisent et sur-utilisent l’adverbe « effectivement » : hier soir 23 octobre, par exemple, votre intervenante l’a utilisé une vingtaine de fois, dans un délai très court, c’est assez insupportable ? On aimerait se recentrer sur le contenu du message, et non sur la forme …. pourrait-on demander aux intervenants de varier leurs formules et adverbes ?



ATTIAS SARKOZY

​​​​​​​Fidèle auditeur du 7/9 je m’étonne toutefois de certains choix. La présence d’invités expatriés aux Etats-Unis (Attias/Sarkozy) qui viennent livrer leurs états d’âmes en distillant des banalités me laisse dubitatif. Votre émission est habituellement plus en phase avec ses auditeurs et traite de sujets polémiques, politiques, littéraires, culturels…de bien meilleure tenue. Ces gens qui viennent « balancer » aux auditeurs leur train de vie et leurs préoccupations de grands bourgeois relèvent d’un folklore sans grand intérêt et peuvent même susciter des interrogations quant à la promotion faite à un livre qui ne mérite sans doute pas de tels égards. (France Inter)

Je pense que recevoir le fils de Sarkozy et sa mère ne présente aucun intérêt. Cet interview était inintéressante. Désolé d’être désagréable, un auditeur fidèle (France Inter)

​​​​​​​Première fois que je vous écris, première fois que je ne comprends vraiment pas. On déjeune, on se prépare tous les matins en tendant une oreilles attentive au 7/9, pas toujours d’accord mais curieux. Consternation ce matin. Pourquoi Louis Sarkozy et Cécilia Attias? Pourquoi cette pub? Ils ne parlent au nom de personne, ne sont pas des artistes, n’ont aucune compétence reconnue dans un domaine particulier. Je ne comprends pas où vous faites votre boulot de journaliste ici? C’est du pur divertissement people, cela n’a pas sa place au 7/9. Je trouve même terriblement inquiétant cet entre-soi. Les hasards de la naissances font que ces personnes peuvent tout tenter, prendre tous les risques, parce que les filets pour les rattraper seront toujours assez longs et solides; ils bénéficient déjà de cette liberté incroyable alors qu’au moins on ne nous les impose pas lorsque leurs propos ne charrient que du vide. En espérant retrouver le plaisir de vos écouter.

​​​​​​​Franchement, pour la meilleure matinale de France (paraît-il), est-ce vraiment un bonne idée que d’avoir invité C.Attias et L.Sarkozy à débiter des fadaises -présentant un livre que personne n’a envie de lire ? vous battez vos records people cette fois.. Un peu de principes, les amis !
Fidèlement à France Inter.

​​​​​​​je suis surpris, pourquoi invitez vous ces personnes, que représentent elles ? l’ex femme et le fils d’un ex président !!!!! franchement je suis surpris et un peu déçu

​​​​​​​Très fidèle auditeur, j’ai été affligé par les invités de ce matin. Ce n’est pas parce qu’on est « fils de » ou « ancienne épouse » qu’on a quelque chose à dire. C’était d’un niveau affligeant, plus que médiocre, ça ne ressemblait pas à France Inter, on avait l’impression d’être dans un talk show bas de gamme!
Ressaisissez-vous svp!!

​​​​​​​Fidèle auditrice, j’ai été très surprise de voir que vous avez invité ces deux personnes qui n’ont comme légitimité leur célébrité, le fait d’être ex femme de et fils de Nous sommes vraiment dans le peuple et microcosme parisien…Qu’ils soient reçus sur une radio publique pour faire la promotion de leurs « réflexions » sur les problèmes de société me choque. J’attends autre chose du service public.

Scandalisé par votre promotion du livre en en invitant les auteurs !
Un petit prétentieux et une femme hors sol Je n’y vois que du copinage Combien de vrais penseurs restent dans l’ombre ?!
Triste de voir ça !!!

​​​​​​​Bonjour à toute l’équipe de FRANCE INTER, Voilà pratiquement 40 ans que j’écoute votre radio quotidiennement pour l’intérêt des analyses sociologiques, politiques ou économiques. En entendant le nom des deux invités, j’étais stupéfait…, Honnêtement, ne pensez vous pas qu’il y ait des sujets plus importants que d’écouter les états d’âme complètement anecdotiques de ces deux personnes ? Franchement incompréhensible.

​​​​​​​Comment France Inter peut faire de la publicité pour ce livre. Cécilia ou Louis ils sont à NYC où Cécilia cherche à se faire une place chez les mondaines newyorkaises qui parlent de leur « charity » autour d’un lunch. Cette dame n’a aucun intérêt depuis sa comédie de première dame éphémère, jouer à la famille heureuse à l’Elysée, alors que l’on est entrain de divorcer, jouer la comédie pour l’image Quant à Louis il fabrique des chaussures bien pour lui, mais de grâce lui ou elle qu’ils restent dans leur monde de privilégié et que la radio publique payée par nos deniers ne leur serve pas de support publicitaire. Laissons les papoter dans les salons feutrés d’un hôtel de luxe songer à la carrière politique de Louis dans ses rêves.En clair c’est une interview nulle.

​​​​​​​J’écoute régulièrement votre émission, mais je suis de plus en plus stupéfait de la manière dont vous traitez l’information !
Dans un contexte difficile, il y a de nombreux livres qui posent les bonnes questions « pour l’ensemble des citoyens » ! Je ne comprends ce que ce livre apporte à la réflexion et en quoi Louis Sarkozy est légitime par rapport « aux citoyens » ! Un livre dont vous pourriez parler si vous ne faites pas que « manger dans la soupe » comme la majorité des médias, c’est le livre d’Eric Stemmelen , Opération Macron.
J’attends autre chose de France Inter, comme de France Télévision d’ailleurs, une information objective.

​​​​​​​Pourquoi cette interview de Cécilia ex Sarkozy et du fils Sarkozy? Cela n’a strictement aucun intérêt de connaitre les positions sur l’existence de ces 2 people(s) suffisants et arrogants , Paris Match est là pour cela. Extrêmement décevant de la part de France Inter.
Heureusement que Tanguy Pastureau par son intervention brillante a désamorcé l’effet dévastateur et horripilant de cette interview.

​​​​​​​Ce matin vous avez reçu deux personnes formidables: un brillant étudiant en philosophie de la NYU et sa merveilleuse mère. Qu’aurait été ma journée sans ce moment très inspirant?
Ah mais…pardon j’ai pas tenu jusqu’au bout.
Pas grave, je me rattraperai à la sortie du prochain Paris Match.

​​​​​​​Peut-on m’expliquer l’intérêt de cet interview ? de cette promotion ? N »y a t-il pas d’autres sujets plus cruciaux ???

​​​​​​​L’ancienne femme de l’ancien président et son fils invité-e-s …vous invitez quand une femme isolée au RMI et son fils

le fils Sarkozy comme le fils de n’importe quel autre président n’a rien à faire sur votre antenne

​​​​​​​Votre choix d’invités m’a mis en colère. France Inter a largement gavé les Français avec Sarko pendant des années (heureusement que Daniel Mermet était là pour contrebalancer – un peu – la lourde tendance de la station). Maintenant, l’auditeur a droit à l’ex et au fiston. Objectivement : quel intérêt ? Pourquoi cette bienveillance envers des gens qui ne représentent rien d’autre qu’eux-mêmes et leur monde déconnecté de celui de la majorité des Français ?

​​​​​​​Que veut dire d’inviter le fils de et l’ex femme de ? Louis Sarkozy ?!?! On invite des amis des gens du gotta mondain et l’info est où ?

​​​​​​​Quel est l’intérêt d’avoir invité Cécillia Attias et Louis Sarkosy ? le seul intérêt était la chronique qui a suivi sur le 9-2 de Tanguy Pastureau.



Coup de cœur : Michel Pastoureau

Cette émission était passionnante et Michel Pastoureau sait captiver son auditoire par des interventions pertinentes, pleines de bon sens, avec des anecdotes intéressantes. Son message lu en fin d’émission mériterait une très large diffusion. A réinviter prochainement !!!

A l’annonce de l’invitation que vous avez lancée à Michel Pastoureau, j’ai tendu l’oreille — « En coin » — trop heureux d’entendre cet érudit qui m’a tant appris et par ricochet m’a permis d’étayer agréablement et utilement mes interventions auprès d’étudiants.
Et patatras, ce dernier a dressé un plaidoyer, dénonçant l’exploitation honteuse, horrible, « inanimale » d’animaux martyrs. Et comme en pareil cas, je me suis mis à pleurer. Mes soixante-sept années passées sur cette Terre ne m’ont pas durci le cuir, il faut croire.
Merci, merci à vous d’avoir permis à cet homme sage, pondéré, à la voix douce mais déterminée de s’exprimer sur ce sujet si douloureux.

Quelle belle et très intéressante émission radiophonique, à tous points de vue. On peut la relier à l’actualité et l’élargir à volonté. En référence à l’actualité du jaune « gilet » qui n’était pas le meilleur choix de couleur, je préfère y voir la belle fleur du pissenlit sauvage très répandu, mais qu’on avait tendance à ne pas voir. Le pissenlit s’est réveillé!
Un ouvrage à lire.

Pour une fois, émission formidable (je plaisante!) j’ai lu tous les bouquins sur les couleurs de Pastoureau mais je ne savais pas qu’il avait un avis sur notre humanité. Son texte lu à la fin m’a bouleversé et pourtant je ne suis pas végétarien. Cette lecture m’a provoqué un chamboulement qui, je le crains, n’est pas prêt de s’estomper. Pourrais-je avoir le texte de Pastoureau? (encore bravo BOOMERANG, je vous écoute presque tous les jours!)

Très émouvant et terriblement pertinent.

Bonjour Augustin, j’ai déjà eu l’occasion de vous remercier pour la qualité de vos émission et de votre écoute , mais ce matin , c’était « le pompon de la cerise sur le gâteau  » !! Je suis plasticienne et « défenseuse » des animaux ; j’ai déjà lu le bleu de M Pastoureau , je vais lire le jaune ; mais EN PLUS , je vous demande s’il vous serait possible de m’envoyer le texte qu’il a lu sur les cochons , texte que j’ai trouvé sublime et qui m’a fait pleurer !
D’avance , je vous remercie . Continuer à nous passionner par vos boomerangs , que je me prends tous les jours dans la gueule et merci pour les questions subtiles et encore une fois de votre écoute . Je ne vous connais que par les ondes mais je suis sûre que vous êtes une belle personne.

Tout d’abord un grand BRAVO pour votre émission que j’écoute « presque » tous les jours. Votre invité d’aujourd’hui a particulièrement retenu mon attention pour sa bienveillance sur le monde animal. Le texte sur la condition animale lu à l’antenne mériterait qu’on le diffuse largement autour de soi.

Merci à Monsieur Michel Pastoureau pour ce texte magnifique sur la condition animale.

Un grand merci d’avoir évoqué le sordide sort des animaux « d’élevage » dans notre société, avec ce texte si pertinent. Un grand merci, avec le maigre espoir que cette pensée touche plus de monde, plus de consommateurs de tels « produits » vivants.

Bravo pour le texte de Michel Pastoureau. Je pense la même chose. Pourquoi en effet sauver la planète de sa biodiversité si le prix à payer est la souffrance animale. Non ! Pour moi, une espèce qui disparaît, c’est une espèce qui ne souffrira plus et pourtant je l’aime cette planète. Et en effet, pourquoi aller « emmerder » d’autres espèces vivantes sur d’autres planètes, pour ensuite (après quelques temps) exposer en quoi nous leur sommes supérieurs ou pour les étudier avec une froideur scientifique intolérable !

J’ai été très touchée par le texte de Michel Pastoureau sur les animaux…

Merci du fond de mon cœur pour ce texte merci de nous faire croire encore à un espoir dans l’humain… merci pour nous tous qui n’avons pas la parole (en tout cas celle des hommes).
Merci Augustin …

Magnifique texte à diffuser et rediffuser.

Merci à Michel Pastoureau pour ce si beau et sensible texte sur la condition animale et l’absurdité des hommes. On voit, encore une fois, à quel point il est important de faire parler et d’écouter les historiens.

Magnifique texte de Michel Pastoureau sur la condition animale aujourd’hui. Merci.



Coup de cœur : Sonia Devillers

Je viens à l’instant d’écouter cette émission sur France Inter et je suis très ému, je n’ai pu m’empêcher de pleurer avec lui, avec votre journaliste. Je vais acheter son livre sans tarder, passionné moi-même par la photo depuis mon plus jeune âge. J’ai 71 ans et suis un modeste correspondant local de presse à Agen pour La Dépêche du Midi. Merci de me communiquer le titre comme l’éditeur de son livre. Merci à lui, merci à votre journaliste pour une émission à la fois forte et bouleversante.

Je pensais que Reza avait peut-être pris froid et que la gorge lui grattait. Et puis votre voix a elle aussi flanché, un peu mais sûrement. Il n’était plus question de rhume d’automne. Vous avez mêlé rire et larmes. Une émotion rare et tellement vraie. Je sais encore plus aujourd’hui pourquoi j’aime France Inter, pourquoi je vous aime aussi. Merci à vous, à Reza à votre immense sincérité et sensibilité.

Merci pour ce grand moment chargé d’émotion sincère. Quel plaisir !!!

Merci de nous faire découvrir de si belles personnes, merci de nous faire passer de si belles émotions, merci pour votre émission.

« Madame Sonia », je suis lassée d’écouter et de voir chaque jour la détresse humaine, je me sens seule et abîmée. Je sais que l’on vous demande de l’analyse et du recul, moi ce que j’aime chez vous c’est votre engagement quotidien dans l’énergie. Merci pour la belle humanité que vous avez affichée ce matin avec votre merveilleux invité. Merci pour ces larmes partagées, j’espère que nous étions nombreux-ses à chercher un mouchoir.

Gros moment d’émotion en fin d’émission merci de ne pas avoir coupé !
J’en ai eu les larmes aux yeux. Il n’y a que France Inter pour nous offrir de tels moments d’authenticité !

Voilà de la vrai info, de la sincérité et de vrai larmes. Merci pour cette vérité. Bon, avec Augustin vous nous chamboulés cette semaine. Bon, je vais de suite écouter notre printemps féministe temporaire, je parle de notre Julia. MERCI Sonia.

Juste un petit mot pour vous dire un très grand merci pour votre émission de ce matin avec Monsieur Reza Deghati. Vos émotions a travers vos voix était présente derrière cette petite boite que l’on appel un transistor ou une radio. Je connais un peu le travail de Mr Reza qui est pour moi un homme qui par son travail,sa voix, transpire l’humanité. Vous avez réussi par votre qualité d’intervieweuse a faire remonter des émotions qui ne peuvent toucher que votre invité et celui qui vous écoute (en l’occurrence moi). Vous même vous avez laissé remonter votre émotions. Pour moi c’est ça la radio que j’aime. Un moment de grâce qui vous secoue les tripes pour que votre regard sur la vie change pour toujours. Depuis plus de 55 ans je n’écoute que Radio France le plus souvent F.C. ou F.I. je ne supporte pas les autres radio simplement parce que l’interview avec Mr Reza aurait été coupé par une page de pub et ça pour moi c’est totalement impossible. Merci encore pour la qualité de votre travail, de votre bienveillance a l’égard de vos invités c’est cela qui fait de vous une personne unique faisant un travail de qualité. Je vous souhaite plein de bonnes choses dans votre vie.

Votre sollicitude m’a beaucoup touchée aujourd’hui. Comme Reza mes parents ont fuit le régime en Iran et ils savent déjà qu’ils ne seront jamais enterrés dans le pays qui les a vus naître. C’est difficile l’exil et vos larmes de compassion m’ont beaucoup émue également. Merci pour cette émission et votre humanité.

Non mais oh Sonia Devillers ça va pas de nous faire pleurer comme ça! en tout cas merci pour cette émission et pour toutes les autres.

Quelle beauté ce matin de vous voir émue à ce point, j’avais vu un documentaire de Reza réalisé par Philippe Bonhomme, Reza en visite à la Réunion, diffusé sur Arte en 2016. J’ai retrouvé cette chaleur de l’humain qui nous touche au coeur. Merci pour votre émotion et vos larmes, quel partage de radio ! Merci pour cet instant de radio : moment unique et bouleversant. Quel hommage aux femmes ! et aux Kurdes ! Que c’est important de raconter et ne cesser de raconter l’histoire de l’Iran. Histoire et histoire personnelle se mêlent. Quel regard ! MERCI !

Merci. Très touché de votre sincérité.

Ne changez surtout pas Sonia, ne vous faites pas manger par les succès médiatiques, comme une certaine Pascale Clark. Votre émotion ce matin était tellement vraie, transmissible, et très belle. Un partage d’une grande humanité avec Reza Deghari. Continuez à user des médias pour nous amener dans voies là, ne les quittez pas car vous nous, ferez perdre aussi la possibilité pour nous, auditeurs anonymes, de toucher à l’essentiel. Merci !

Merci à Reza, merci à Sonia Devillers : j ai pleuré comme un bébé en allant au travail. Ça sert plus à rien de se maquiller ? Merci beaucoup. C’est toujours ceux qui souffrent le plus des hommes qui ont encore un regard plus indulgent à leur égard.

Ce matin écoutant l’émotion de Réza et de Sonia Devillers jd me suis écrié « putain, bon dieu que ça fait du bien d’entendre une journaliste pleurer devant l’horreur, et quelle bonne journaliste. L’honneur du service publique. S’il vous plait Réza ne vous excusez pas. J’ai pleuré avec vous comme je pleure sur les femmes voilées, sur les jeunes homosexuels assassinés par leur gouvernement, les femmes emprisonnées pour se dévoiler, les Kurdes massacrés. MERCI DE CONTINUER À OUVRIR LES YEUX ET LES OREILLES. Vous et Augustin Trappenard et Vincent Josse m’aidez à redresser ma colonne vertébrale.

Merci merci. Je vous en veux un peu de m’avoir fait pleurer et à la fois, j’avais l’impression d’être avec vous, toute proche. Je pars maintenant pleurer avec ma psy qui m’aide à supporter le cancer de mon époux. Vous me devez donc un paquet de mouchoirs… Encore merci pour toutes vos émissions. bonne journée.



Des reportages et sujets sur l’actu internationale

Liban : parfum de révolution

La revue de presse internationale de France Culture

liban : ce sont tous des voleurs

La rue libanaise s’embrase

La fenêtre de la porte s’embrase

La chronique de Jean-Marc Four

Table ronde sur le Liban sur France Culture

Le Chili s’embrase

La Catalogne

Syrie/Turquie

Hong Kong