Lettre #45

Pèle-mêle

Adèle Haenel

Jean-Marc Jancovici invité des Matins de France Culture

Harcèlement à l’école

« Affaires Sensibles » : 13 novembre 2015

François Ruffin invité de France Inter

Daniel Cohn-Bendit invité de France Inter

Coup de cœur : Jean-Louis Aubert dans « Boomerang »



Jean-Marc Jancovici invité des « Matins de France Culture »

Mon message est un message de soutien et d’encouragement au mérite à l’attention de Guillaume Erne, qui ce matin (jeudi 7 novembre), et à ma complète stupéfaction, a dû essuyer les assauts hautains et répétés de son invité dans la matinale, j’ai nommé M. Jean-Marc Jancovici, bien connu pour ses conférences « grand public de vulgarisation pseudo-scientifique » qu’il publie via son site web. Guillaume Erner a su garder tout son calme et son sans froid de journaliste face à cet individu prétentieux et agressif qui reprenait sans cesse la moindre de ces questions. Assise stupéfaite dans ma voiture sur le chemin de mon travail, je n’en reviens toujours pas du ton de ce personnage. Si encore, nous avions à faire à un universitaire connaissant son sujet ! Mais il s’agit d’un ingénieur généraliste à tendance économiste sous influence du lobby nucléaire qui se prétend expert ! Bon courage à M. Erner pour la continuation de son émission.

Passionnant débat vif et enflammé ce matin entre Guillaume Erner et son invité Jean Marc Jancovici, appelant une réponse à chaud. Malgré toute mon admiration pour Guillaume Erner, sa rigueur et son élégance intellectuelle, mon adhésion est plutôt allée vers les arguments de son invité. J’ignore si son fonds de commerce est la filière nucléaire, mais son argument essentiel pour répondre à un emballement climatique à redouter, voire inévitable, est de se mettre au régime, autrement dit la sobriété, voire la frugalité, pour tous. Sans avoir recours aux frayeurs de fin du monde, ce scientifique m’a semblé convaincant. Il explore les solutions les moins pires, se méfie de la transition écologique qui, à vouloir conserver le même train de vie de confort énergétique, ne préparerait que l’avenir d’une illusion. Et pourquoi France Culture n’organiserait-il pas un débat composé d’experts techniques, scientifiques, en sciences humaines, avec la présence de ce Jean Marc Jancovici. Un grand merci aux émissions de qualité de France Culture et de Radio France.
Un auditeur assidu.

Fidèle auditrice de France Culture j’écoute ce matin votre invité. Je vérifie que je ne suis pas sur RAdio Monté Carlo et décide d’éteindre ma radio préférée!! Guillaume Erne pris dans les pièges de Mr Jancovici encore présenté comme le « spécialiste de l’énergie!!!!! ». Cette personne est depuis des années une machine à désinformation bien huilée sur le sujet du nucléaire. Son discours à ce sujet est lourd, réducteur, démago, manipulateur, dangereux. Quand il a commencé à parler de Thomas Pasquiet alors que vous lui parliez de Fukushima (qui n’a pas fait de morts bien sûr) …quand il a demandé à G. Erne s’il connaissait le GIEC….il a donné le ton sur ses techniques de communication que les personnes sensibilisées au sujet de l’énergie lui connaissent. Comme à son habitude, Il a démontré son habileté à détourner les sujets, à décider de ce qui est important et de ce qu’il ne l’est pas, et à sous- estimer les arguments de ceux qui lui font face. Je ne me retiens pas de souligner que Marine Le Pen a les mêmes techniques…. J’espère que vous allez rapidement donner la parole à des personnes qui ne sont pas nécessairement médecins, ou experts mais qui ont une démarche ouverte d’investigation.

Je viens d’écouter le rdv de la médiatrice sur France Culture au sujet de l’intervention de Jancovici aux Matins de France Culture. Je suis étonnée de la réaction univoque pour le condamner. Je suis opposée au nucléaire, mais je connais les arguments donnés par Jancovici sur le moindre mal du nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique et je pense qu’il a raison : c’est une évidence et ne peut être contesté, même s’il néglige la question de l’extraction et du transport dans son bilan d’émission de co2. Jancovici a parfaitement exposé l’enjeu : il s’agit d’arbitrer entre des bénéfices et des risques. Lui semble penser que la balance penche du côté du nucléaire. Mais il a tenté de sortir du piège dans lequel on l’enfermait en répétant ce qu’il avait déjà dit : la première solution est la sobriété. La réaction des auditeurs, rapportée par la médiatrice, montre qu’il est impossible dans notre pays d’aborder la question du nucléaire la tête froide.

J’ai écouté le retour de la médiatrice de France culture aujourd’hui. La matinale avec Guillaume Herner a été évoquée, et notamment le ton soi-disant méprisant de l’invité.
Pour suivre par le biais de Youtube certaines conférences de M. Jancovici, je ne suis pas étonné qu’il ne laisse pas indifférent. J’étais personnellement très défavorable au nucléaire comme beaucoup de citoyens et les 2 catastrophes majeures de ces 30 dernières années n’y étaient pas pour rien…. Seulement voilà, une catastrophe d’une gravité sans commune mesure est annoncée s’il n’est pas mis fin à l’utilisation des énergies fossiles dans les 2 à 3 décennies à venir. Les arguments posés et pesés de M. Jancovici m’ont incité à revoir mes raisonnements et à faire la part entre les données factuelles, évoquées par M. Jancovici et les croyances qui courent les rues défendues par M. Herner. JMJ a une culture scientifique ses répliques et ses arguments sont imparables. GH, désolé pour lui, ne fait pas le poids. J’ai trouvé ses interventions gênantes (intellectuellement) et déplacés. Il me semble qu’une des qualités premières d’un journaliste – la curiosité, le désir de comprendre et de faire comprendre- est trop fréquemment remplacée par le désir d’avoir, soi, raison. Mon souhait, pour les mois qui viennent, c’est que France Culture donne davantage de place à des spécialistes capables d’informer clairement et froidement, comme le fait M. Jancovici. L’enjeu est d’une telle importance ; il faut en parler tous les jours -de façon factuelle et argumentés (exple : +5° de moyenne, c’est ce qui nous sépare de l’ère glaciaire et c’est une montée des eaux de + 120 mètres) – pour faire évoluer les mentalités. Il y a encore tellement de climatosceptiques, ou de personnes qui défendent des intérêts, ou de politiques « à l’Ouest »… Dire qu’il y a des choses à faire pour que l’humanité ait un avenir et que la collapsologie n’est pas la seule attitude raisonnable…

M. Jancovici a exprimé en début d’interview le fait qu’il s’est entendu avec M. Erner pour ne pas accorder plus de 20% du temps imparti à l’émission au nucléaire. Ce temps a été largement dépassé du fait de l’insistance sur le sujet de M. Erner. L’émission était intitulée « transition énergétique, avons-nous encore le temps ». Elle n’a tournée pratiquement qu’autour du nucléaire, M. Jancovici, bien malgré lui, n’ayant pas eu le loisir de s’exprimer sur d’autres aspects.
En conclusion des commentaires des réactions des auditeurs faits par Vincent Lemaire plus tard dans la journée, je crois dans les commentaires de la médiatrice, Mr Lemaire dit que le mérite de cette émission avec M. Jancovici a été de relancer le débat sur le nucléaire.
Je trouve terriblement dommage qu’un physicien comme Jean-Marc Jancovici, qui peut apporter au grand public des éclaircissements argumentés et imagés sur les enjeux climatiques et les solutions à y apporter soit détourné par France Culture de ces objectifs prioritaires pour la planète au profit d’une polémique sur le nucléaire. D’autant plus que M. Jancovici l’avait pressenti et trouvé un arrangement avec M. Erner. Si France culture a des comptes à régler avec Mr Jancovici, merci de bien vouloir le faire sans décrédibiliser un des plus ardents défenseurs d’une transition énergétique urgente.

Fidèle auditrice de France Culture depuis plus de 40 ans (oui !) je me permets de vous écrire à propos de l’émission Les Matins de France culture du jour. Il me semble que dans cette émission, comme il est de règle sur la chaîne, les débats contradictoires sont possibles, et même encouragés. C’est pourquoi je souhaite vous dire mon indignation après avoir entendu pendant plus d’une heure les propos arrogants je M. Jancovici. Il n’a, le plus souvent, répondu que par des questions aux interrogations de Guillaume Erner. Si le propre d’un scientifique est de toujours chercher et douter, ce n’est manifestement pas le cas de M. Jancovici qui n’a eu de cesse que d’affirmer et d’imposer ses positions. Il a RAISON SUR TOUT, on ne DOIT PAS contester son savoir. En un sens, c’était une bonne idée de l’inviter : c’est un digne représentant de la technoscience qui nous conduit dans le mur depuis plus d’un siècle et les auditeurs peu au courant de ce sujet auront pu se faire une bonne idée de la manière dont ses représentants agissent ; je n’ai rien contre les scientifiques, bien au contraire, mais je suis en droit d’attendre d’eux une REFLEXION sur leur pratique et une analyse objective sur la portée de leurs actions. On en est à des années-lumière…

Je suis choquée par la présence de cet « expert » du nucléaire ce matin qui est capable d’affirmer, non sans condescendance, que le nucléaire a fait 0 morts. C’est un négationniste et je crois qu’il est de votre devoir de rappeler la pollution déjà encourue par les accidents et les activités du nucléaire. En vous écoutant je voudrais vous parler des problèmes de Thyroïde depuis Tchernobyl par exemple en France. Mais encore, ce monsieur disait que sans nucléaire « pas de viande tous les jours, pas de chauffage, pas de matinale, pas de voiture », pour ma part mon quotidien est déjà celui-ci. Je suis doctorante et je n’ai ni voiture, ni ne peux manger de la viande plus d’une fois par semaine et je le souhaite d’ailleurs pas, ni ne me chauffe tous les jours étant donné le coût de la vie que ces gens défendent bec et ongle. La défense telle du nucléaire est insupportable. Songez aussi qu’il n’y a pas de nucléaire pour l’énergie sans le complexe militaire qui a anéanti tant de vies et bousillé la terre pour toujours. A ce propos, on pourrait tout de même renvoyer les auditeurs vers La condition nucléaire de Delfour. Aujourd’hui il est grave que vous donniez votre antenne à ces gens qui sont les destructeurs de la vie elle-même.

Ce matin à 8h30, l’invité de la matinale un pro nucléaire avéré tiens des propos sur les énergies renouvelables et les accidents nucléaires totalement faux. Je ne comprends pas l’intérêt d’inviter ce genre de personne agressive et dénué de toutes impartialité.

Espérons que l’intervention non conforme mais réaliste de Jean-Marc Jancovici de ce jeudi 07 novembre incitera l’équipe de « journalistes » de F.Culture à désormais mieux s’informer pour délivrer -en tous sujets- une information plus objective et plus complète, mais -il est vrai- moins populiste. Car, pourquoi écouter F.Culture si l’information y est de moins en moins correctement documentée? Il y a déjà tellement de chaînes de radio et TV qui font de la dé-information…

Ce matin en écoutant Erner/Jancovici, j’ai plaint le métier de journaliste ! et j’ai plaint aussi l’auditeur qui prend son petit déjeuner en écoutant cette agressivité et cette hargne remplie de certitudes !!! J’espère que cela vous dégoûtera d’inviter cette sorte de personnage qui malmène tout le monde ne serait-ce que par le ton employé…quant au fond, ses démonstrations n’ont sûrement convaincu personne. La formation d’ingénieur a oublié le style et la finesse dans l’art de la persuasion.

Si Jean-Marc Jancovici a entendu cette chronique de Monsieur Bellanger le 10 octobre. Peut-être ne faut-il pas s’étonner de sa véhémence jeudi matin face à Guillaume Erner ? Je précise que je préfère entendre parler « énergies » par Monsieur Jancovici que par Monsieur Bellanger.

Je vous remercie d’avoir été aussi caricatural lors de votre intervention sur France Culture.
Votre arrogance, votre mauvaise foi de lobbyiste du Nucléaire, vont servir grandement ceux qui comme moi remettent en cause la propagande pro nucléaire Française.
Vous avez offert un festival de contre-vérités tellement énormes ! D’où sortez-vous ce chiffre de de 0 mort à Fukushima ?? Comment pouvez-vous dire que les Etats Unis baissent leurs émissions de CO2…grâce aux gaz de schiste dont vous sous-estimez grossièrement la pollution engendrée par son extraction. Comment pouvez-vous affirmez qu’un gros porteur sur une central ne ferais pas de dégâts ? Et les piscines remplis de combustibles radioactifs avec leurs toits en tôle, elles résistent à une attaque terroriste ?? Et vous semblez même minimiser les morts de Tchernobyl car ce ne serait que des enfants en grande majorité ! Choquant vraiment…
D’autre part le coût réel de cette énergie est démentiel contrairement à vos affirmations. La filière Nucléaire est soutenue par l’état à bout de bras qui ne peut donc soutenir suffisamment les énergies renouvelables. Quel est votre source pour affirmer que le démantèlement des centrales représente 10% du coût de la filière ? Même les chiffres officiels sont largement supérieurs… Ne vous en déplaisent, le Nucléaire est une énergie non-renouvelable, un risque permanent pour nous et les générations futures. Toute la filière est dangereuse, de l’extraction d’uranium, à la gestion insoluble des déchets. Sans parler des transports de déchets hautement radioactifs entre Marcoule et la Hague !
Comparer les chercheurs et journalistes qui pointent les dangers du Nucléaire à ceux qui affirment que la terre est plate est une insulte révoltante ! Mais ce manque de nuance va renforcer la lutte contre cette énergie mortifère qui ne peut pas faire partie de la transition énergétique.
Je vous conseille de vous instruire avant de dire autant de contre-vérités avec autant d’arrogance rhétorique : Par exemple documentaire d’Arte « sécurité nucléaire le grand mensonge »

J’ai écouté en différé l’interview de M. Jean-Marc Jancovici ce jour sur F.C. par M. Guillaume Erner. Je voulais vous faire part de mon malaise et de ma déception concernant la manière dont a été conduit l’entretien. J’écoute très régulièrement les conférences passionnantes très documentées et argumentées de M. Jancovici via Internet. Sur de nombreux aspects relatifs au problème du changement climatique, ses propos m’ont amenée à réfléchir, remettre en question mon point de vue initial et évoluer. Je trouve dommage que la méthode employée ce matin ait pu priver le propos d’une part de sa cohérence et de son intérêt. Heureusement M. Jancovici est resté clair et en a dit le plus possible entre deux interruptions brutales, interpellations intempestives voire invectives (« Vous représentez le lobby du nucléaire »). M. Erner semble malheureusement avoir débarqué dans l’interview en ayant à la fois : pas travaillé le dossier de façon précise (à plusieurs reprises il avance des opinions mais ne peut les étayer) ; un fort préjugé envers l’invité. Peut-être a-t-il placé dans cette rencontre un enjeu personnel qui n’a pas lieu d’être. J’aimerais aussi que les journalistes en général cessent de tomber en syncope et de se scandaliser chaque fois qu’on leur fait remarquer qu’il y a un progrès possible dans leur approche ou méthode (ex : l’idée d’inviter un médecin spécialiste des effets des accidents nucléaires) : toutes les pratiques professionnelles peuvent être interrogées de façon constructive. Enfin, les auditeurs ne sont pas de petites choses vulnérables et influençables : laissez les invités développer calmement leur propos et nous nous ferons une opinion. Si besoin, il me semble qu’il vaut mieux identifier des points faisant question et inviter ensuite d’autres personnes pour développer d’autres aspects éventuellement contradictoires. Puis je conseiller vraiment amicalement à M. Erner d’écouter quelques conférences en ligne de son invité matinal ? Celle récemment donnée à Science Po par exemple.

Ce matin l’invité de Guillaume Erner était particulièrement intéressant et l’émission fort dynamique. Enfin un invité qui ne se laisse pas entortiller dans les approximations du questionneur et ses prises de position, et qui rappelle des faits. Hélas, vos chroniqueurs sont venus affadir l’émission, avec des sujets sans rapport, qu’il aurait été souhaitable de reporter. Les entendre (ou pas) un autre jour aurait été une excellente décision.

Vous avez reçu ce matin un dénommé Jean Marc Jankovici. Evidemment, et quoi qu’en ait dit ce monsieur, vous faites votre travail en recevant des « compétences ». Mais ici, compétences ou pas, vous avez été plongé dans un univers psychiatrique, genre consultation mettant à nu les processus pathologiques : ce monsieur est d’une insolence, non, d’une agressivité pour ne pas dire violence dans les échanges, sidérants, fleurant bon la paranoïa. Pour ma part (décidément hyper sensible au style qui « est l’homme » c’est bien connu) ces diatribes décrédibilisent totalement le contenu du message : inaudible ce monsieur « je sais tout et je vais cogner dur ». Pour tout dire ce « cas clinique » me laisse irradiée à 150.000 %…Et Guillaume Erner, je voudrais vous féliciter, en pleine empathie avec vous, pour votre sang froid et votre civilité devant cet étalage d’incompétences dialectiques (mais de quoi se protège-t-il donc ce boxeur « fragile » (?)? L’appel aux médecins (que vous ne recevez jamais…) ne serait-il pas un appel à consulter pour lui-même ? Merci à vous, quel boulot…

Je trouve assez inacceptables les propos tenus par l’invité de Guillaume Erner au sujet du nucléair. L’invité trouve le moyen de comparer des choses incomparables ! En effet la tour Eiffel ne se compare pas à un réacteur nucléaire en termes de dangerosité…. L’explosion de chacun n’a pas les mêmes conséquences, il en va de même pour le taux de radiation subit par Thomas Pesquet qui est 9 fois supérieur à celui autorisé pour les travailleurs du nucléaire. L’information est juste seulement Pesquet aura subit l’irradiation 6 mois une seule fois dans sa vie. Les salariés eux cela durent toute une carrière (c’est la différence en valeur maximale d’exposition et valeur limite d’exposition), plus on est exposé longtemps moins la dose supportable est élevée… Ce prétendu « technicien » du domaine n’est donc qu’un promoteur du nucléaire prêt à raconter des idioties pour ce faire entendre. Il est dommage que de telle personne se retrouve sur votre radio !!!

L’intervention ce jour de Jean-Marc Jancovici et surtout son propos liminaire dans les matins de France Culture démontre parfaitement la partie prie de la chaine publique que je regrette. Comme il le dit, le nucléaire c’est 5% des problèmes pour 95% du temps de débat qui devait être consacré au changement climatique qui lui est déjà et va devenir 100% de nos problèmes. Je suis donc encore déçu que France Culture devienne plus le porte-voix des groupuscules politiques très vocaux sur leurs opinions et de moins en moins une chaine ou l’on peut discuter des faits de manière froide et sérieuse. Les débats sur l’énergie en sont une caricature mais pas que. La manière dont a été traité ce matin Jean-Marc Jancovici en a été une preuve manifeste ! Le journaliste devait traiter de la transition énergétique avec son invité et on a passé 80% du temps sur le nucléaire. Personne n’a dit que le nucléaire n’avait pas d’inconvénient mais il n’a aucun rapport avec les risques du changement climatique qui est lié aux émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère liés aux usages des énergies fossiles. Hors c’est ce sujet qui doit justifier la transition énergétique. Auditeur depuis plus de 30 ans de France Culture cela fait déjà plus de 15 ans que je résiste à la tentation de ne plus écouter cette chaine que j’aime mais qui me devient de plus en plus étrangère. C’est dommage dans le paysage audiovisuel actuel de perdre ce qui a fait la force de cette chaine qui me semblait plus équilibrée et plus qualitative que ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Auditrice assidue de France Culture et des Matins, il se trouve que j’ai écouté hier cette conférence de Jean-Marc Jancovici : Sauf à prouver que Jean-Marc Jancovici est effectivement un membre du lobby nucléaire et non un expert en qui l’on peut avoir confiance, ces 2h30 me semblent une utile contribution à la compréhension des enjeux actuels. Il pourrait être intéressant de trouver un autre expert (au sens bien précisé ce matin par JMJ) qui serait en divergence avec JMJ ?

J’ai écouté ce matin les interventions de M. Jancovici dans le 7-9 de France Culture. Pourquoi ne pas mentionner aux auditeurs les liens d’intérêt qui lient l’invité à de grosses industries par le bias du Think Tank qu’il préside ? Je vous joints l’extrait de l’introduction à une enquête du média en ligne indépendant Les Jours : Tous les enfants savent qu’une fourmi de 18 mètres avec un chapeau sur la tête, ça n’existe pas. Mais saviez-vous qu’un think tank pro-climat financé par EDF, Bouygues, la SNCF et Vinci Autoroutes, ça existe bien ? Cela s’appelle The Shift Project. Créé en 2010 par Jean-Marc Jancovici, un ingénieur-conseil iconoclaste, The Shift a pour objet de réfléchir à la transition vers une économie à bas carbone. C’est un think tank tout ce qu’il y a de plus sérieux, avec un conseil scientifique composé notamment du climatologue Hervé Le Treut, membre du Giec, et de Gaël Giraud, chef économiste à l’Agence française du développement. Il produit des analyses sur les choix énergétiques, organise avec des spécialistes des conférences sur le climat et propose aux journalistes des briefings sur les enjeux de la COP21. Mais The Shift est aussi bien utile pour les entreprises qui le financent : le think tank met sur pied des débats où des grands patrons peuvent, sans être trop bousculés, présenter la stratégie climat de leur groupe.

Après l’écoute de l’émission « L’invité du matin » qui vient de se terminer, je suis sidérée par le comportement et la parole de votre invité, M. Joncovici. Je ne me souviens pas d’avoir jamais entendu quelqu’un aussi arrogant et méprisant dans une de vos émissions. Bon orateur, convaincu qu’il possède toutes les vérités sur le fonctionnement du monde, notamment celui de l’énergie, chiffres à l’appui, il balaye d’un revers de main tous les arguments et questions des journalistes, dont son mépris est aussi grand que son arrogance. Coincé par M. Erner (je salue son insistance et son sang-froid !), il s’évade sur un thème secondaire, voire tertiaire qui n’ont rien à voir avec le sujet. Il vante le gaz de schiste et déclare que les additifs dans l’eau pour la fracturation se trouvent également dans des cosmétiques ou produits ménagers – mais pourtant, ça ne veut pas dire que ces additifs ne sont pas nocifs pour l’environnement ou sont bons pour la santé ! Pareil pour les petits tremblements de terre suite à la fracturation. Est-ce que M. Joncovici n’est jamais allé aux Etats-Unis voir les personnes dont l’eau potable et la nappe phréatique sont souillées à jamais avec ces produits et le cocktail de pétrole, gaz et eau chargé de multiples polluants ? Est-ce qu’il n’a jamais rendu visite à des personnes en Europe qui ont vu leurs maisons se fissurer et pencher ? Son discours sur les effets des accidents des centrales nucléaires est encore plus insupportable. Minimiser les effets néfastes de la radioactivité en citant des exemples certes vrais mais ne concernant que des individus (comme le cosmonaute ou la méfiance infondé de la population), c’est vouloir taire qu’en cas d’accident grave d’une centrale nucléaire, ce sont vite des millions de personnes, d’animaux et plantes concernés, des régions entières impropres à vivre pour des centaines d’années ! Le fait que les Chinois sont capables de construire des dizaines de centrales nucléaires dans quelques années ne dit rien sur la sûreté des réacteurs et les dégâts humains et matériels qui surviendront en cas d’accident. Juste parce que nos corps contiennent toujours un peu de substances radioactives, ça ne veut pas dire que la radioactivité émise par des centrales nucléaires explosées ou suite à des mal-fonctionnements soit inoffensive ! Réduire le nombre de victimes de Tchernobyl à ceux qui sont morts ou ont un cancer de la thyroïde peu après (environ 10 000 quand même, mais ce ne le d´range pas semble-t-il, c’est le prix à payer ?!), c’est ignorer tous les cancers qui sont apparus et qui vont rendre malades et pourrir la vie à des dizaines de milliers de personnes supplémentaires au long terme. Les conséquences sur la population va d’ailleurs bien au-delà de la seul maladie, car leur vie a radicalement changé après ces accidents. Elles ont tout perdu : leurs maisons, leur champ, leur travail ! Et ils vivent depuis avec la peur du cancer ou d’autres maladies. Je rappelle à M. Joncovici que partout en Europe aussi, encore aujourd’hui, 33 ans après l’explosion du réacteur de Tchernobyl, il y a des contrées dont la terre et l’eau montrent toujours une pollution radioactive si élevée (et ce n’est pas la radioactivité naturelle !) que la consommation de certaines denrées est déconseillée ou devrait être très limitée (champignons, gibier, myrtilles…). Cela concerne non seulement les pays scandinaves, mais aussi … la France ! Est-ce qu’il faut rappeler à M. Joncovici le désastre suite au bombes atomiques sur Hiorshima et Nagasaki ?! Le comble de l’arrogance et de froideur technique sont les moments où M. Joncovici parle de « seulement 10 000 morts immédiatement ». Est-ce qu’il a une âme ? Est-ce qu’il est capable d’empathie ? J’ai des doutes. Merci quand même pour l’avoir invité, je ne suis sûrement pas la seule à avoir les cheveux hérissés après cette émission, et à avoir appris jusqu’où certains ingénieurs et autres experts peuvent être déconnectés de la vraie vie et croire dans le progrès technique, en ignorant les conséquences humaines !

J’ai été choquée par l’attitude ce monsieur Jean-Marc Jancovici : quelle arrogance, quelle impolitesse, quel mépris, quelle partialité, quel renversement d’arguments. « Laissez-moi finir ma phrase » ose-t-il dire, alors qu’il coupait sans arrêt GE. « Nous n’avons pas parlé du choc pétrolier » dit-il à la fin alors qu’il a perdu son temps en querelles. Bravo à Guillaume Erner qui a su garder son calme, mais n’a pas pu mener l’entretien dans un sens vraiment positif puisque ce Jean-Marc Jancovici ne faisait que pinailler sur des détails.

« Je vais finir ma phrase si vous le permettez »… Félicitation à Guillaume Erner pour avoir conservé son sang-froid face à ce « spécialiste » imbu de prétention et calfeutré dans ses certitudes. Quand même parfois envie de jeter la radio par la fenêtre. J’avoue que son déménagement à Fukushima serait une bonne idée.

Sacré Jancovici,
Dès qu’on aborde le nucléaire il devient agressif et abandonne sa raison. Donneur de leçon, il oublie toujours bizarrement de replacer le sujet dans son contexte c’est-à-dire les pauvres 4% que représente l’énergie nucléaire dans l’énergie mondiale.
Remarque : je l’écoute à l’instant et il semble avoir oublié qu’un cœur qui font nécessite des mégatonnes d’eau pour refroidissement et que cette eau… Personne n’en veut et sera donc diluer dans les océans (mas pas entièrement).
Bien sûr, on passe sur les coûts réels du nucléaire et lui, tellement attaché à la justesse du propos ne remet pas vraiment en cause cette fable du « kWh le moins cher du monde grâce au nucléaire ». Effectivement, si vous ôtez du prix toutes les magouilles dans le milieu (les milliards perdus par Lauvergeon et sa clique pour une mine de rien, etc.), les crédits ahurissants engouffrés dans la recherche pendant 50 ans, la non-provision des démantèlements (encore que là on sait que rien ne sera démanteler), etc. Exit aussi la question démocratique que la mafia du corps des mines met de côté. Exit la question des réserves d’uranium 235 (peanuts) ; ah oui c’est vrai on va inventer une nouvelle techno, la 4ème Gen, la fusion nucléaire. Mais oui mais oui. Sauf que faire de la politique ce n’est pas construire le présent sur de très hypothétiques « découverte ». Cela se nomme de la foi. Donc pas de nouveau EPR SVP. Bref, cela aurait été bien de penser à un contradicteur de monsieur J. Car on connaît la manip : Justifier le nucléaire en argumentant qu’on ne sait pas les remplacer en France par les éoliennes. Effectivement, cela sera impossible. Voilà pourquoi il faut réduire nos consommations drastiquement et changer le mode de vie de cette société consumériste de m….. Mais ça c’est trop pour monsieur J. Car s’il semble prétendre qu’il n’est pas hostile à la décroissance, dans « les fait de son discours », sur ce point, nulle trace de clarté. Pour lui c’est : écologie (ce qui ne veut pas dire grand-chose) et nucléaire. Cela lui réserve un créneau professionnel particulier avec le soutien bienveillant des élites de ce pays.
Monsieur Jancovici joue sur les 2 tableaux de l’écologie + le nucléaire. Sauf que ça c’est comme se dire du centre. En pratique, comme disait Mitterrand, « être du centre c’est ni être de gauche, ni être de gauche ».

Tout en étant habitué depuis des années à l’étalage des opinions de Guillaume Erner lors de l’émission des Matins, je trouve simplement révoltant le traitement infligé à Jean-Marc Jancovici ce matin. France Culture est mon seul lien à la sphère médiatique depuis environ 20 ans, et même si parfois certaines analyses ont pu me faire sourire, je n’aurais jamais imaginé vous faire part de mes réactions, et je m’étonne moi-même de ce que je suis en train de faire.
De plus, je n’ai pas pu réécouter la réaction de Jean-Marc Jancovici à La Transition par Hervé Gardette. Je me plais à penser qu’il s’agit là juste d’un problème technique auquel vous allez évidemment remédier.

Je vous contacte car j’ai écouté l’interview de Jean-Marc Jancovici par Guillaume Erner et j’ai trouvé qu’il s’agissait d’un moment de faillite journalistique intense. En effet, pourquoi inviter « un expert » si c’est pour ne pas écouter voire ne pas accepter ce qu’il a à dire. Ce n’est pas un politique.
Et tenter des sorties du type « Mais on a pourtant entendu dire que… » quelle est la rigueur journalistique d’une telle remarque? Il est clair que l’invité n’y est pas allé de main morte sur la critique des médias ce qui était un peu déplacé étant donné qu’il était invité.

Emission :
Transition énergétique : avons-nous encore le temps ?
7 nov. 2019 Invité JM Jancovici
On invite un expert en « problématique globale de l’énergie » pour le tacler sur le nucléaire qui est une source d’énergie anecdotique au niveau mondial.
Il perd son temps et nous aussi.
c’est bien dommage car janco dit beaucoup de choses intéressantes et fondées (sur des connaissances)
Merci de m’informer des suites

Chère madame, j’ai été très étonnée d’apprendre que des auditeurs n’avaient pas apprécié l’intervention de M. Jancovici. Je dois dire qu’au contraire, son esprit précis, son choix des mots tout aussi juste et la clarté de ses exposés, sa capacité à citer des chiffres sont une véritable bénédiction. Le fait que M. Erner n’ait pas compris qu’il ne pouvait continuer à se situer uniquement au niveau des opinions, des craintes, des émotions ne lui fait pas crédit. Le fait qu’il ait invité M. Jancovici dont l’esprit grognon ne lui était pas inconnu est tout à son honneur en revanche. France Culture étant en train de se « France Intérisé » avec de plus en plus d’émissions sirupeuses, politiquement correcte et manquant d’exigence et de subtilité intellectuelle, notamment pour sa Matinale, vraiment cet émission était vivifiante. Au contraire, continuez comme ça : de vrais experts, des exposés qui vont au fond du sujet etc…

Madame,
Je suis fort surpris de la présentation partiale que, pourtant médiatrice, vous avez faite d’emblée des réactions de vos auditeurs après l’interview de J. M Jancovici hier matin, présentation fort heureusement corrigée, dans le même instant, par votre délégué aux programmes (merci à lui).
Trop de nos concitoyens jugent, non les contenus, mais les personnes, ce qui permet d’éviter de traiter les sujets. On brandit des atteintes supposées à des petites règles de bienséance, et on ne voit pas, ce faisant, qu’on laisse parler en réalité sa sensibilité (ou sensiblerie), ni que l’on revient à des codes ou manières que l’on croyait d’un autre âge…
Je n’ai entendu aucune arrogance, ni chez l’un ni chez l’autre. Mais un débat animé, certes, mais surtout PASSIONNANT. Accordons le droit aux invités de manifester leur agacement. C’est assez sain.
Merci à France-Culture, et à G. Erner, d’avoir en effet contribué à ouvrir le débat.

Madame la Médiatrice,
Je suis un auditeur fidèle de votre chaîne. Je viens d’écouter le podcast de l’entretien de Guillaume Erner sur France culture avec M. Jancovici, émission enregistrée il y a quatre jours. Je m’intéresse depuis plusieurs années aux questions relatives au changement climatique. Je dois avouer avoir été sidéré de voir la manière dont l’interview a été menée. D’une certaine manière Guillaume Erner a fait la démonstration de ce que reproche aux médias M. Jancovici. L’analyse honnête de l’enregistrement peu facilement le mettre en évidence.
Il semble qu’il y avait eu un accord pour ne passer que 20′ sur l’énergie nucléaire et ce temps a presque doublé. Il a fallu passer plusieurs minutes pour revenir aux déclarations faites par la personne interviewée elle-même, réinterprétées par l’antenne. Il a aussi fallu tous les efforts de M. Jancovici pour rester factuel. Enfin, une part importante des sujets que M. Jancovici voulait traiter ne l’a pas été. Ils sont essentiels au débat national.
Je n’ai aucune raison de défendre M. Jancovici mais toutes les raisons de vouloir entendre d’une chaîne d’information comme France Culture ce que ceux qui savent ont à dire et non les références superficielles et à caractère sensationnel du présentateur, probablement pour correspondre à ce que l’audience moyenne de la chaîne veut entendre.
M. Jancovici est un expert régulièrement consulté depuis de nombreuses années par toutes les instances nationales. Il est membre du Haut Conseil pour le Climat. Le Shift Project fournit un travail vérifiable par tous dont l’intérêt est unanimement reconnu. C’est une source ouverte à tous et que France Culture peut avantageusement utiliser.

Merci d’avoir invité M. Jancovici à la matinale de G. Erner. Tout d’abord surpris par le ton des échanges j’ai fini par comprendre l’exaspération de l’invité. Médecin nucléaire moi-même, je suis systématiquement surpris par la façon dont est traitée la question du nucléaire et des rayonnements ionisants in extenso. Quand un patient fait un scanner, il est irradié. Quand une personne prend l’avion, elle est irradiée. Quand on passe la journée à jardiner, on est irradié. Quand on visite le site de Tchernobyl, on est irradié. Le plus important est de QUANTIFIER cette irradiation. Au delà d’un seuil (très élevé) un patient développera une maladie liée à une irradiation importante et massive. En dessous de ce seuil, il n’y a pas d’effet déterministe.
Tout comme votre invité, je préfère vivre à côté de fukushima qu’à côté d’une usine seveso.



Coup de cœur : Jean-Louis Aubert dans « Boomerang »

Bonjour Augustin, merci merci merci pour votre émission et la sincérité qui s’en dégage! Mais là, aujourd’hui avec Jean-Louis Aubert, c’est particulièrement magique. Non seulement il a fait partie de mon adolescence et ses tourbillons (…) mais en plus, il est présent aujourd’hui à des moments pivots de ma vie!!!! Dont aujourd’hui!!!! Merci Merci Merci, et puis, chuuut !! Jean-Louis j’ai toujours été amoureusement envieuse de toi et ton aura !!! Belle journée à vous!

Quand l’intelligence, la sensibilité et le talent se rencontrent, on aimerait que ça dure 1H !!!

Cher Augustin
Merci pour tant de douceur ce matin
C’était bien agréable cette rencontre avec Jean-Louis AUBERT

Monsieur Aubert,
je vous écoutais.. puis vous avez chanté Barbara.. et j’ai pleuré. merci pour ces émotions..

Merci Augustin ! Que d’émotion en vous écoutant !

Merci Augustin aussi à ton invité de nous faire découvrir cette belle sensibilité qui l’anime chapeau joli moment et à Barbara touchant, très touché.

Augustin, Jean Louis, merci pour cette tendre émission que j’ai écoutée les yeux humides la plupart du temps, Jean Louis Aubert galvanise avec générosité une nostalgie envahissante. j’ai l’impression que je vais avoir du mal à me plonger dans ma journée de travail après toutes ces émotions 😉 .

Moments délicieux ce matin entre Jean Louis et Augustin. Gérard.

Merci pour votre superbe émission avec Jean-Louis Aubert.

Merci pour ce temps passé avec Jean-Louis Aubert et vous : quel délice d’écouter la voix et la guitare de Jean-Louis. Quelle belle sensibilité. Je me sens émue, heureuse, touchée.

QUELLE JOLIE ÉMISSION ! Avec Jean-Louis Aubert.
Très émouvante et puis cette ponctuation avec des chansons en direct une vrai merveille ! Même si je suis un inconditionnel de votre émission. Je vous fais UN GRAND BRAVO pour celle-ci.

Quel bonheur cette émission d’Augustin avec Jean-Louis Aubert ce matin, un rayon de soleil en cette matinée de Novembre, de jolies mélodies dans la tête. Un mec qui chante avec sa guitare en direct. Merci !

Merci pour ces instants de poésie et de tendresse volés au temps perdu qui ne se rattrape plus… mais qui ne s’oublie plus jamais… oh mais quand reviendras-tu ?

Augustin, vous exagérez…. Encore une fois, je suis incapable de faire autre chose que me transformer en petite souris qui écoute la conversation à bâton rompu que vous avez avec Jean Louis, avec en prime 2 interprétations acoustiques, dont une de Barbara.
Je vous Jalouse encore une fois.
Merci beaucoup de me permettre d’écouter vos conversations avec des personnes aussi intéressante, ou peut être qui m’intéresse tout simplement

Merci beaucoup à Jean Louis Aubert pour ses interprétations en direct ce matin … Une guitare sèche + une belle voix (et de belles paroles) – avec un peu d’harmonica – pour commencer la journée, il n’y a rien de mieux !! Et merci à Augustin Trapenard pour ses émissions toujours intéressantes, et ses invités sensibles …

Merci pour ce moment de grâce de poésie et de générosité. J’en pleurais de joie en mangeant mes tartines ! Quel bonheur cet homme là… des années que ses chansons m’accompagnent. Oh oui que de spiritualité et de profondeur dans ces textes ! je l’ai souvent vécu comme une révélation: une chanson entendue 100 fois qui un beau jour révèle son véritable message… Merci mille fois à tous les deux. La journée commence de façon merveilleuse



Adèle Haenel

Bonjour France Culture,
Adèle Haenel a pris la parole sur Médiapart hier soir à 19h. Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’« attouchements » et de « harcèlement sexuel » lorsqu’elle était âgée de 12 à 15 ans.
Ce matin seulement cinq minutes ont été consacrées à la prise de parole de l’actrice dans « La Théorie » à 8h50. Cette prise de parole a pourtant une importance capitale.
Pourquoi cela n’est même pas évoqué dans les journaux de 8h et de 9h? Pourquoi il n’y a pas des émissions spéciales suite à cela? Pourquoi la mort de Jacques Chirac réveille tout France Culture à coup d’émissions spéciales alors qu’il est mort?
Adèle Haenel est bien vivante elle. Nous avons besoin des médias pour que la honte change de camp. Nous avons besoin que les journalistes se sentent concernées par ce qu’il se passe dans le milieu du cinéma, des arts, du journalisme etc.
Je fais appel à Olivia Gesbert et Marie Richeux pour qu’elles même, en tant que femmes et journalistes, portent la parole d’Adèle Haenel. Il faut que la honte change de camp pour que les victimes de violences sexuelles, femme, enfant et homme puissent vivre normalement et que les bourreaux prennent connaissance au mieux conscience de leurs actes. Les victimes de violences sexuelles ne doivent plus rester murer dans le silence qui est une violence supplémentaire.
Je vous demande de faire votre possible pour consacrer des émissions à ce propos. Pour que les femmes soient écoutées. Pour que les femmes soient respectées. Pour que la honte change de camp. (France Culture)

J’écoute avec empathie, sympathie et grand intérêt la matinale de France Inter tous les jours que Dieu (ou un autre) fait.
En particulier votre séquence.
Je suis choqué qu’aucun journaliste évoquant cette affaire ne semble s’interroger sur l’emploi du temps des parents d’Adèle Haenel, victime (supposée) d’un (éventuel) sale type à un âge évalué entre 12 et 15 ans.
Père de 3 enfants dont une fille, je peux vous écrire avec conviction que je doute sincèrement que ma fille ait pu se trouver, des week-ends entiers, seule au domicile d’un réalisateur de films de 36 ou 39 ans, sans un contrôle serré de la part de mon épouse et de moi-même.
Les parents d’Adèle Haenel étaient (sont?) respectivement interprète et professeur, ce qui m’incite, à tort visiblement, à penser qu’ils n’étaient au courant de rien: Dis-moi, Bobonne, où qu’elle est, Adèle ? Au jardin d’enfants? Tu n’en sais rien? Et les 7 derniers week-ends, tu sais où elle était?
Le « sale type », s’il n’a pas envie de se faire hara-kiri comme a été conduit à le faire David Hamilton, après les accusations portées par Flavie Flament, c’est qu’il a bon moral.
Au fait, si vous aviez une fille de l’âge qu’avait Flavie Flament quand elle aurait été victime d’agression sexuelle (13 ans), vous la laisseriez faire des photos « artistiques » de nu avec un photographe, même connu, sans exercer un minimum de contrôle? (France Inter)

Ah encore moi, Guillaume Erner, aujourd’hui à propos de Adèle Haenel et de votre loupe sur son histoire qui a embolisé votre journal 7/9 : voilà une « petite » histoire qui occupe pourtant votre journal, signe (? pas vous quand même !?) une inféodation aux scandales « à la mode » (berk…Excusez, mais ne serait-il pas plus important de parler des enfants du Yémen et autres horreurs des guerres ?), qui justifie votre intérêt certes mais aussi des questions de fond sur le pourquoi et le comment de cette situation. Et ma 1ère question sera : « mais que font, qu’ont fait les parents de cette gamine ? », père et mère n’ont donc rien éprouvé devant le malaise, voire la terreur de leur fillette face à une emprise « perverse » ? Et d’ailleurs ce harcèlement c’est quoi exactement ? Viol ? Attouchements ? Quoi ? Je suis scotchée devant le sac dans lequel on jette indifféremment le viol et le sifflement dans la rue, pas vous ? Par ailleurs pourquoi Adèle refuse t’elle toute adresse à la justice, pourquoi aura-t-elle dans un premier temps préféré une adresse à la « Société des Réalisateurs de Films » ? Puis préféré la médiatisation du scandale à un dépôt de plainte, c’est une question non ? Quant à l’utilisation du terme « zone grise », merci de ne pas oublier qui et dans quel contexte ce terme a été créé…horreur d’une autre dimension non ? (France Culture)

Deux axes de réflexion qui ne me semblent jamais abordés depuis les déclarations de Madame Adèle Haenel :
1- Le travail est interdit en France au moins de 16 ans. Quel est le statut et les conditions d’activité des acteurs très jeunes qui sont sous la plus haute responsabilité de leurs parents ? Est-il « normal » qu’à peine sortie de l’enfance, Adèle Haenel soit restée seule avec le réalisateur ?
2- Quelle pourrait-être la responsabilité des parents et du producteur (défauts de vigilance et de protection d’un mineur de 15 ans) et de tous les professionnels du plateau ?
Pygmalion, sculpteur, voit son vœu réalisé par Aphrodite de donner vie à la pierre par « amour » pour Galatée. Dans cette référence mythologique, l’amour n’a-t-il disparu et une « violence incestueuse et pédophile » s’y est substituée. (France Culture)

Polanski / Haenel: où comment on détourne les faits à son avantage…
Scandale !
Dans la même chronique (Vendredi 8 novembre – 7h50 – France Inter), le journaliste et son invité font preuve d’une empathie (ô combien naturelle, compréhensible, nécessaire…) vis-à-vis d’Adèle Haenel et encensent ce réalisateur fugitif, auteur de faits aussi graves que ceux dont est accusé Christophe Ruggia ! Et ça ne gêne personne ?
Que France Inter soutienne ce film, ce réalisateur, est inadmissible !
Puissé-je ne pas être le seul auditeur à m’insurger face au traitement si particulier de cet événement: un si bon film réalisé par un si mauvais homme. Tant pis, le film est trop bon; ça compense ! (France Inter)

Votre dernière émission a été consacrée à Roman Polanski, à l’occasion de la sortie de son film consacré à l’affaire Dreyfus. L’émission a consisté en un concert de louanges sans doute méritées mais il me semble que le contexte (marqué par Metoo) vous obligeait à faire mention des accusations de viol et agressions (pour des faits qu’il a reconnus) qui expliquent sa présence en France. Vous n’étiez pas informés des révélations qu’allait faire Adèle Haenel deux jours plus tard, mais il n’empêche que votre silence vous déshonore, me semble-t-il, à l’image d’un cinéma français rétif à assumer les violences sexistes qui se déroulent en son sein.
J’ajoute qu’à l’occasion de l’entretien d’Ali Baddou avec Jean Dujardin ce matin, l’animateur s’est contenté d’une question concernant la réaction de l’acteur aux révélations d’Adèle Haenel, celui-ci s’étant borné à une réponse disant son « affection » pour l’actrice, sans condamnation des violences qu’elle a subies, et a fortiori sans référence à celles qu’a commises Roman Polanski
La question n’est pas de jeter Polanski en pâture à qui que ce soit, mais de faire référence à des situations qui résonnent entre elles pour mieux avancer dans la prise en compte et la condamnation des violences. Il y a là une sous-estimation qui me laisse assez pantoise. (France Inter)

Vraiment scandaleux d’inviter Julie Gayet sur l’affaire Haenel ! Une soumission totale aux amis pour la promotion de cette industrie qui comme le foot cumule beaucoup de déviances de notre société avec les avantages fiscaux colossaux. (France Culture)

Adèle Haenel peut-elle porter des accusations sans preuve, hors justice et sans contradiction ou questionnement? (France Inter)

Vous condamnez M. Ruggia sur les déclarations (sans avancer la moindre preuve) d’Adèle Haenel. Généralement on condamne sur des preuves, à tout le moins sur une intime conviction. Décidément, nous sommes donc incapables de retenir quelques leçons de l’Histoire (on rasait gratis à la Libération… le crâne des femmes et on pendait facilement des hommes sur simple dénonciation). Je ne supporterai jamais les condamnations « a priori ». Continuez à nous faire rire, c’est mieux. (France Inter)

Un événement médiatique inouï a eu lieu hier soir sur MediapartLive. Une actrice française de renommée internationale, Adèle Haenel, a rompu le silence. Ce fut un moment d’une intensité rare qui fera date dans le mouvement de lutte contre les violences sexuelles contre les femmes et les enfants. France-Culture l’a évoqué aujourd’hui dans ses journaux, ARTE aussi ce soir longuement, en parlant d’un avant et un après cet interview pour le mouvement « Metoo ». Aucun écho dans les journaux de France-Inter aujourd’hui. Que s’est-il passé? Censure? Pourquoi? Choix éditorial assumé? Mais par qui? (France Inter)

Plenel a encore trouvé un super truc pour faire parler de lui. Regardez son air hilare en sortant cette méga affaire! Lui et son équipe ont réussi un beau coup, mais je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure manière pour Adèle Haenel de faire avancer les choses.



« Affaires sensibles » : 13 novembre 2015

Merci beaucoup pour votre émission de Mardi sur les attentats du 13/11, à vous, Fabrice Drouelle et Sara Ghibaudo, ainsi qu’à toute votre équipe. Probablement l’une des plus pertinentes, dérangeante et la mieux « mise en ondes » que j’ai eu le plaisir d’écouter.

Merci pour cette émission qui bien sûr réveille beaucoup d’émotions et de terreurs. Merci aussi pour l’enquête de Sara Ghibaudo, qui est détaillée. Certains passages sont insupportable mais c’est si important de l’écouté. Je me demanderai toujours en tant qu’enfant de déportés, comment notre société peut faire naître de tels individus. J’ai l’impression d’entendre la même chose toujours, toujours. Alors merci de nous le rappeler et de nous questionner.

Mme Sarah GUIBAUDO (veuillez m’excuser si j’écris mal votre nom). Je suis une fidèle de France Inter admirative de vos émissions et de tous ceux et celles qui les font. Mais tout à l’heure vers 15h55 j’ai été choquée par vos mots : vous dites: » vous verrez , c’est un joli son, en parlant de vos enregistrements des attentats. Madame comment peut-on prononcer de tels mots alors que nos entendons le Son de la mort! Je n’ai plus de mots . Je suis abasourdie triste . C’est affligeant de constater que le bruit des armes qui tuent vous donne le sourire à l’antenne !!!!!!!

Très fort très émouvant comme récit.

Beau travail, comme d’habitude, MERCI !!

Très dur à écouter… j’ai coupé au bout de 20 minutes, je reprendrai plus tard

Merci pour ce récit didactique.

J’ai écouté dans la voiture pendant ma tournée. Très émouvant ( en plus c’est lié a une autre tristesse familiale 😓) . J’ai failli éteindre la radio alors que ça ne m’arrive jamais pendant votre émission

Très belle émission, j’ai les larmes. Merci

Remarquables reportage et enquête. Mais terriblement glaçants

Une très très belle émission. Les blancs, les bruits, l’absence de commentaires, les témoignages, les musiques, tout y est. Poignant, viscéral, bref.

Malgré l’immense admiration que j’ai pour vos émissions, je me demande si le sujet d’aujourd’hui n’était pas trop… récent, tout simplement, pour y consacrer une émission ? Bien sûr, je réalise, en vous écoutant, que j’étais moi-même ce soir-là à la Bastille, que j’ai perdu des amis au Bataclan, et que donc ce fait divers n’est pas un fait divers comme un autre — comme ceux, historiques, passés, classés, que vous me faites découvrir, suscitant alors en moi plaisir, émotion, envie de se cultiver — mais au contraire, un fait absurdement réel, insupportable, intolérable, que je me force à oublier… Etait-il trop tôt ? ou bien ai-je tout simplement vieilli ? Je ne sais. Mais entendre, là, les balles qui ont tué mon ami en rafales sur France Inter me fait froid dans le dos, alors même que — devrais-je sans doute en avoir honte, c’est sans doute une illustration de la loi du mort-kilomètre ? — votre émission de la semaine dernière sur le juge Falcone m’a simplement donné envie de regarder la série Gomorra.
Je ne sais pas quoi en penser, mais je me devais de réagir.

Bouleversant et terrifiant à la fois. J’ai ressenti un profond malaise mêlé d’effroi, de peine, de colère. Merci pour cette émission. Je n’aurai pas le courage d’écouter le podcast…
Cette émission m’a bouleversé… les enregistrements audios sont très éprouvants à entendre. J’en ai eu la chair de poule, la gorge sèche et les larmes me sont montées aux yeux. Bravo à Fabrice Drouelle pour son professionnalisme…
Je peux même pas écouter tellement le bruit des balles m’horrifie. C’est terrible.
Effroyable, mais nécessaire pour ne jamais oublier.
Bravo pour la manière dont ça a été raconté et réalisé !
Beaucoup d’émotions…
« Affaires sensibles » hier avec Fabrice Drouelle et Sara Ghibaudo était de grande qualité : information, analyse et hommage très respectueux. Quelle qualité ce service public !
Je viens d’écouter Affaires Sensibles de FabriceDrouelle sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Chaque jour est un cadeau.
J’en ai écouté des Affaires Sensibles, c’est toujours ciselé, mais, là, quelle force, ce récit du 13 Novembre par Fabrice Drouelle et son équipe…

Si c’est dans Affaires sensibles la voix d’outre-tombe c’est un peu sa marque de fabrique… et les bruitages dans les docu-fiction aussi, mais en effet vu le sujet il aurait peut-être mieux valu éviter.

Il y a que moi que ça choque, le ton de M. Fabrice Drouelle, pendant qu’il nous raconte le déroulement de cette soirée atroce? il faut arrêter de surjouer le suspense comme ça avec des événements aussi « frais » dans nos mémoires: c’est choquant, racoleur, indécent et insupportable.
peut-être est-ce le ton employé systématiquement dans cette émission, que je n’écoute pour ainsi dire jamais ?
mais dans le cas présent, les vrais témoignages diffusés en parallèles sont déjà bien assez durs comme ça: pas la peine d’en rajouter.
merci de l’attention que vous porterez à ce message…



François Ruffin, invité de France Inter

Le gouvernement s’efforce de vendre le patrimoine public à marche forcée, dont Aéroport de Paris, à des investisseurs privés amis, dans le silence assourdissant des médias, pourtant conscients des enjeux écologiques (dans le cas d’ADP, l’extension du trafic, de l’aéroport, etc). Que faudrait-il faire pour que les Français aient connaissance du référendum RIP sur ADP et y apportent leur signature, sans l’aide des médias ?

Extraordinaire discours ce matin de Monsieur Ruffin c’est clair net raisonné étayé on voit que rien est dit au hasard. Bravo

Votre principe écologique et vos angoisses intègrent-elles le « dérèglement humain » à savoir le fait de livrer le corps humain à la toute-puissance de la technique ! Vous vous inquiétez du sort du Marais Poitevin et des insectes, avez-vous les mêmes inquiétudes quant au «meilleur des hommes » que l’on nous prépare avec l’ouverture du marché très juteux de la procréation et toutes ses dérives ! Être-vous un partisan de l’écologie globale ? Ou ce domaine reste il politiquement incorrect pour oser en conscience le défendre ?

Il faut que M. Ruffin apprenne à s’exprimer de façon moins stressante. Son stress est communicatif et très gênant, j’ai hâte que l’interview se termine et je suis tenté d’éteindre ma radio. Merci pour votre émission toujours très intéressante.

Juste un grand merci à M. Ruffin et à son discours. Merci de parler d’espérance. Merci pour son humilité.

Encore une fois je viens donner mon avis même si on me l’a pas demandé.
Très intéressant Monsieur Ruffin, je ne l’avais jamais écouté.
Effectivement, comment peut-on nous demander par exemple de ne plus rentrer dans Paris avec une vieille voiture alors que dans le même temps Madame La Maire supporte, subventionne l’équipe de foot du PSG qui se déplace en avion dans toute la France alors la Capitale est reliée à TOUTES les principales villes françaises dont celles que visite le PSG pour ses matchs. C’est un thème que vous devriez exploiter et pas comme c’est le cas, quelle taxe pour les automobilistes, que les riches baissent leurs activités. Même chez vous sur France Inter on nous bassine à longueur d’antenne ; vos principaux animateurs ; de ne pas manger de viande, de manger bio, de se déplacer en trottinette… et dans le même temps ils partent en voyage au soleil… bobos donneurs de leçons en fait.

Ce type me fait doucement rigoler, avec ses solutions à la con, clairement je ne veux pas de la société communiste que ce mec veut instaurer, ce type est juste un dictateur qui ne dit pas son nom. De plus les communistes on sait ce que ça donne. Le vrai problème c’est la surpopulation. Ce type veut nous imposer sa définition du bonheur, ben voyons. Un facho quoi. Un type sans conteste très dangereux. Ce qu’il ne comprend pas c’est que les humains une foi qu’ils n’ont plus faim veulent autre chose, on le voit avec les gilets jaune, ces gens ne meurent pas de faim. Voilà en vrac ma réaction à ce type.

Au lieu de nous servir la bouillie de la lutte des classes ressassée jusqu’à plus soif, et nous promouvoir une société qui n’a jamais fonctionné nulle part, que propose-t-il pour arrêter la démographie galopante, l’immigration massive, le montant des prélèvements obligatoires ?

Merci pour vos propos si humains sur les personnes vulnérables. Quel réconfort d’entendre cela. Mais vous n’êtes pas aux manettes du pays ! Quel dommage. Puissiez-vous être entendu par nos responsables. Merci bon courage.



Pèle-mêle

Enseignant en banlieue parisienne, engagé à gauche depuis toujours, je voulais dire ma satisfaction après avoir écouté ce matin l’édito politique de Thomas Legrand. Monsieur Legrand a su expliquer très clairement combien une partie de la gauche se fourvoie, sous prétexte de lutte antiraciste, avec des gens qui, selon moi, relèvent d’une extrême-droite religieuse, en l’occurrence islamiste. Monsieur Legrand a réintroduit de la complexité face à une vision devenue binaire qui pousse certains à fréquenter des gens infréquentables, des gens aux visions rétrogrades, ultra-conservatrices, sexistes, homophobes, complotistes et évidemment antisémites à l’occasion… le « musulman » fantasmé est devenu, pour certains, obsédés par le traumatisme réel de la colonisation, le nouveau damné de la Terre et peu importe que certains se servent de la lutte antiraciste pour avancer les thèses les plus nauséabondes, l’opprimé aurait toujours raison, même quand il rêve d’enfermer les femmes. Il faudrait rappeler à ces signataires de l’appel à manifester le 10 novembre prochain, ce qui est arrivé aux militants de gauche et aux femmes après la révolution iranienne devenue islamiste, à laquelle ils avaient eux-mêmes participé. Osons regarder en face cette manipulation de l’antiracisme et ce prétendu féminisme dont les finalités politiques sont dangereuses pour notre démocratie. Monsieur Legrand nous aide à y voir plus clair. Alors merci à Thomas Legrand pour sa lucidité et ce remarquable éditorial.

Je viens d’entendre sur votre antenne le résultat d’une étude sur la présence de plus en plus importante de la religion au travail. D’après le responsable de l’étude cette analyse est basée sur la religion en générale et ne fait pas de distinction d’une religion à une autre. Cependant tous les exemples cités par votre interlocuteur sont de toutes évidences presque en totalité lié à la religion musulmane (port du voile, prière sur le lieu de travail, ramadan, refus de travailler avec des femmes, pèlerinage,) et à aucun moment la religion musulmane n’a été cité sous prétexte que l’étude concernait l’ensemble des religions, alors qu’il apparaît clairement que c’est bien la religion musulmane qui prend de l’ampleur sur les lieux de travail. Quelle hypocrisie de la part de votre interlocuteur, s’il n’est pas capable de nommer les religions de plus en plus présentent alors son enquête ne sert à rien. Je suis très choqué que votre journaliste ayant posé la question se soit contenté de la réponse de votre interlocuteur : “ il s’agit d’une enquête toutes religions confondus”…. Pourquoi ne pas vouloir citer la religion musulmane est-ce un tabou ?

Je voudrais m’élever contre la diffusion, plusieurs fois, de propos problématiques tenus par le fils d’une victime de l’odieux attentat de Bayonne, sans que ces propos fussent jamais mis en perspective par les journalistes. Le jeudi 31 octobre dernier, dans le cadre d’un reportage intitulé « Attaque de la mosquée de Bayonne : « Un acte terroriste qui doit être reconnu comme tel », estime le fils d’une des victimes ». M. Abdelali Kariouh y dit ceci : « Je vais peut-être être méchant, mais si une synagogue avait brûlé, monsieur Macron serait déjà là ». Ce propos sous-entend qu’il y aurait deux poids deux mesures, mais aussi que le Président de la République aurait éventuellement un intérêt à répondre plus prestement aux agressions antisémites. Nul sait ce que pense profondément ce monsieur, mais il est clair que ce propos doit, pour le moins, être mis en perspective, ce qui ne fut nullement le cas. Non, notre République ne fait pas de différences entre ses citoyens. Cette vision communautarisme, paranoïaque et victimaire est pourtant passée sans qu’il semble qu’une seule personne de la chaîne ne se soit interrogée. Cela est très inquiétant car France Info se porte ainsi complice de la diffusion de propos au minimum soupçonneux jusqu’à pouvoir être complotistes et, éventuellement antisémites. Je suis tout simplement consterné par l’expression de telles considérations sur France Info.

J’écoute le plus souvent France Culture, mais il m’arrive de passer brièvement sur France Info, et à chaque fois je suis éberlué par la tonalité militante, et non informative, des reportages. Ainsi aujourd’hui, à propos des annonces du gouvernement sur l’immigration économique, nous n’avons pas eu des journalistes qui informent, mais des militants qui diffusent leur propagande (salmigondis de B. Hamon et CGT). La station mériterait d’être renommée « France propagande gauchiste » (la gauche de gouvernement, c’est autre chose), mais surtout de ne plus être financée par le contribuable.

Hormis France inter et France culture qui restent des valeurs sûres pour traiter les informations et nous les faire connaître avec justesse, je constate aujourd’hui le faible niveau des journalistes et des invités qui prennent part aux débats organisés sur les chaînes publiques télévisuelles. Où sont les journalistes, les vrais, pas ceux qui récitent leur leçon selon ce qui leur a été demandé pour faire la promotion d’un homme ou d’un projet politique. Où sont les journalistes de la trempe de PPDA, capables d’avoir un avis personnel et de savoir l’expliquer, capables d’avoir un avis différencié qui ne colle pas forcément à la chaîne qui l’emploie ? Le jour de l’incendie de Lubrizol à Rouen, j’ai essayé en vain d’avoir des infos MAIS toutes les chaînes publiques, ce jour-là, sont restées muettes pour couvrir l’information du décès de Jacques Chirac comme s’il ne se passait rien de particulier à Rouen. Je n’ai rien contre ce Président mais la moindre des choses c’était de décaler le sujet pour informer sur Rouen. J’en ai conclu que tous ces gens-là ne sont pas libres de traiter l’information. On a l’impression d’avoir à faire à des robots programmés. Vraiment, il ne faut pas s’étonner que les téléspectateurs préfèrent internet ! On s’ennuie et ces chaines ne remplissent pas leur mission qui consiste en premier à relater ce qui se passe dans le monde, avec intelligence. J’espère qu’une prise de conscience pourra remédier au délabrement constaté chaque jour y compris dans le choix des invités qui participent aux débats. Merci d’essayer aussi de diminuer les publicités car c’est devenu indigeste par excès. Merci Mme la Médiatrice pour votre écoute et bonne journée.

Vous publiez un sondage du syndicat SNES FSU au sujet des conditions de travail qui dégradent la santé des enseignants au cours des derniers mois. Enseignant du second degré, fonctionnaire d’Etat, je suis peu surpris par ce résultat étant donné qu’il représente le syndicat lui-même : toujours plus de postes, toujours plus de moyens sans jamais remettre en question sa façon de travailler ni faire avancer les choses. Le climat anxiogène est véhiculé par ces « ventilateurs à angoisse ». La rentrée n’a pas été pire que les années passées. Oui un « sentiment de perte de sens » car le référentiel a changé, l’école du Décrét de 1950 n’est plus l’école du XXIème siècle, les élèves ne sont plus les mêmes. Depuis le lancement de la réforme du lycée et notamment cette rentrée, il n’y a pas eu un jour sans que les boîtes professionnelles soient inondées de courriels émanants des syndicats pour critiquer les réformes, mais en attendant, aucun courriel de ces expéditeurs ne concernent la pédagogie, les nouvelles pratiques, l’apport des sciences cognitives… Bref, le coeur même du métier. Quant à la dégradation de la santé au sortir de deux mois de vacances et de quinze jours de vacances après sept semaines de travail (à 18h…) … à méditer ! Cordialement, Nicolas Néant Un enseignant heureux dans son métier.

Deux fois depuis le mois de septembre, France info a cité à l’antenne des résultats de sondage concernant le ressenti des enseignants face à leur métier. Merci de mettre en avant cette problématique mais je trouve que la méthodologie est contestable. Vous citez bien à l’antenne votre source, le SNES, mais vous n’insistez pas assez à mon avis sur le fait que c’est une source syndicale dans une période de contestation de la réforme du baccalauréat. Avez-vous demandé au SNES la nature du panel interrogé ? Les syndiqués du SNES ou un échantillon représentatif de la population enseignante avec la méthode des quotas ?

Mercredi sur France Info après avoir donné un % qui conduirait au suicide son prof de math le journaliste titre « les enseignant sont à bout  » ; ignorant que 50 (chiffre 2018) c’est bien en dessous de la moyenne nationale pour la population ; et qu’il reste à démontrer que tous soient liés à la profession. J’attends de France Info, pour des raisons que je n’ai pas besoin de vous développer autre chose que de l’ensemble des médias. Ce n’est pas la première fois que je remarque le peu de « journalisme » d’une radio que j’écoute tous les jours pour sa forme et pas son contenu. Attention vous devenez la médiatrice de Gala

Je me permets de vous faire par de mon écœurement par rapport à la façon dont est présentée l’information sur la mort de Sophie le Tan. Sophie le Tan était une personne. L’information selon laquelle son corps a été démembré a été largement apportée et reprise. Elle est encore aujourd’hui répétée, à longueur de bulletin d’information et de bandeaux. Cette répétition me semble injustifié, inutile et un manquement au respect pour elle, pour la douleur de sa famille et de ses proches. Se contenter de confirmer une concordance d’ADN m’aurait semblé montrer de respect, de compassion, d’humanité et de professionnalisme. Qu’en pensez-vous ?

Ce matin à 7h30 était interviewer une personnalité proche des Insoumis qui s’opposait au fait que le président ait donné une interview à « Valeurs actuelles » le président a-t-il besoin d’un directeur de conscience?
Critiqué le fond le d’une interview va de soi, cela fait partie du débat, mais critiquer le fait de donner une interview à un journal quel qu’il soit est pour le moins bizarre, ou alors il faut interdire ce journal pour atteinte à la sécurité de l’état. N’est-ce pas alors une atteinte à la liberté de la presse? Cela ne montre-t-il pas que le jour où les Insoumis viendront au pouvoir ils en viendront à interdire certains journaux qui leurs déplaisent ?
N’est-ce pas une forme d’amalgame qu’ils dénoncent par ailleurs lorsqu’il s’agit de musulmans, donner une interview à un journal voudrait dire que l’on est d’accord avec la ligne éditoriale du journal, bizarre cela rappel les procès de Moscou! Si Emmanuel Macron donne une interview à l’Humanité cela voudrait dire qu’il est devenu communiste?
Mais le pire dans cette affaire c’est que France culture, excellente radio par ailleurs , radio publique donne complaisamment la parole à ce type de personnage.

Écoutant régulièrement France Culture, j’ai été surpris ce matin d’entendre Valeurs Actuelles désigné comme ‘hebdomadaire d’extrême-droite’ (alors même qu’il avait été affublé de titre de ‘magazine de la droite conservatrice’ la veille). C’est un jugement de valeur qui ne recouvre pas la réalité et qui pourrait à mon avis faire l’objet d’un recours en justice.
D’autre part, je ne comprends pas pourquoi on entend toujours (sur France Culture mais plus encore France Info) parler d’extrême droite mais jamais d’extrême gauche (désignée comme France Insoumise ou gauche radicale). Pourquoi ne pas parler de droite radicale et d’extrême gauche ?!

Journal de 12h30. Ni en titres ni dans son corps, le journal de France Culture n’indique que le Parlement britannique a décidé, dans la soirée de mardi, de répondre au vœu du Premier ministre Johnson en votant la convocation d’élections législatives.
Même  »traitement » au grand journal de France Inter de 13 heures.
Or depuis des semaines les principaux journaux parlés de ces 2 chaînes (Je ne parle que de celles que j’écoute) ont réservé aux multiples péripéties du Brexit un traitement de choix, particulièrement abondant, mettant d’ailleurs systématiquement l’accent, et souvent avec ironie, sur les déboires de Boris Johnson. Que signifie donc cet abstention, cette omission pour le moins voyante ? Que la convocation d’élections générales en Grande-Bretagne dans le cadre du Brexit serait un événement secondaire, indigne d’être rapporté dans les grands journaux de la mi-journée ? A qui fera-t-on croire pareille galéjade ?
Le vote d’hier soir peut -au contraire- s’analyser comme une étape absolument déterminante dans le bon achèvement du processus de sortie de l’Union Européenne, M. Johnson ayant toutes les chances, semble-t-il, de se trouver à la tête d’une nouvelle assemblée beaucoup plus encline à faire aboutir ce processus.
L’omission que je pointe n’en est que plus choquante.
Manipulation de l’information ? Je n’hésite pas à soulever la question.

« L’esprit public » par Emilie Aubry évoque comme dans les journaux de
France Culture en présentant plus ou moins le média conservateurs Valeurs Actuelles comme étant d’extrême-droite. De plus en parlant de l’auteur de l’attentat (terroriste ou non) contre une mosquée comme un admirateur de Zemmour : faisant donc porter à ce dernier plus ou moins directement la responsabilité de cet acte odieux. En suivant le même type de raisonnement, on devrait donc faire porter la responsabilité des actes antisémites à tous les admirateurs de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline, et notamment tous ceux qui ont porté le projet de faire de lui « l’année Céline » ou défendu le projet de la réédition, projetée par Gallimard, des pamphlets antisémites du célèbre écrivain : avec un gouvernement semblant prêt à donner son feu vert. Quant au sujet sur le Liban, il est à nouveau étrange que lorsqu’il a été question du Hezbollah, la dénomination « mouvement terroriste » n’a pas été évoquée, d’autant plus que les déclarations de ce mouvement contre Israël, risque, en réaction si elles sont suivies de fait, de
mettre le Liban à feu et à sang.

Une de vos priorités c’est de chercher un moyen d’endiguer le danger du rassemblement National . Votre slogan c’est « France Culture l’esprit d’ouverture. »

Dans le journal de 09h sur France Culture, le magazine « Valeurs actuelles » a été décrit comme étant « d’extrême-droite »: qualification assez surprenante venant d’un média prônant « l’esprit d’ouverture ».
Hors de France le magazine est considéré comme « conservateur ». L’approche rédactionnelle donc semble être celle d’un militantisme d’extrême-gauche. Et en tout cas n’ayant aucun rapport avec une approche neutre d’un journal d’information qui devient ainsi un média stigmatisant.
Dommage…

Interview Audrey Pulvar samedi France Infos amalgame droite/ extrême droite super dangereux.

« Grand » auditeur de France-Info (et de Radio France), je voulais vous dire que je me suis senti assez insulté lors de l’ITW sur France Infos d’Audrey Pulvar (samedi matin), lorsqu’à la question pleine de connivence : « qu’avez vous pensé de l’ITW donné par Emmanuel Macron à Valeurs Actuelle ? » celle-ci a affirmé qu’elle était scandalisée parce que Valeurs Actuelle est un journal d’extrême droite…etc,
Je suis un auditeur de droite et plutôt de droite classique. Il m’arrive de lire Valeurs Actuelle de temps en temps. J’ai lu d’ailleurs avec intérêt celui du Président Macron la semaine dernière. Je n’ai jamais été pour autant d’extrême droite et je trouve scandaleux et proprement stupide d’amalgamer, comme parfois c’est fait sur Radio France une droite (apparemment assez peu appréciée de la rédaction et totalement honnie par la gauche qui pense bien) et l’extrême droite. Ce ne sont pas les mêmes valeurs (contrairement à ce que l’on pense)
L’extrême polarisation actuelle de la société française devrait vous alerter sur ce risque d’amalgame. Les « personnalités comme Audrey Pulvar, poussées par leur désir d’exister et d’expliquer qu’il est indispensable de penser comme elles, enveniment le débat. Je vote et voterai toujours pour un candidat républicain. Mais le mépris et la confusion d’Audrey Pulvar devrait faire réfléchir au fait que si un jour, le RN trouve un candidat qui ne soit plus un(e) Le Pen, et sois un peu plus malin je crains vraiment un scénario où cette droite traditionnelle et républicaine traverserait le plafond de verre.
En fait, je pense que Valeurs Actuelle doit être traité comme un titre de droite, certes sans doute très conservateur et réactionnaire, ok. Mais il a toute sa place dans le paysage journalistique Emmanuel Macron fait à la fois un bon calcul politique et apporte une reconnaissance somme toute normale à un journal qui a un lectorat fort.
Tout ce qui exclut, tue.
Je pense qu’une grande radio comme France Infos doit faire attention à cela. Ce qui n’a pas été le cas samedi dernier.

Je suis écœurée, bien sûr, il faut laisser la parole aux 2 partis, mais les chasseurs me semblent peu crédibles.
Les écolos achètent des territoires dont il ne font rien ?
Bien avant le lobby des chasseurs, les forêts, la nature se gérait sans la main de l’homme, et si nous disparaissions, elle se reconstruirait sans nous les hommes, premiers et ultimes nuisibles ! Vous ne pouvez vous comparer aux chasseurs d’antan ? Écolos les chasseurs ?
Tiens donc on ne vous voit pas beaucoup ramasser vos cartons, bouteilles de bière, ni vos cartouches, culots, qui POLLUENT !!! Régulation ?
Avant que de tuer des sangliers, par exemple en surnombre, tout d’abord pour satisfaire des chasseurs qui paient de grosses sommes pour une action de chasse, on va lui livrer du gibier bien docile, sur le chemin, et pourquoi, parce que bien avant sur des chemins, toujours les mêmes, on les nourrit, et quand une laie ne connait pas de disette et bien elle a plus de petits, voilà et ensuite, Messieurs les Chasseurs nous diront qu’ils sont utiles au système, ahahah quelle farce. Tout ça c’est mercantile, point ! Et puis grâce à notre Président les permis sont bradés, depuis ce temps beaucoup plus d’accidents, et le promeneur lambda peut être inquiet. C’est incroyable, même le dimanche on ne plus aller se promener en toute quiétude. Quand un club de randonnée organise une marche il lui faut aviser les chasseurs, on marche sur la tête. Nous ne sommes pas idiots, comme en Amérique, le lobby des armes nous tuera !

Juste une petite observation personnelle sur le sujet :la nature se débrouille très bien pour se réguler sans l’intervention de l’humain quel qu’il soit. Je trouve les chasseurs très gonflés de prétendre s’occuper de cela alors que, par exemple, ils nourrissent les sangliers pendant tout l’hiver pour en avoir plus à « zigouiller ». En général vous trouvez des miradors à proximité des points de nourrissage??? Mais en plus tout le monde se plaint qu’il y a trop de sangliers et que l’on en arrive plus à bout. Vas comprendre. Et là je ne parles que des sangliers.

Mais de quoi parlez-vous, du racolage des politiques candidats à une élection ou de la gestion de certaines espèces animales, la contraception ne marche pas.

Poser 15 appelants de ramiers en plastique dans un champ et tuer tous les ramiers qui, oups, croient reconnaître un des leurs: où est l’amour de la nature ?

Les présentateurs des bulletins météo citent fréquemment des régions administratives qui n’existent plus depuis la réorganisation territoriale intervenue en 2016. Par exemple, ce soir encore Jean-Pierre Hameau a cité les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon alors qu’elles ont fusionné pour former la région Occitanie. Il serait donc opportun de se mettre à jour ! Cordiales salutations.

les nouveaux gourous de France Inter
Je vous fais part de mon profond agacement sur les apparitions contestables des nouveaux oracles coqueluches des éditorialistes et journalistes : Daniel Kohn Bendit et Bernard Guetta , mis à rude contribution en ce temps de 30e anniversaire de la fin du mur de Berlin .
A part insulter la chaine qui l’invite , le premier apporte des opinions qui le regardent , mais il a depuis longtemps perdu à mes yeux toute crédibilité à cause d’une mélasse idéologique digne de la girouette d’Edgar Faure .Son
bilan dans l’action politique PRATIQUE depuis 20 ans m’a totalement échappé . Pourquoi lui marquer alors tant d’égards et tant d’audience à cause de son seul fait d’armes : Avoir occupé la Sorbonne en 68 .
Pour le second , après nous avoir traités de pauvres crétins en 2005 , il nous a trompé sur ses liens avec la REM qui jettent un doute rétroactif sur ses chroniques . Ou est la déontologie du journaliste ??



Daniel Cohn-Bendit invité de France Inter

Encore M. Cohn-Bendit ce matin pour nous donner la bonne parole ! (et accessoirement commencer la journée NRV !) Mais non la RFA n’a pas annexée la RDA, c’est ce que peut penser tout bon notable ouest allemand qui ne jure encore que par la générosité dont a fait preuve la RFA à l’époque pour « accueillir » ses citoyens égarés par près de 40 ans de séparation. Mr Cohn-Bendit est un allemand de l’ouest pas de l’est. Comment peut il parler à la place des gens de l’est et pourquoi ne pas demander directement aux acteurs du mouvement de protestation qui a fait tomber le régime de la RDA leur ressenti à eux. Car c’est bien d’eux dont il s’agit aussi. C’est à eux qu’on a demandé d’être comme les allemands de l’ouest (avec la perte de repères culturels, sociétaux…) et non le contraire.
J’ai tout au long de l’entretien été choquée par le discours de MrCohn-Bendit, que ce soit sur l’Allemagne, puis sur Mr Mélanchon, le voile… Qui est il pour donner son avis sur tout ? Un ancien de 68 (c’était il y a plus de 50 ans), qui pour cela , trône sur un piédestal et est incapable de remettre en question une représentation verticale du pouvoir ? Il serait temps de dire effectivement stop à la nostalgie et de donner, enfin la parole à des jeunes ou des anonymes qui peuvent aussi avoir un avis intéressant et argumenté sur les mêmes sujets.
Laissons maintenant le bien loin Dany le rouge à une retraite paisible et à ses matchs de foot.

J’ai beaucoup apprécié l’intervention de Daniel Cohn-Bendit. Je partage l’avis de l’auditeur qui dénonce l’atmosphère anxiogène des antennes qui nous invitent à ne plus faire de SMS à culpabiliser dès qu’on respire un peu trop fort etc… L’écologie oui mais ne craignez vous pas pas d’user le plus grand nombre.

Le traitement de l’information, face à la complexité, n’est certes pas chose facile. Mais l’exemplarité d’un média public comme France Inter est souvent en cause quand des bribes d’informations sorties de leur contexte sont mal utilisées, voire peuvent conduire à des interprétations totalement erronées (sans aller jusqu’à penser que cela puisse être intentionnel).
Deux exemples :
1 Débat sur le voile: marteler le propos de M Blanquer sur sur sa défaveur en ce qui concerne le port du voile dans l’espace public, sans expliquer le point de vue du Ministre c’est jeter bêtement de l’huile sur le feu .En tout cas on ne traite pas ce type de sujet à la va vite, car le risque est de rester dans la médiocrité de la simplification.
2 J’ai entendu M Cohn-Bendit expliquer pourquoi M Macron s’opposait à l’extension de l’Europe dans l’état actuel du fonctionnement de l’exécutif européen. Je n’avais jamais entendu cela sur l’antenne de France Inter auparavant. Les journalistes, en ne faisant que rapporter l’opposition de M Macron à l’élargissement sans en rappeler les raisons biaisent fondamentalement l’image du président.
Merci d’inviter des paroles libres comme M Cohn-Bendit.
Vous conviendrez que qualifier France Inter de radio nostalgie socialiste est souvent mérité.
Je n’écoute que France Inter, mais le manque de nuance dans le traitement de l’information, et l’accueil plus ou moins bienveillant des interviewés devient agaçant.

Je dis bravo à M. Cohn-Bendit pour son intervention de ce matin. Une belle énergie !

Je suis admirative de votre self -control, face à l’agressivité de Daniel Cohn- Bendit …. Autant de mépris de la part de quelqu’un d’un tel opportunisme est-il supportable ??? Après le 07h50 de Cédric Villani. Je pense que vous avez eu le combo gagnant, aujourd’hui…. Hier, Jean-Luc Mélenchon avait, aussi bien craché sa rage sur votre journaliste et son équipe. Etes-vous vraiment obligés d’accepter ce mépris pour votre très respectable métier ???? Nous avons tous nos contraintes professionnelles, mais n’acceptons pas l’inacceptable. J’écoute France inter depuis mon enfance, j’y ai découvert la culture, l’info, l’humour décalé et le 12ème degré, voire plus. Continuez et claquez-leur le beignet, quand ils dépassent les bornes….

Ce matin encore, M. Cohn Bendit ! Et pourquoi pas demain M. Eric Woerth ? Comment faire vivre la démocratie et intéresser les moins âgés si seules les voix du siècle dernier ont droit à la parole ? En général j’écoute avec intérêt les idées qui ouvrent le débat. Ce matin, déçu, j’ai éteint la radio. C’était pourtant rafraîchissant d’entendre M. Villani, même si je ne partage pas ses idées. Mais après… Des municipales à l’horizon : allez chercher les candidats de moins de quarante ans qui veulent bien se dévouer pour leurs concitoyens, quel que soit leur courant de pensé. Vous avez une mission de service public et je vous donne acte de votre engagement. Mais renouvelez vos invités s’il vous plaît.
Un auditeur inconditionnel de France inter et plus largement de Radio France :
Bernard (de Toulouse).
Ps : Trop de publicité, vous n’avez pas choisi, c’est vrai. Mais faites savoir à la tutelle que les auditeurs n’ont pas oublié combien ils peuvent s’en passer.

Cher France Inter, Léa et Nicolas, Laissez-vous bousculer un peu par vos invités, c’est plein de vie et d’altérité sans vous mettre à mal.
Bravo pour vos émissions.
Vive France Inter, sa liberté, sa vigueur et son originalité.

Pourquoi France Inter s’obstine-t-elle à inviter aussi souvent Daniel Cohn Bendit ? C’est un bateleur qui ne représente que lui-même, un éternel donneur de leçons à qui l’histoire a toujours donné tort, et qui, aujourd’hui, suinte le mépris et la condescendance pour la station qui l’invite. Et ses auditeurs, comme l’a fait remarquer Léa Salamé. Et si la rédaction de France Inter (et Léa Salamé, entre autre) le mettait un peu sur pause ? Ne l’invitait que lorsqu’il aura quelque chose à dire – ce qui revient au même.

Je commence à trouver indécent que Mr Cohn-Bendit soit un invité récurrent de France Inter. Il y a quelques semaines , il était l’invité du Grand Face à Face d’Ali Badou.
Je me demande comment un retraité de la politique, à l’humeur souvent vindicative, aux mœurs indécentes et à la conviction politique plus que fluctuante puisse être aussi souvent invité sur votre antenne.
Je parle en mon nom, mais pour avoir évoqué le sujet avec plusieurs auditeurs et auditrices de mon entourage, sa présence sur vos ondes est controversée et agace.
Si vous me parlez de liberté d’expression; je vous réponds qu’il y a des acteurs du quotidien, de l’ombre qui aurait des expériences de terrain beaucoup plus constructives à partager sur vos ondes.
J’ai donc éteint ma radio le temps de son entretien.

Pourquoi avons nous dus supporter M. Cohn Bendit encore ce matin ? Qui représente t-il ? Pourquoi il ne reçoit aucune objection quand il énumère des contres-vérités ? Bref déjà le lundi matin est difficile nous imposer des personnes comme lui ne fait que le compliquer. Ras le bol aussi que vous ne fassiez pas d’effort pour respecter la parité dans vos invités à 8h20.

Il y a (trop) longtemps que l’on avait pas entendu M. Cohn Bendit sur cette radio (de déni de service public), un peu d’entre-soit et de confraternité ne peut pas faire de mal !
Il manque simplement MM. Goupil, Levy et Attali ou Minc pour compléter ce lot d’escrocs !
Un auditeur pas dupe et qui ne vous remercie pas de la faible qualité de vos émissions



Harcèlement à l’école

Mère de deux enfants, j’aimerais témoigner de la non-réaction des enseignants et des chefs d’établissement face au harcèlement scolaire. Mon fils qui a 18 ans aujourd’hui a été victime de harcèlement depuis la maternelle et frappé en récréation. Bien sur, malgré mes réclamations de maman, tout à été nié, mon fils a ensuite fait de la phobie scolaire et a été déscolarisé pendant 2 années. Aujourd’hui je me bas chaque jour pour que mon fils puisse continuer sa scolarité…

Je suis prof en bac pro, j’entends le « pas de vague », qui me fatigue… Mais où sont les adultes pour les protéger ? Un de mes élèves victimes depuis des années qui a changé de lycée a encore fait une crise aujourd’hui. Que font les adultes pour protéger les enfants?

En plus des violences que la personne subit, il y a quelque chose de pire : c’est la complicité par inaction. Le pire ce sont les autres camarades, parfois même de bons camarades, qui se mettent du côté des harceleurs parce que c’est plus facile et là on comprend ce que c’est que la collaboration. C’est de la lâcheté ni plus ni moins et je crois que, au-delà du harcèlement, il faudrait communiquer autour de la lâcheté et du laissé faire auprès des enfants.

Je témoigne car j’ai été victime… mais aussi témoin « passif » et si l’on reste, passif, c’est souvent pour ne pas devenir nous même victime.

L’être humain (et même l’être vivant !) est ainsi fait que chaque individu tente de conserver le dessus sur son prochain sous peine de se retrouver en position inférieure. Ce schéma se constate à tous les niveaux des relations entre les hommes. (Tous âges, tous niveau de relations…) Une voie (bien difficile à trouver) ne consisterait-il pas à faire prendre conscience dudit schéma à l’adolescent et de réussir à lui apprendre à gérer sans tomber dans quelque excès de violence. Certains individus même jeunes parviennent à ce résultat. Je suis un homme de 58 ans, je me souviens, enfant et ado d’avoir été harcelé, parfois un peu harceleur aussi et mes deux enfants (adultes maintenant)ont connu des situations identiques. Nous en avions alors parlé. Certains problèmes ont été contournés, d’autres non.

Qui des surveillants, qui sont sur le terrain, dans la cour, les couloirs ? Ils ne sont pas formés, souvent peu qualifiés… Il faut les former !

J’ai tour à tour été confrontée au harcèlement via mon fils puis en tant que professionnelle j’en ai été témoin.
Mon fils en seconde a subi du harcèlement de la part de ses « copains ». Cela n’a pas été évident de le comprendre. C’était il y a 3 ans. Le lycée a réagi de suite et cela a permis à mon fils de savoir qu’il n’était pas responsable et d’être vigilant face à cela.
En tant que professeure des écoles l’an passé j’ai dû mettre en place un protocole anti harcèlement dans ma classe (petite école de campagne ). Il m’a fallu batailler face au collègue directeur qui niait les faits. Les 2 enfants allaient mal . La principale victime disait souhaiter mourir. Les patents du harceleur ne voulaient pas entendre.

J’ai 44 ans et passée toute ma scolarité dans un village, où l’on est catégorisé depuis la maternelle, sans pouvoir en sortir, sans pouvoir choisir ses amies car trop peu nombreux dans la cour d’école, surtout lors de la pause méridienne. Au collège, j’ai passé de durs moments entre autre on me donnait des claques. Mais à l’âge adulte, par l’intermédiaire des réseaux sociaux, une des filles s’est excusée. Cela m’a fait énormément plaisir, car je la voyais comme une fille très malheureuse à l’époque et de voir qu’elle s’était aperçu de son comportement j’étais heureuse pour elle.

Notre fils harcelé pendant des mois avec des propos racistes (il est d’origine vietnamienne). Le collège bien que prévenu n’a rien fait. Un jour notre fils amène au collège un couteau suisse qu’il a gardé au fond de son cartable, mais il a été dénoncé par ses harceleurs parce qu’il les a menacé verbalement. Résultat il est passé en conseil de discipline et à, été convoqué à la gendarmerie. Exclusion définitive avec sursis et rappel à la loi. Les harceleurs, bien que nous ayons porté plainte, n’ont rien eu.

Mon fils faisait partie d’une bande harceleuse au collège. En tant que parent j’ai réussi à inciter mon fils à faire intégrer l’enfant harcelé dans la bande en l’obligeant à l’inviter à la maison ; ils sont devenus copains… Les parents d’enfants mineurs devraient ouvrir l’œil pour éviter les harcèlements de la part de leur enfant…

Pour que l’institution se saisisse il faut aussi des éléments factuels et des témoignages. Souvent les élèves pensent que l’on sait et et que l’on vit et voit leur quotidien de souffrance. Je suis CPE. Je sensibilise les élèves les délégués pour qu’ils viennent nous voir si un élève est en danger. Car hélas nous sommes toujours les derniers au courant.

J’interviens très régulièrement dans les écoles dans le cadre d’activités théâtre… je voudrais témoigner du fait que la tolérance et le respect sont enseigné de manière théorique à ‘école mais que dans les faits les enfants sont soumis aux feux permanents du jugement des adultes et aux injonctions effarante d’une société très normative… Et si le comportement des enfants était le reflet du monde des adultes ? Et si le harcèlement était l’expression extrême de ce que la société propose comme modèle ? je vous remercie pour votre émission…

Harcelé au collège, j’ai réussi à m’en sortir non en en parlant mais en changeant profondément ma personnalité. A l’été entre la 3e et le lycée, j’ai décidé de ne plus être une victime et de changer les comportements et ma personnalité pour ne plus attirer les harceleurs comme au collège. Cette stratégie a marché mais au final, ce sont bien les harceleurs qui ont gagné. Ma vie serait sans doute très différente aujourd’hui si je n’avais pas été obligé de faire cette transformation

Pensez-vous qu’il faudrait regarder un peut plus loin chez les harceleurs?
J’ai harcelé une fille au lycée… 20 ans plus tard et quelques rendez vous avec un psy, je me rends compte que j’ai été harcelé psychologiquement par mon père durant mon enfance.

Bonsoir, je voudrais vous dire que ce qui me semble essentiel aussi pour lutter contre le harcèlement scolaire est la sensibilisation des enfants. Certes le rôle des adultes est fondamental pour le limiter mais celui de jeunes garçons et filles conscients de la souffrance de leurs camarades et susceptibles de les aider est essentiel. J’ai moi-même, en primaire, soutenu une des mes camarades de classe en butte au harcèlement et je pense que ma présence auprès d’elle a été très importante…

On ne fait que parler des problèmes sans apporter de solution. Dans d’autres pays il y a des systèmes en place qui marchent bien : des élèves sont formés à être des moniteurs et médiateurs pour les autres et patrouillent dans la cour et récompensent ceux qui font de bonnes choses. Les profs des écoles primaires forment les élèves aux techniques de CnV et font des jeux de rôles pour armer verbalement et psychologiquement les élèves contre le harcèlement. Ainsi on donne les moyens aux élèves de se défendre avant d’en arriver à l’adulte

Je suis particulièrement touchée par le thème de votre émission car mon fils a subi le même harcèlement que le jeune homme au sujet de ses cheveux et à la même époque.J’élevais seule mon fils et possédais un logement au rez de chaussée sur le chemin du collège.J’ai très vite connu ce harcèlement, je ne me souviens plus si c’est mon fils qui me l’a dit ou si je m’en suis rendu compte par moi même.Je pense que c’est la 2nd hypothèse car toute une bande bêlait régulièrement et je ne pouvais que l’entendre.Evidemment j’ai pris la défense de mon fils mais il se trouve que je suis frisée moi même et par dessus le marché nous possédions un petit bichon frisé.J’ai alerté le principal du collège mais il n’y a eu aucune réaction, ou plutôt oui, comme l’ont dit de nombreux intervenants , c’était de la faute de mon fils.Un jour que j’étais à mon travail le collège m’a appelée, mon fils avait fugué du cours de gym qui avait lieu dans un parc public équipé de structures sportives,le collège étant neuf ne possédait pas encore ses propres équipements.En dehors de sa vie scolaire, mon fils allait très souvent dans ce parc public, très près de notre domicile.Affolée, j’ai quitté mon travail.Mon fils n’étant pas au domicile,je me suis rendue dans le parc au + vite,où le professeur donnait un autre cours.En m’approchant de celui ci,j’ai entendu un « psst », mon fils était à quelques mètres du professeur caché derrière un arbre .En réalité, il n’avait pas bougé de derrière son arbre, le professeur ne l’avait même pas cherché.
Une confrontation a eu lieu avec la CPE entre le professeur, mon fils et moi même.A ce moment mon fils nous a déclaré que le professeur ignorait ses prénom et nom et l’affublait d’un surnom moqueur.Mme la CPE a demandé l’identité de mon fils au professeur, celui a été incapable de nous le dire en argumentant qu’il l’avait oublié car il était nul en sport.Mon fils était un grand asthmatique, dès l’age de 3 ans il avait fait un séjour en maison sanitaire à Font Romeu et ne se séparait jamais de sa ventoline. Bien entendu lors du remplissage des documents de début d’année je n’avais pas omis de signaler un tel état de santé.Et j’ai fait faire un certificat médical de dispense pour qu’il n’ai plus à subir la bêtise de cet homme.
J’ai donc réalisé à cet instant que le harcèlement n’était pas uniquement dû à la bande mais que les enseignants pouvaient être absolument acteurs conjointement de harcèlement.
A partir de là, ça a été le point de rupture pour moi même,la peur constante de ce qui pouvait arriver à mon fils dans la rue autant qu’en classe m’a conduite à la « dépression ».
Conjointement tout s’est emballé.Des attaques en lançant sur mon fils les conteneurs de poubelles, ma façade et ma voiture dégradées, les roues de son vélo avec lequel il se rendait au collège constamment crevées, des pétards » lancés contre nos chiens sur la terrasse …j’ai eu beau porter plainte,je n’ai eu aucune satisfaction. Plusieurs membres de la bande étaient des enfants d’employés municipaux,ils étaient manifestement couverts par le maire.
Un jour que j’étais hospitalisée pour « dépression » et que j’avais confié la garde de mon fils à une couple « de confiance » logeant dans la même commune et moyennant finances, une éducatrice est venu chercher mon fils à la sortie du collège sans que j’en soit informée.
J’ai appris plus tard que la femme de ce couple avait signalé aux autorités un enfant manifestement en danger auprès de sa mère hospitalisée dans un service psychiatrique.Il était constamment triste chez elle.
J’ai commencé à être véritablement critiquée dans mes valeurs éducatives par des éducatrices qui n’avaient pas d’enfants elles-mêmes.Elles avaient la prétention de m’enseigner la bonne attitude en me soufflant,chez moi, dans un logement où vivait un asthmatique,la fumée de leurs cigarettes dans la figure , moi, qui ne fumait pas, ne buvait pas, ne me droguait pas, préparait déjà des repas bio à mon fils…
Il paraissait que j’étais possessive parce que je ne souhaitais pas que ce gosse de 12 ans sortent au delà de 20 h ( c’était dans la région de Montpellier) alors que les autres avaient ces autorisations jusqu’à…ça n’a pas d’importance, c’était n’importe quoi.
Bref! Comme j’étais divorcée,l’idée suivante géniale a été de demander à son père qui ne s’était jamais occupé de lui, s’était remarié à une enseignante et vivait à Orléans de le prendre en charge.
A la fin de l’année scolaire, mon fils n’a plus voulu rester chez eux,la »belle-mère » savait tout et critiquait sa façon d’être et son style vestimentaire .Ça pouvait passer pour une continuité de harcèlement, décidément ce gosse le faisait exprès.Il faut dire que personne n’avait demandé l’avis de la belle-mère recevoir ce pré-ado chez elle.Comme je vous l’ai dis au début de ce message qui se transforme en confession, il était frisé.Plus que cela, crépu comme une personne noire.Il voulait donc des dread-locks et j’avais accédé à sa demande, je trouvais ça rigolo mais Mme la belle mère l’a poursuivi un an pour les lui faire couper, à son avis ça faisait sale.
Il aurait pu revenir chez moi.Et bien non, il a été placé en maison de protection infantile.
Alors là, j’ai vraiment pété les plombs puisque mon rôle était de ne pas être normale.Parce que mon fils a refusé de revenir chez moi.Avec le recul de presque 20 ans je comprends maintenant, à l’écoute des témoignages de harcelés, que, sans doute,refuser de revenir chez moi,ne correspondait pas à me refouler mais devait correspondre à une peur de se retrouver dans un environnement si néfaste, les harceleurs n’ayant pas bougé de leur petit confort.
Mais je me suis sentie rejetée par lui et bêtement…j’ai rendu la pareille!
Les années qui ont suivies, je n’ai fait que signer ce qu’on me demandait de signer pour ses études.Puis, à ses 18 ans, j’ai payé la caution d’un studio qu’il a quitté sans laisser d’adresse en le laissant dans un état épouvantable, je me suis retrouvée avec un huissier sur le dos alors que je n’avais pas vu mon fils depuis 4 ou 5 ans.
A l’époque de cette vie infernale au collège, le festival Radio France-Montpellier présentait des concerts de musique du monde dans les villages environnants et venait donc dans le parc public où mon fils aimait se rendre.
Il a rencontré les techniciens du son et est resté toute la journée près d’eux en les harcelant à son tour, mais de questions sur ce qu’ils faisaient.L’année suivante, les mêmes techniciens sont revenus, il est resté de nouveau toute la journée près d’eux.Par son intérêt répétitif les techniciens l’ont pensé doué pour se métier et m’ont proposé de l’amener sur les autres lieux des concerts pour le garder le temps de leur travail.Ce que j’ai fait.Une fois les concerts de musiques du monde terminés, ils m’ont de nouveau fait une proposition, celle de l’emmener au couvent des Ursulines où se donnaient les concerts de jazz retransmis une heure après sur France Musique.Je l’ai encore fait, tous les soirs, ils l’introduisaient dans le local technique pendant que j’écoutais comme tous les autres auditeurs les concerts dans la salle.
A la fin du cycle des concerts de jazz, ces techniciens m’ont tous dit, qu’il était vraiment fait pour se métier.J’en ai été très fière et m’étais promis de lui faciliter au maximum ce projet professionnel puisque j’avais la chance d’avoir un fils qui savait ce qu’il voulait faire.
Malheureusement pour moi se sont les éducateurs et la justice qui ont eu le plaisir de lui faire ce plaisir.
Il est maintenant ingénieur du son.
Une fois parti de son studio délabré,il a dû faire les bonnes rencontres car il a toujours vécu en communauté dans les squats de Montpellier et milite pour le droit d’accès à la nourriture jetée.
Il a été surpris avec 2 autres personnes par la BAC de Sète pour s’être introduit dans un local d’une grande surface de Frontignan pour récupérer de la nourriture jetée.L’enseigne de la grande surface n’a pas du tout porté plainte mais suite à une garde à vue au bout de laquelle on leur a rendu la nourriture un procès a eu lieu.Défendus par Maitre Gandini « le procès des poubelles » au tribunal de Montpellier a fait grand bruit.Son amie de l’époque et lui ont été condamnés mais sans peine, ni amende.Bien entendu je suis retournée à Montpellier suivre ce procès mais il n’a pas souhaité me parler.Ils ont eu tous les deux le courage de faire appel et ont été relaxés mais je ne l’ai su qu’après.Tous les journalistes ont remarqué ses dread-locks longs jusqu’aux fesses.Contrairement au jeune homme qui vous a appelé et assuré ne plus vouloir porter de cheveux longs, on dirait qu’il a tenu tête en laissant pousser les siens.
Je suis de nouveau très fière de ses prises de positions engagées, de sa réussite dans le métier qu’il rêvait de faire mais il ne le sait pas puisque refuse tous contacts avec moi.
Pendant tout ce temps, j’ai été mise en invalidité pour « dépression » sur fond de fibromyalgie.J’ai saisi l’opportunité pour m’enfuir car c’était toujours moi qui entendait encore bêler à mon passage.Je me suis réfugiée dans un village de 160 habitants au fond du Cantal en espérant revivre.J’ai découvert cette région en suivant mon fils à Aurillac au festival de théâtre de rue où sa compagnie jouait. Ça a aussi été le seul moyen que j’ai trouvé pour le voir, rien que le voir, il n’a pas souhaité me parler.
Pour vivre autrement,c’est raté, je couvais une leucémie chronique depuis des années et elle a été diagnostiquée dans le Cantal.Par ailleurs,les psy de cette région ont une autre vision de ma pathologie « dépressive ».Pour eux, je ne l’ai jamais été, j’ai été seulement et reste en colère.
Je n’ai pas eu le temps d’écrire toute cette colère pendant l’émission.
Mais je suis particulièrement contente,qu’enfin,le harcèlement scolaire et la négation de certains enseignants face à de tels faits soient reconnus.
Il est évident que des dégâts irréversibles affecte définitivement la personnalité des enfants victimes de harcèlement.Mais j’ai senti dans la voix des parents des enfants harcelés d’énormes souffrances et aucun témoignages dans ce sens n’a été dits.
Voir son enfant ainsi malmené, juste parce qu’il a un petit quelque chose de différent, est horriblement difficile à vivre.
Pour ma part, je peux dire que l’on m’a volé mon fils.Beaucoup de gens ont été témoins de notre malheur, aucun n’a eu le courage de témoigner.
Mais j’ai la chance de savoir qu’il a une vie pleine alors que j’ai entendu cette mère parler de sa fille complètement détruite alors qu’elle était une enfant relativement brillante par ses notes scolaires.Sans doute, est ce aussi toute la famille qui est détruite, les conséquences sont bien plus énormes que ce que cette mère a osé dire.
Dorénavant,quand je constate une injustice,quel qu’elle soit je témoigne.Et m’entend dire  » en quoi ça vous concerne? »
Ben, voyons…
J’ai souvent la sensation qu’il est resté quelque chose de mes propres convictions dans la façon d’agir de mon fils et je me demande si cette vie particulière qu’il s’est choisie n’en résulte pas malgré ce blocage de reprendre contact.
Si vous souhaitez un jour faire un « téléphone sonne » sur le thème du gaspillage de la nourriture, il s’appelle Adrien Lecomte et je crois que c’est Giv Anquetil qui l’avait interrogé pour France Inter pour son émission « un bruit qui court » malheureusement disparue de la grille des programmes…
Je vous remercie d’avance de l’attention que vous m’aurez portée.

Merci pour votre émission. J’ai contribué pendant 2 ans au projet de prévention de harcèlement dans le diocèse de Blois , en faisant le pari que si les adultes prennent en compte les besoins fondamentaux des enfants dans la relation, la pédagogie, il est possible de mesurer l’impact sur le comportement des enfants. Formatrice certifiée en Communication Non Violente , nous considérons que le harcèlement est une stratégie tragique pour nourrir certains besoins, notamment pour se défouler par exemple . En voyant les situations sous cet angle, nous accompagnons les élèves comme les adultes pour envisager de nourrir les besoins avec des moyens moins coûteux et pour celui qui harcèle et pour ceux qui sont harcelés. Une fois la situation de harcèlement repérée, nous accompagnons la restauration du donneur d’acte, comme du receveur d’acte et la communauté impactée grâce aux cercles restauratifs . Je vous invite à regarder le guide pour une justice en milieu scolaire préventive et restauratrice dans les collèges et lycées. Pages 73 à 93. Merci pour votre attention à la lecture de ces quelques lignes. Mon intention étant à la fois d’envisager la Prévention et si besoin la restauration avec des outils efficaces.

Il suffit que les parents soient présents devant les établissements scolaires et ils verront ce qu’il se passe. Pourtant, les insultes fusent et sexuelles aussi, les adultes ne disent rien. Il m’est arrivé de l’ouvrir plusieurs fois alors que je n’avais pas d’enfant dans le collège. Je me suis retrouvée seule face à une douzaine d’ados, ils n’ont pas eu le dernier mot bien que je sois fine et petite. Ils voulaient même filmer. Ne pas tourner le dos. Où sont les parents et les adultes responsables ?

Ayant subi cela il faut chercher la cause : pourquoi un ado est-il harcelé ? Quelle prévention ?

Votre émission m’interpelle, je suis maman d’enfants 1 harcelé et 1 harceleur. Dans les deux cas le problème a été réglé entre parents et adultes responsables.

Je me permets d’ajouter le témoignage de ma fille de 12 ans qui a subi du harcèlement en grande section et en Cm2. Je pense qu’il est très important de parler aussi aujourd’hui du harcèlement dès le primaire et pas qu’au collège et lycée.

Ma fille de 16 ans a subi un harcèlement physique et psychologique pendant 4 ans au collège. Elle a eu le courage de retourner voir le CPE et la directrice une fois au lycée pour leur en parler, et elle fait aujourd’hui de la prévention en école primaire mais un rien la fait douter d’elle même et elle est extrêmement fragile.

J’ai aussi été victime de harcèlement comme décrit par les autre intervenants. Je voulais témoigner pour deux choses:
– Le silence de certains c’est aussi pour ne pas être celui qui y passera juste après, donc on se tient à carreau.
– Ensuite j’ai changé de classe, et cela a stoppé. Cela a été mieux, par contre, je me suis surpris à presque participer (rire) lors du harcèlement d’un autre dans la classe. Alors que j’avais conscience de l’horreur de ce qui se passait, mais j’avais peur de retourner dans ce groupe.

J’ai 47 ans à l’adolescence j’ai été pendant longtemps traité de Rabbit car j’avais les deux dents de devant qui avancer et de petit tonneau car j’étais déjà ronde à l’époque 35 ans plus tard je n’ai pas oublié et j’en veux toujours énormément aux gens qui ont proféré ses propos sachant que aucun adulte autour n’est jamais intervenue et au contraire ça les faisait rire depuis cette époque j’ai dû prendre au moins 30 kg. Et j’ai une haine encore bien ancrée pour ces 2 personnes pour tout le mal qu’ils m’ont fait il y en a un qui est de la famille éloignée et que j’ai longtemps suivi sur Facebook me réjouissant de tous ses malheurs voilà où on en arrive quand on a été harcelé.